Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Vrais-faux experts de l’ONU: Un rapport plus qu’équivoque

Ce rapport d’une trentaine de pages rédigé par des gens considérés par certains comme des experts indépendants de l’ONU met une relation directe entre les pro-Gbagbo, les rebelles d’Ançardine et le CNRDRE. L’Onu dément. La porte parole de l’ONUCI a précisé que les auteurs en question n’ont jamais été commis par sa structure pour élaborer ce document controversé.

Les pro-Gbagbo ont, de leur côté, rejeté tout lien supposé avec les islamistes du nord du Mali et les membres de la junte militaire qui a renversé le pouvoir ATT, le 22 mars 2012 avant de s’effacer pour faire place à un pouvoir de transition présidé par le Dr Dioncounda Traoré et dirigé par le gofernement d’union nationale ayant à sa tête le Dr Cheick Modibo Diarra.

En réalité il s’agit des pro-Ouattara qui accusent les proches du Président Laurent Gbagbo auxquels ils veulent se débarrasser à tout prix. L’ex junte n’a jamais eu la prétention de s’allier avec les proches collabos de l’ancien Président ivoirien pour mener quoique ce soit contre le régime d’ADO encore moins la RCI. Comme dit l’adage « quand on veut tuer son chien; on l’accuse de rage ».

 

ADO les remontrances de Breton Wood

Avec les récentes attaques d’hommes armés à Abidjan et dans plusieurs villes ivoiriennes et les exactions en cours du pouvoir contre les opposants proches de l’ancien président Laurent Gbagbo, la Banque Mondiale a décidé de noter sévèrement la gouvernance de la RCI. La situation des droits de l’homme, l’insécurité et la gestion de l’économie du pays sont passées par là. Toutes choses qui n’ont pas laissé indifférents les limiers de la Banque Mondiale qui trouvent que la RCI d’ADO a, encore, du chemin à faire pour mériter toutes  les faveurs des institutions de Brettons Wood.

 

Abandon de l’indépendance du nord par le MNLAUn autre piège à cons

Le soi-disant « Mouvement National de Libération de l »Azawad » chassé de toutes les grandes localités du nord du Mali par les islamistes et réduit à une coquille vide, est à la recherche de secours pour refaire surface. Le Colonel Mohamed Najim et ses apatrides, qui avaient défié notre pays et la communauté internationale en proclamant l’indépendance du nord du Mali, ont renoncé, aujourd’hui à cette option. Ils sont à la recherche d’un créneau pour se rapprocher du pouvoir de transition.

Mais, le mal est déjà fait, ils n’ont aucune possibilité de se faire parler d’eux, faute de moyens. ATT n’est plus au pouvoir à Bamako pour les entretenir à travers espèces sonnantes et trébuchantes.

Les leaders du « MNLA » ne contrôlent plus les couloirs de trafic de drogue, de cigarette et d’armes. Ce qui ne fait qu’amplifier leur misère. Il ne leur reste que la voie de négociation pour se sauver la tête. Mais, comme dit l’autre, on ne négocie bien qu’en position de force. Le « MNLA » n’a plus de force pour se faire respecter. Ce qui l’expose à une mort programmée qui ne va pas tarder à venir.

 

Crise du nord: Alger favorable à un dialogue avec Ançardine

Le Ministre algérien des Affaires maghrébines et africaines est en tournée dans les pays du champ. Cette visite intervient après l’ouverture de la 67ème Assemblée générale des Nations Unies qui avait réuni à New-York plus d’une centaine de chefs d’Etat et de gofernement.

Le Mali, la CEDEAO et l’UA ont profité de l’occasion pour déposer, auprès du Conseil de Sécurité des Nations Unies, une requête d’intervention des forces africaines au nord du Mali pour y déloger les islamo-terroristes et autres narcotrafiquants.

Ce dernier statuera sur ladite requête dans les tous prochains jours. Alger, on le sait est traditionnellement opposée à la présence de toute force étrangère dans la bande-sahélo-saharienne. Redoutant une éventuelle répétition des conséquences sécuritaires suite à la guerre livrée dans la Libye de feu Kadhafi.

Les autorités algériennes veulent convaincre sur la nécessaire approche d’un dialogue avec Iyad Ag Aly et ses sbires d’Ançardine. L’argumentaire avancé par les autorités algériennes découle du fait qu’Ançardine est essentiellement constituée de touaregs maliens et qu’il faille négocier avec ceux-ci en leur proposant de se démarquer des éléments d’AQMI.

Non seulement l’argument ne tient pas, mais, en réalité Alger ne veut pas de la horde des salafistes sur son territoire. Les Maliens écoutent, mais, ont leur propre lecture de la musique composée par Alger.

 

Les femmes de Tombouctou marchent et dénoncent les exactions des fous de Dieu

La gent féminine de la cité des 333 saints a marché, ce week-end, pour protester contre les exactions des islamistes d’Ançardine. Elles ont protesté contre les fous de Dieu qui les intimident au marché, dans la rue et même dans les foyers. Un père de famille s’est opposé physiquement aux islamistes qui voulaient frapper sa femme devant lui et à domicile. C’est d’ailleurs le mobile qui a poussé les Tomboctiennes à prendre la rue et à crier fort  »plus jamais ça ».

Le Commissaire islamique de la ville a été obligé de quitter son domicile pour se réfugier au gouvernorat avec sa bande de malfaiteurs. Les femmes de la ville ont juré de ne plus se laisser faire avec des hors-la-loi qui se cachent derrière la charia pour se livrer à des scènes de viols et autres exactions.

 

MNLA-Blaise: Le médiateur se bat pour remettre ses amis en scelle

Le Président du Faso qui voulait faire du  »MNLA » la pièce maîtresse d’une hypothétique négociation avec le pouvoir central du Mali cherche, aujourd’hui, à le faire accepter autour de la table de négociation surtout après que celui-ci ait renoncé définitivement à toute partition du Mali.

En fait, le médiateur toute catégorie, doit savoir que la potion magique concoctée et servie par ses interlocuteurs du  »MNLA », sera difficilement avalée par les Maliens. Décapité par ses anciens amis du MUJAO, le mouvement des tueurs d’Aguelhok n’est plus que l’ombre de lui-même. Dans une telle situation de détresse, les prétentions sont vite remisées avant d’être reprises plus tard lorsqu’ils se sentiront en position de force.

 

263 vrais-faux fonctionnaires radiés: Le pouvoir dit non aux recrutements frauduleux

Le ministre  de la Fonction publique et de la reforme administrative, chargé des relations avec les Institutions Mamadou  Namory Traoré a annoncé au cours d’une confépresse tenue le mercredi 3 octobre dans la salle de conférence de son département que 209 fonctionnaires permanents et 54 contractuels de l’Etat sont radiés.

D’entrée de jeu, il n’a pas mâché ses mots en affirmant que le recrutement à la fonction publique se pratiquait, depuis un certain temps, avec amateurisme, favoritisme, népotisme. Il s’est appesanti sur les pratiques qui foulent aux pieds les règles élémentaires de l’Intégration à la Fonction publique de l’Etat.Il a fait cas de 209 faux Fonctionnaires permanents et de 54 contractuels de l’Etat.

Le ministre Mamadou Namory Traoré a donné des détails sur la façon et les critères d’intégration à la Fonction publique. Il a soutenu la nécessité d’assainir  la Fonction publique et de mettre un frein aux méthodes et pratiques dignes d’une autre période. Le conférencier a affirmé que les personnes radiées (263) avaient été recrutées en violation flagrante de toutes les procédures en la matière.

Certains ont intégré avec des numéros matricules des cubains qui sont en service au Mali, d’autres avec ceux des fonctionnaires décédés. Ce qui dépasse tout entendement. En attendant, Mamadou Namory Traoré a fait cas de sa détermination à combattre, par tous les moyens, les dysfonctionnements constatés au sein de la Fonction publique, surtout la fraude. Il a défendu sa décision en affirmant qu’il y a des fonctions destinées aux agents de la catégorie  »A » qui nécessitent deux ans de formation à l’ENA.

« Cependant, tous ceux-ci se sont retrouvés dans des bureaux, juste après leur recrutement frauduleux  » a-t-il ajouté. Le boss du département de la fonction publique a prôné ce qu’il appelle  »l’égalité de tous les Maliens devant le travail ». Pour lui, tous les Maliens seront désormais à égalité de chance au concours d’entrée à la fonction publique. Toutes choses, qui vont amener prochainement le département à lancer  un nouvel avis de recrutement à la fonction publique, dans l’espoir de combler le vide créé par cette vague de radiations.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct