Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Un premier ministre dépensier : CMD fait réhabiliter sa maison à 115 millions de F CFA

Le ministère de l’Economie, des Finances et du Budget a décaissé 115 millions de F CFA pour la « réhabilitation » du domicile du Premier ministre Cheick Modibo Diarra. Ce décaissement de fonds intervient après le refus du même ministère d’accorder 22,8 millions à l’ex-Premier ministre Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé pour les mêmes besoins. Il se fait au moment où le pays se débat dans de graves difficultés financières avec des besoins non satisfaits.

Devenu Premier ministre à la suite de la mutinerie du 22 mars, Cheick Modibo Diarra (CMD) habite toujours chez lui-même à Moribabougou sur la route de Koulikoro alors qu’une résidence officielle des chefs de gouvernement existe à l’ex-Base aérienne.

Les jours qui ont suivi sa nomination ont vu le début des travaux  de construction et non de réhabilitation de sa maison aux environs du fleuve Niger. Des travaux d’électrification et de connexion au réseau de la Somagep y ont été engagés avec l’argent du contribuable. On est loin de l’esprit et de la lettre de la loi.

On parle de la rondelette somme de 115 millions de F CFA engagée dans les dépenses. A l’effet de compenser le déficit public occasionné par le retrait des PTF, le ministre Tiéna Coulibaly, a pourtant pris des mesures draconiennes : procédant à des coupes sombres dans les budgets de fonctionnement des départements ministériels, des institutions de la République. Même l’aide à la presse n’a pas échappé à la tronçonneuse du ministre Coulibaly.

Ce décaissement de 115 millions de F CFA ordonné par le ministre Coulibaly, qui prétend être rigoureux dans la gestion des fonds, est intervenu quelques mois après le refus de ses services techniques (la direction nationale du contrôle financier) d’accorder les mêmes faveurs à l’ancienne Premier ministre Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé, qui avait procédé à des aménagements de la même nature dans sa résidence privée à Banankabougou.

Discrimination

Cet acte posé par l’hôtel des finances au profit du PM, viole dans tous les cas l’ordonnance n°91-018/P-CTSP modifiée par l’ordonnance n°02-50/PRM du 4 juin 2002 qui fixe le régime des émoluments et indemnités du Premier ministre du Mali. Elle précise en son article 3 : « Le Premier ministre bénéficie en outre de la gratuité du logement et des fournitures d’eau, d’électricité et de téléphone. Les domestiques attachés à l’hôtel du Premier ministre sont à la charge de l’Etat (…)« .

Toute construction de logement est illégale et ne saurait engager l’Etat malien. C’est justement avec ses textes réglementaires que la direction nationale du contrôle financier avait opposé une fin de non recevoir catégorique à la demande de l’ex-Daf de débourser 22,8 millions de F CFA. Le dossier avait été par la suite rangé dans les placards avec à la clef la relève de Mme Maïga Mariam Aïssata Koïta. Dans le cas CMD, il nous revient que la direction du contrôle financier n’y pouvait rien.

Les observateurs s’interrogent sur cette discrimination du ministère des Finances. La question est de savoir pourquoi le Premier ministre ne loge pas dans la résidence d’astreinte ? Les 115 millions de F CFA alloués ne pouvaient-ils satisfaire une demande réelle ? Dans les difficultés ce sont les chefs qui doivent donner le bon exemple.

Amadou Sidibé

avatar
  Subscribe  
Notify of
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct