Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

TRANSPARENCE DANS LA GOUVERNANCE : craignant le procureur Sékou Zana Traoré, le Préfet de Bla rend un véhicule mystérieusement disparu

Au-delà des pôles économiques et financiers, les tribunaux de grandes instances travaillent de plus en plus à la bonne distribution de la justice. A Bla, ce constat est perceptible. La justice de paix à compétence étendue, devenue tribunal d’instance avec comme procureur Sékou Zana Traoré a permis la mise à disposition d’un véhicule Toyota 4×4 BJ miraculeusement disparu  à la préfecture et la mise en liberté totale du journaliste et directeur d’une radio locale, Ismaël Konaté.

 Les faits remontent à 2017, lorsque le projet Satisfy “Wassa” de Word Vision est arrivé à terme. Le projet a fait officiellement un don de matériels aux 17 communes du cercle et aux services techniques du cercle de Bla.

Au chapitre des répartitions, l’agriculture a reçu une moto et des ordinateurs tout comme l’élevage et les Eaux et forêts. Le conseil de cercle a bénéficié de matelas et autres. La préfecture a bénéficié d’un véhicule Toyota 4×4 BJ en état de marche et deux motos Jakarta. L’objectif était d’améliorer le service rendu par l’administration publique afin de contribuer à l’accès des services sociaux de base.

Selon les observateurs, les dons étaient tous dans les services de destination sauf le véhicule 4×4 qui avait curieusement disparu dans la cour de la préfecture de Bla. La situation a suscité des débats au point qu’un journaliste a été pris à partie, à force de dénoncer le scandale.

“Lorsque je me suis lancé dans cette dynamique, au début, j’ai eu beaucoup de difficultés”, ajoute-t-il. Pourtant, je pensais que les dénonciations visaient à aider les administrateurs à retrouver leur véhicule, indique-t-il.

Gardant une dent dure contre le journaliste, le préfet Bouacar Traoré a profité d’une situation en janvier 2019 pour jouer la carte de la fermeté aux médias locaux qui se sont intéressés à l’actualité. Et l’affaire de centrale solaire de la société Dubaï a été l’élément déclencheur.

En effet, le 25 janvier 2019, la population de Bla a accueilli une mission venue de Dubaï pour une visite d’information et de l’installation d’un projet de centrale solaire. “Les autorités administratives et collectivités (préfet, maire…) ont fait savoir à l’opinion que le projet est un don du président de la République à Bla pour pallier les problèmes d’électricité de la ville. Un ouf de soulagement pour cette communauté qui a un lien familial avec le président, Ibrahim Boubacar Kéita. Erreur !

“Les populations découvrent après qu’il s’agissait d’une société privée avec laquelle la ville de Bla n’aura aucun privilège en matière de production d’électricité. Le nombre d’hectares proposés pour l’implantation de la société constituait une menace pour les champs agricoles. Bla, une zone agropastorale par excellence, devrait perdre 200 hectares sans contrepartie. Même les titres de dédommagements proposés par les responsables de la société n’ont pas été faits dans les règles de l’art.

En mars dernier, la même mission est venue pour une deuxième fois. Ce jour, les cultivateurs voulaient d’amples informations sur le projet. C’est ainsi qu’ils ont appris que le projet n’est pas un projet de la Banque mondiale, mais une initiative personnelle. Ils sont installés à Dubaï et de Phanes Group. La production électrique est purement commerciale. Le principal client est EDM…”.

“A l’époque, nous nous sommes intéressés au dossier. Alors que j’étais dans mon rôle d’informer les citoyens sur ce qui se passe, le préfet a porté plainte contre moi pour trouble à l’ordre public. J’ai été conduit à la Maison centrale d’arrêt de Bla le 16 mai 2019 pour troubles graves à l’ordre public. J’ai recouvré la liberté provisoire le 21 mai 2019”, rappelle Ismaël Konaté.

Selon nos interlocuteurs, les deux dossiers notamment la disparition du véhicule offert par le projet Satisfy “Wassa” de Word Vision à la préfecture et la détention illégale du journaliste étaient devenus brulants dans la ville de Bla. La soif d’une justice était s’y forte.

Ayant retrouvé une liberté provisoire, le journaliste a saisi la justice pour statuer sur les dossiers. La nouvelle équipe a examiné le dossier d’Ismaël Konaté. Le 24 septembre, le jugement a été rendu. Sidéré par la situation, le nouveau procureur a défendu la liberté de presse et d’opinion. Lire la suite sur aumali…

 

Bréhima Sogoba

 

Source: l’indicateur du renouveau

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct