Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Un lecteur nous écrit: «Nous avons perdu foi en Dieu et en nous-mêmes»

Le Mali, un peuple, un but, une foi, c’est justement cette dernière que nous avons perdue. Nous avons perdu foi en Dieu et en nous-mêmes, à tel point que le Mali est tombé plus bas que jamais. Les héritiers de Soundiata, Samory, Elhadj Oumar, Biton Coulibaly, Askia, n’ont plus que leurs jambes pour fuir. Une analyse sociologique profonde nous permet de déterminer les causes de cette déchéance.

Sans être très conservateur ou raciste, la démocratie est incriminée. Toutes nos valeurs sociétales se sont effondrées, les grandes familles ont été détruites, d’abord par les colonisateurs et après par les petites gens qu’ils ont tirées de l’ombre. Une nouvelle race de gens sans scrupules et sans fondement social s’est mise au devant de la scène. Cette  classe a eu comme cheval de bataille la démocratie, importée de l’Occident pour se faire une assise.

Les Occidentaux, qui ont fait de la démocratie leur Dieu, n’ont rien de bon à nous donner. Ils sont devenus moins que des animaux, ils transgressent les lois divines, ils s’opposent systématiquement aux lois naturelles, ils corrompent les gens pour les détourner d’Allah. Des nouveaux droits sont créés: droit des femmes, droit des enfants, droit des criminels, droit des homosexuels.

Ils vont jusqu’à voter des lois pour le droit d’adoption pour les homosexuels, qui ont pourtant délibérément choisi de vivre entre hommes, entre femmes, sachant parfaitement que cet ensemble ne donne pas d’enfant et tout cela au mépris des religions révélées d’Allah.

Aujourd’hui, si le Mali n’est pas entièrement occupé, c’est tout simplement parce que l’envahisseur l’a voulu ainsi. Et pourtant, les politiques, les militaires et même la société civile continuent de s’entredéchirer. Toutefois on peut, et on doit se ressaisir. L’héritage que nos aïeux nous ont légué est colossal. De Kayes à Kidal, le brassage entre ethnies est sans pareil en Afrique. C’est au Mali, qu’on peut parler de «Sarakolés – Sonrhaïs, Peuls – Bamanan, Bamanan – Touaregs». Quand on touche à une ethnie, toutes les autres se sentent concernées. Ici, il n’est pas rare d’entendre un Coulibaly se réclamer Sonrhaï et un Maiga Bambara.

Le grand péril qui nous guette aujourd’hui est l’effondrement de notre unité.  Nous devons tout faire pour resserrer nos rangs. Levons-nous comme un seul homme pour nous libérer du joug des islamistes, car personne ne fera ce travail à notre place.

Il y a longtemps que les ennemis ont voulu nous séparer. Comment un pays aussi grand que le Mali peut rester soudé malgré la pauvreté? Barrons la route à tous ceux qui cherchent à nous diviser, car, au Mali, il n’y a ni Nord, ni Sud, ni Est, ni Ouest, il n’y a que le Mali de Soundiata et de Askia Mohamed.

Prenons conscience aujourd’hui que nous payons pour nos fautes vis-à-vis de nous-mêmes et surtout vis-à-vis d’Allah. Le Code de la famille, calqué sur le modèle occidental, est pour beaucoup dans nos malheurs. On a voulu rejeter Allah Soub hanallah et adopter les lois des Occidentaux dans un pays à 98% constitué de religieux.

On a voulu que la femme soit l’égale de l’homme, que l’enfant naturel ait les mêmes droits que l’enfant légitime, que le mariage à la mairie prime sur le mariage religieux. Si Allah n’avait pas été clément à notre égard, il nous aurait tout bonnement anéantis. Le Prophète Mohamed Sallalahou alaihi wassalama dit dans un hadith authentique que quiconque se confie à autre chose qu’Allah se verra humilié.

Dans un autre hadith, il dit que chaque fois que les Musulmans outrepassent les lois d’Allah, Allah leur envoie des individus sans foi et sans scrupules pour les punir. Les gens qui occupent aujourd’hui le Nord, sous prétexte qu’ils appliquent la Charia, ne connaissent rien à la religion, à plus forte raison la Charia. Ils sont venus seulement confirmer le 2eme hadith que j’ai cité.

Aujourd’hui encore, nous continuons à demander de l’aide à la CEDEAO, à l’Union Africaine et à l’ONU. Aucune d’elles ne viendra nous aider tant qu’on n’aura pas purgé notre peine. Revenons à Allah et continuons à Le prier. L’aide d’Allah vient toujours quand le repentir est sincère. Nous allons gagner cette guerre, inchallah, peut être même sans avoir à utiliser les armes.

Rappelez-vous la guerre des tranchées du temps du Prophète Mohamed Sallalahou alaihi wassalama. Les Musulmans étaient assiégés de toutes parts pendant des mois, à tel point que tous les hypocrites parmi les Musulmans ont abandonné le champ de bataille. Pendant ce temps, les Musulmans ont continué à prier et  Allah  envoya des vents sablonneux sur les ennemis, qui finirent par être vaincus sans qu’ils puissent engager la guerre. C’est ainsi que nous allons nous aussi gagner notre guerre contre les envahisseurs.

La plus grande gangrène que nous avons est la justice. Des jugements interminables et des dépenses énormes pour chaque partie, sans que la justice soit dite. Tâchons de créer des tribunaux islamiques à coté des tribunaux administratifs dans tout le Mali, avec la possibilité pour chaque citoyen de choisir la juridiction de son choix.

Arrêtons de voler pendant les élections, pour permettre au peuple de choisir des hommes et des femmes dignes de foi. Cessons de nous aider dans le faux. Laissons nos  passions de côté et suivons la vérité, quoi que cela puisse nous coûter. Si nous revenons à Dieu, Dieu accepte toujours le repentir, mais si nous suivons nos passions, sachez qu’Allah n’est pas obligé, comme l’a si bien dit feu Amadou Kourouma.

Almatar Touré

avatar
  Subscribe  
Notify of
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct