Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Une génération accro au sirop à base de codéine

Lorsque le frère cadet de Ruona Meyer, journaliste BBC, est devenu accro au sirop contre la toux, elle a commencé à enquêter sur les personnes qui fabriquent et vendent des médicaments à base de codéine dans les rues de Lagos, au Nigéria.

Son enquête l’a menée dans les bas-fonds du Nigeria, au plus profond d’un monde criminel où se répand un trafic qui détruit de jeunes vies.

“Quand les étudiants deviennent accros, ils vous harcèlent pour en avoir plus”, explique Junaid Hassan.

Quand je l’ai entendu dire ces mots, j’ai eu mal au ventre.

A lire aussi :

Le chef d’un cartel de drogue arrêté

Emzor suspend la distribution d’un sirop incriminé au Nigeria

J’avais déjà été témoin de ce qu’il décrivait, de jeunes Nigérians accros au sirop contre la toux à base de codéine, un opioïde qui peut être addictif.

Il y a cette fille de 14 ans de ma ville natale Lagos, ses parents en détresse ne savent pas comment l’aider. Il y a un jeune homme à Kano, enchaîné à l’étage d’un centre de désintoxication, grouillant de mouches, rendu fou après avoir consommé pendant des mois ce sirop avec ses amis.

Mon propre frère a souffert de dépendance à la codéine. Le goût de fraise de cet opioïde l’a rendu accro après la mort de notre père.

Le chagrin, la dépression, le désir d’être cool ne sont que quelques-unes des raisons pour lesquelles les Nigérians sont en train de tomber sous le joug de cette drogue.

Les musiciens chantent les effets de cette drogue. Les vendeurs les distribuent dans les boîtes de nuit et dans les rues. Les adolescents les mélangent avec des boissons gazeuses, ou boivent à même la bouteille pendant des fêtes dite de “sirop”.

M. Hussan, alias Baba Ibeji, travaille chez Bioraj Pharmaceuticals, un groupe distributeur pharmaceutique agréé qui fabrique un sirop contre la toux à la codéine appelé Biolin. Il s’agit d’un fournisseur majeur du nord du Nigeria.

Il fait partie d’un certain nombre d’employés d’entreprises pharmaceutiques que la BBC a secrètement filmés lors de transactions illégales au cours des derniers mois. Il n’est pas illégal de boire ou de fabriquer ce médicament, mais il est illégal de le vendre à des personnes qui n’ont pas d’ordonnance ou à ceux qui n’ont pas de licence pharmaceutique.

“Même si quelqu’un veut acheter 1 000 cartons, nous ne lui donnerons pas de reçu”, nous a indiqué M. Hassan, en expliquant comment il évite d’être repéré par les autorités. La corruption comme celle-ci est contraire à la politique de l’entreprise Bioraj, mais contribue à alimenter les quantités industrielles de sirop qui s’écoulent sur le marché noir.

Nous avons informé Bioraj que nous avions des preuves que M. Hassan se livrait à cette activité illicite. La compagnie a répondu qu’elle vendait du sirop codéiné contre la toux de façon légale, que M. Hassan niait tous actes répréhensibles et que c’est Mr Bioku Rahamon qui préside personnellement les ventes de Biolin.

Comme tous les opioïdes, la codéine fait partie de la même famille chimique que l’héroïne. C’est un antidouleur efficace, mais consommée en grande quantité, elle peut provoquer une poussée euphorique. C’est un médicament très addictif et qui, consommé de manière excessive, peut avoir un impact dévastateur sur l’esprit et le corps.

Au centre de réadaptation Dorayi à Kano, j’ai rencontré un homme qui, selon le personnel, avait été rendu fou par la drogue. Il était enchaîné aux chevilles et enchaîné aux racines d’un arbre, criant et battant des bras. 72 heures plus tôt, il était sorti dans les rues, brisant les vitres des voitures dans la circulation.

Sirops antitussifs à forte teneur en codéine : l’ampleur du problème

  • La codéine est un analgésique mais aussi un opioïde addictif. Consommé de manière excessive, elle peut causer schizophrénie et défaillance d’organe
  • Le sirop de codéine est souvent mélangé avec des boissons gazeuses et souvent consommé par les étudiants
  • La codéine est importée, mais le sirop est fabriqué au Nigeria par plus de 20 sociétés pharmaceutiques
  • L’agence nigériane de lutte contre la drogue lutte contre cette épidémie. Lors d’un récent raid, elle a saisi 24 000 bouteilles de sirop de codéine provenant d’un seul camion à Katsina.
  • La dépendance au sirop de codéine est un problème en Afrique. Des rapports relatifs à la dépendance existent au Kenya, au Ghana, au Niger et au Tchad
  • En 2016, l’Inde a interdit plusieurs marques de sirop antitussif à la codéine à la suite de cas d’addiction
  • En plus des lésions rénales et des crises d’épilepsie, un abus grave du sirop antitussif à la codéine peut entraîner une psychose mentale : délires, hallucinations et même schizophrénie.

Beaucoup de toxicomanes au centre de désintoxication peuvent devenir si violents que le personnel les enchaîne au sol.

“Il ne peut pas être dans un lit parce qu’il a cassé le lit, il a brisé les vitres et s’est blessé”, m’a dit M. Usaini, alors que je me tenais devant un autre jeune homme enchaîné.

L’air était suspendu avec une légère odeur de fèces et le bourdonnement des mouches.

“Beaucoup de parents viennent ici pour pleurer.” Les employés de l’entreprise pharmaceutique qui vendent illégalement du sirop sur le marché noir savent à quel point la codéine peut être addictive.

Parmi eux, Chukwunonye Madubuike, responsable du développement commercial chez Emzor pharmaceuticals, qui nous a vendu illégalement 60 bouteilles de sirop de codéine dans une chambre d’hôtel à Lagos.

“Quand quelqu’un est accro, vous comprenez, il en a besoin. Dès lors, le prix n’est pas un problème à ce sujet”, nous a-t-il dit. “C’est un produit, je le sais, si j’ai un million de cartons, je peux les vendre en une semaine.”

Emzor Pharmaceuticals nous a dit qu’ils enquêtaient sur M. Madubuike, ajoutant qu’il avait accès à une quantité très limitée d’Emzolyn avec de la codéine et qu’il ne pouvait pas vendre illégalement de grandes quantités.

La compagnie affirme que c’est une entreprise responsable et conforme, qu’elle examine ses politiques de distribution et qu’elle traite nos observations avec le plus grand sérieux.

Tout le monde est concerné

À Kano, dans le nord du Nigéria, l’agence antidrogue (NDLEA) mène régulièrement des raids pour saisir et détruire le sirop de codéine destiné à la vente dans les rues.

Les agents nous ont montré plus de deux tonnes de sirop, la Biolin de Bioraj avec de la codéine qui avait été saisi par les équipes antidrogue.

Ils nous ont également montré des armes utilisées par des gangs criminels pour protéger leur business, y compris des couteaux, des épées et même une tronçonneuse utilisées pour attaquer un officier de la NDLEA.

La NDLEA à Kano, de son propre aveu, a du mal à faire face à l’ampleur de l’épidémie de sirop.

Le Sénat nigérian estime que trois millions de bouteilles de sirop de codéine sont consommées tous les jours dans deux États seulement, Kano et Jigawa.

“Nous ne pouvons même pas arrêter 10% [de sirop antitussif sur le marché]”, a déclaré le commandant Hamza Umar de la NDLEA à Kano.

“Tout le monde est concerné, peu importe son niveau social : riches et pauvres, instruits et analphabètes, un mendiant et un enfant en bas âge.”

De retour aucentre de désintoxication, M. Usaini mesure l’ampleur de l’épidémie par le nombre de jeunes drogués qui lui sont confiés.

Il voyait peut-être deux ou trois cas chaque semaine, mais “maintenant nous en voyons sept, huit, parfois même 10 en une semaine … Tous les enfants que vous voyez sont arrivés toxicomanes. C’est de la codéine”.

Nous avons trouvé l’un de ces enfants. Dans une pièce sans fenêtre, toujours tremblante après avoir été en manque pendant deux mois, une jeune fille de 16 ans portant un hijab rose nous a dit qu’elle avait l’habitude de prendre du sirop avec son petit ami et de le boire après l’école.

Son message pour les autres jeunes Nigérians tentés par l’engouement au sirop est simple : “Je leur conseillerais de ne pas y toucher s’ils ne l’ont pas déjà fait, sinon ils vont gâcher leur vie”.

Il s’agit de la première enquête d’Africa Eye, la nouvelle unité d’investigation de BBC Africa.

BBC Afrique

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct