Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Transhumance politique: Le parti RJS dépose ses valises à ADP-Maliba

A l’issue de son congrès extraordinaire, tenu à Koutiala, le 12 mai dernier, le parti du  »Rassemblement pour la Justice Sociale » (RJS) a décidé de fusionner avec le parti  »Alliance Démocratique pour la Paix » (ADP-Maliba). L’information a été donnée lors d’un point de presse, animé par le président du parti RJS, Dr Bokary Diallo. C’était hier, dimanche le 19 mai, à la maison presse.

 

Selon le président du parti du  »Rassemblement pour la Justice Sociale » (RJS), Dr BokaryDiallo, l’objectif spécifique du congrès extraordinaire était de dissoudre le parti RJS pour fusionner avec l’ADP-Maliba, en vue de participer à la redynamisation du parti ADP-Maliba pour le bonheur de nos concitoyens dans la perspective d’instituer une justice sociale sur toute l’étendue du territoire national.

Il a relevé que dans les statuts du parti,  en son article 31, il est indiqué que  »  le RJS ne peut être dissout que par un Congrès extraordinaire convoqué spécialement à cet effet et réunissant au moins les délégués des 2/3 des sections. La décision est prise à la majorité des 2/3 des délégués présents. Dans ce cas, ses biens sont dévolus à une organisation similaire désignée par le Congrès« .

Selon lui, deux membres du bureau national ont pris des comportements contraires aux principes du parti et qui étaient contre cette fusion. Ils ont été exclus du parti. C’est pourquoi, Dr Bokary Diallo, a expliqué que ces deux personnes se présentent aux autres formations politiques comme membres du comité directeur du parti, alors qu’au RSJ, il n’existe pas un comité directeur,  » donc ces deux personnes ne peuvent pas violer le statut du parti, car c’est la voix des deux-tiers (2/3) qui compte et le congrès l’a décidé. Et ces personnes ne peuvent pas changer cette décision « , a-t-il précisé. Et d’ajouter que dans l’article 35 des Statuts du parti:  » Nul ne peut être membre d’une sous-section s’il n’est pas membre d’un comité, nul ne peut être membre d’une section, s’il n’est pas membre d’une sous-section, nul ne peut être membre d’une coordination régionale s’il n’est pas membre d’une section de cercle ou de Commune de Bamako et nul ne peut être aussi membre du Bureau National s’il n’est pas membre d’une coordination régionale ou de la coordination du District de Bamako« .

Le président conclura que,  » si les dissidents persistent pour faire des actions au nom du RJS, nous serons obligés d’appliquer la loi« .

Daouda SANGARE

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct