Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

ATT accusé par IBK, quelle honte !

 Décidément le ridicule ne tue plus au Mali et bon nombre de Maliens ont, semble-t-il, la mémoire courte. Se pavanant d’être trahi après qu’il soit éjecté de l’Adéma Pasj, IBK fut coopté pour diriger le Rpm. Alors, intervint la présidentielle de 2002 où battu au 1er tour par ATT et Soumi, il cria sur tous les toits d’avoir été triché. Pour la survie politique, ses alliés Me Tall et Choguel voulaient qu’Espoir 2002 soutienne Soumi. Contre toute attente et pour ses intérêts sordides et inavoués, IBK décide que leur regroupement s’aligne derrière ATT. Alors, questions : qui a mis un indépendant à la tête du Mali ? IBK peut-il se défaire d’ATT ?

 

Ibrahim Boubacar Keïta IBK

Chassé de Koulouba par une mutinerie, ATT finalement par humilité va démissionner pour la paix dans son pays. Depuis, certains de ses alliés directs ou indirects, dans le souci de tromper le peuple pour pouvoir advenir au pouvoir ne rate aucune occasion pour le traiter de tous les noms d’oiseau. C’est le pire cas de Ladji Bourama de Sébénicoro. Quelle ignominie !
Après dix ans d’observation, ATT s’était décidé à revenir au pouvoir par les urnes en 2002 après le coup d’Etat de 1991. Ainsi, il va s’engager avec 23 autres candidats dont IBK. Battu à plate couture, IBK crie au voleur. Et contre toute attente, celui qu’il avait traité de tous les noms d’oiseau lors de sa campagne sera son allié au second tour. Il s’agit de ATT qu’il va porter au pouvoir. Alors, si ATT a été un mal pour le Mali, à qui incombe logiquement la responsabilité si ce n’est IBK ?  Alors,  »L’humilité et la courtoisie sont des aspects de la piété » Prohète Mohamed (PSL).  Malheureusement, c’est ce qui manque à Monsieur Soubahana Wata Allah. Sinon, il aurait dû se taire pour préparer autrement sa campagne. Car, en répondant à notre confrère Boisbouvier, il pouvait épargner ATT qui a mis tout le monde au pilori pour le faire élire député et pire obligé tout le monde à porter IBK au perchoir de l’hémicycle de Bagadadji en 2002. C’est vrai qu’il a dénoncé l’accord d’Alger mais pourquoi n’est-il pas allé au bout de ses efforts. Parce qu’il faut le reconnaître, il en avait les moyens.
Alors, rien que par humilité, IBK ne doit pas accuser ATT car il ne saurait se défaire de lui. Tout simplement, s’il s’avère que l’indépendant est arrivé à la tête du Mali, si ce fut un malheur, IBK en est responsable. Pour lui avoir donné sa voix en 2002 contre le candidat du parti qui lui a tout donné. Et qui à cause de sa mégalomanie l’a finalement chassé. Ainsi, après qu’il ait participé à la gestion du pouvoir d’ATT de la tête au pied, il doit se taire et savoir raison garder. Car comme l’a dit Me Alioun Blondin Bèye : « Il faut savoir faire preuve de patience. Un homme patient voit venir les choses et au bout de la patience, il y a le miel….  Enfin, la patience est la moitié de la foi ».
Boubacar DABO

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct