Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Transition malienne : La Copam en perte de vitesse

Les regroupements anti-putsch semblent avoir le souffle plus long que celui des pro-putschistes. Au fur et à mesure que le temps passe, les organisations formées pour soutenir le coup d’Etat du 22 mars 2012, à l’instar de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (COPAM), s’effilochent comme  peau de chagrin.                                              

Ce dépérissement dela COPAMest constatable aujourd’hui et traduit le réel essoufflement d’une organisation hétéroclite dont les composantes ont fini par s’entredéchirer vouant à l’échec le projet d’une formation politique incontournable dans la construction d’un Mali meilleur. La posture des pro-putschistes est telle qu’ils sont en perte de vitesse, les récentes manifestations n’ont qu’apporté la preuve de cette débandades dans les rangs dela Copam.

Cette déchirure, aujourd’hui consommée, a commencé au sein de l’organisation putschiste, avec les comparutions de ses responsables devant le juge dans l’affaire de trouble à l’ordre public après l’agression du président par intérim Dioncounda Traoré. L’inculpation des premiers responsables dela Copamdans ces troubles qui sont difficilement dissociables de la tentative d’assassinat du président, du fait que certains manifestants s’étaient promenés avec un cercueil de simulé, a marqué un tournant dans la vie dela Copam. Puisleur condamnation par sursis. Et la formation du gouvernement d’union nationale ne pouvait que marquer le point final d’une liaison saisonnière.

La formation du gouvernement d’union nationale a donné le coup de grâce à l’organisation qui a été gagnée par le virus du bicéphalisme, compromettant l’existence dela Copamcomme une organisation crédible aux yeux de la population malienne vivant les dures épreuves de la crise.

Les dernières marches d’une Copam putschiste en perte de vitesse, pour dire non à l’arrivée dela CEDEAO, ont révélé au grand jour ses faiblesses dans la mobilisation des populations qui ne cherchent qu’à être lavées de l’humiliation de l’occupation de son territoire, et à jouir de ses libertés et de toutes ses libertés.La Copamdoit se rendre à l’évidence de son essoufflement et baisser les armes.        Pendant ce temps, les anti-putschs qui avaient renoncé à toutes manifestations de rues reprennent du service pour soutenir l’initiative malienne de demander l’aide des organisations africaines et des forces internationales pour la libération du nord. La marche du FDR en tandem avec le Coren etla Codemsera à la fois grande et parlante. Il ne s’agit pas d’une contre marche, comme l’a bien dit Fatoumata Siré Diakité. Mais d’une marche constructive, pour la liberté, pour la fraternité, pour l’unité, pour la démocratie et pour dire non à l’occupant. Le représentant dela Cedeao, Cheacka Abdou Touré, a parlé de l’obligation de solidarité et du droit pour le Mali de s’en prévaloir.

En clair,  il s’agit de soutenir l’armée pour dire que nous sommes en phase avec elle. L’occasion pour les sans voix de se faire entendre. Et c’est sûr, elle changera certainement le regard dela Communauté Internationale, des autres voisins et des Maliens de l’étranger sur le Mali et  donnera une meilleure image de notre pays. C’est cela l’objectif commun recherché.

Binta Gadiaga

B. Daou


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct