Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Think-tank «Choiseul Africa Summit » : S’unir pour être compétitif à l’international

Sous le haut patronage du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, l’Algérie abrite depuis hier —et durant deux jours consécutifs— le sommet «Choiseul Africa Summit»,  un Think-Tank regroupant  les jeunes entrepreneurs africains et européens. La conférence d’ouverture a été rehaussée par la présence du représentant du Premier-ministre et de ministres algérien, malien et ivoirien. Elle a également été marquée par la présence de pas moins de 200 jeunes leaders africains et européens qui excellent chacun dans son domaine d’activité.

president algerien abdelaziz bouteflika

Dans son discours d’ouverture prononcée en cette occasion, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesslem Bouchouareb, et après avoir souhaité la bienvenue aux hôtes de l’Algérie, a souligné que l’avenir de l’Afrique s’annonce radieux. «Quand je vois toute cette jeunesse dynamique, volontaire, je suis conforté dans mon idée que l’avenir de l’Afrique s’annonce radieux .Vous, leaders de demain, vous avez aujourd’hui cette responsabilité de porter ce rêve encore plus haut», a-t-il mis en exergue. Le ministre fera remarquer, d’autre part, que notre pays a toujours et sans relâche plaidé pour «une Afrique unie fraternelle», soulignant dans ce contexte que la conviction se renforce quant à la capacité de notre continent à relever les enjeux du développement. Mettant l’accent ensuite sur les défis de l’Afrique, M. Bouchouareb notera qu’il s’agira de «placer notre continent à la position qui est la sienne dans la compétition mondiale, car j’ai l’intime conviction, a-t-il dit, qu’on ne peut pas davantage écrire la prochaine histoire économique du monde en faisant abstraction de l’Afrique». En somme, l’objectif commun doit être celui de porter l’idée «d’une Afrique qui réussit avec ses partenaires au titre desquels, l’Europe en est le premier», a-t-il affirmé. S’exprimant davantage sur l’Afrique, M. Bouchouareb signalera que d’ici la moitié de ce 21e siècle, un quart de la population mondiale sera africain. En effet, «la population africaine, actuellement de 1,2milliard d’habitants, doublera d’ici le milieu du siècle et atteindra les 4,2 milliards d’habitants, d’ici la fin du siècle». D’ici là, «un terrien sur trois vivra en Afrique. C’est à la fois un challenge, une formidable opportunité et un défi majeur», soutient le ministre.

« Une carte à jouer dans le cadre du projet d’électrification des pays africains »

En fait, nombreux sont les défis auxquels fait face aujourd’hui notre continent. Le ministre citera, notamment celui de l’énergie électrique. Un Africain sur deux n’est pas raccordé en électricité, signale M. Bouchouareb qui ajoute que «nous avons notre carte à jouer dans le cadre du projet d’électrification des pays africains», d’autant que notre pays a atteint, en termes de capacités en matière d’énergie, ce qui nous donne la possibilité de pénétrer le marché de l’électrification. L’on saura à la faveur de cette rencontre qu’outre les projets déjà en place, d’autres devraient voir le jour dans un proche avenir. En effet, M. Bouchouareb a annoncé un contrat d’électrification qui est en cours de préparation entre l’entreprise Ilayka El Djazair, et une autre entreprise mauritanienne. Ce projet est le fruit de discussions ayant eu lieu lors d’un salon qui s’est déroulé récemment en Mauritanie. L’électrification n’est pas le seul défi à relever. Figurent également parmi les grands défis de l’Afrique celui de l’urbanisation, notamment en termes d’aménagement du territoire et de développement des différentes infrastructures.

« L’Europe et l’Afrique ont tout pour réussir ensemble »

Revenant sur la coopération afro-européenne, le ministre signale que «l’Europe et l’Afrique ont tout pour réussir ensemble. Nous avons tous les atouts en notre possession pour transformer l’Afrique en une véritable puissance économique en moins d’une décennie et le monde de l’entreprise sera le moteur de ces transformations.
Ce que nous voulons engager, c’est une nouvelle Afrique basée sur l’échange, l’intégration, la complémentarité et le partenariat». L’autre conviction mise en avant est que «l’Afrique est le continent de la croissance pour le XXIe siècle. L’Afrique est une terre d’opportunités», souligne le ministre.
Il faut dire, d’autre part, que cet événement regroupant des invités de marque coïncide, en fait, avec la mise en œuvre d’un nouveau modèle économique sous la conduite du Président de la République. Un modèle qui offre beaucoup d’opportunités d’investissements et des perspectives de relance de notre économie. L’Algérie ambitionne de diversifier son économie, résolument tournée vers l’Afrique, d’où toute l’importance à ce que cet événement regroupant environs 200 jeunes entrepreneurs d’Afrique et d’Europe, soit organisé pour la première fois en Algérie. Ce carrefour d’échanges est à même de permettre d’évaluer en commun les difficultés rencontrées, de tracer les voies prometteuses d’un co-développement lucide qui doit accorder une place beaucoup plus importante à la formation des jeunes managers porteurs d’espérance à l’acquisition de la connaissance technique et technologique, à la réalisation en commun de bases productives créatrices de richesses. L’Europe et l’Afrique sont deux continents qui s’engagent résolument avec confiance pour cimenter durablement leurs relations.
Pendant ces deux journées, les participants ont à aborder des thématiques d’actualité sur l’émergence des champions africains. Ils s’exprimeront notamment sur la problématique de la ville du XXIe siècle et échangeront leurs points de vue autour de thématiques aussi importantes que «le financement de grands projets», «l’énergie et les énergies renouvelables», «la digitalisation et l’innovation» mais aussi «l’agro-business et la distribution». Les recommandations attendues et par la qualité des intervenants et la performance des propositions des experts, constitueront la plateforme d’Alger qui guidera la réflexion de chaque jeune manager présent à la rencontre, souligne le ministre de l’Industrie et des Mines.
Conviés à prendre la parole, les ministres Ivoirien et Malien, MM. Abdourahmane Cissé, Abderrahmane Sylla, respectivement ministre du budget de Côte d’Ivoire et ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine, ont tous deux mis en avant les potentialités économiques et les opportunités d’investissements dans leurs pays de même qu’ils se sont exprimés sur les défis majeurs auxquels fait face le continent africain. Le ministre malien annoncera en cette occasion la tenue prochaine vers la fin de l’année en cours d’un grand forum d’investissement au Mali. Pour sa part, le ministre ivoirien a évoqué l’amélioration du climat d’affaires dans son pays et a insisté sur toute l’importance de la coopération sud-sud. Mme Carole Kaiuki, PDG d’une entreprise privée au Kenya, s’est pour sa part longuement exprimée, elle aussi, sur les défis majeurs du continent.
Pour rappel, le Choiseul Africa Summit constitue l’occasion d’échanges entre les leaders africains et les hauts dirigeants économiques et politiques algériens puisque plus d’une centaine de dirigeants africains parmi les plus emblématiques de leur génération et des invités venus de pas moins de trente pays sont présents à cette manifestation de haut niveau.

Cinq Algériens, dans la liste des Choiseul 100 Africa

Il faut savoir que ces rencontres Choiseul Africa Summit sont organisées sur une base régulière, et se tiennent en Europe ou en Afrique. Elles constituent des moments privilégiés, pour l’Europe comme pour l’Afrique, de créer des liens d’un genre nouveau, dans un esprit constructif et non-partisan, au bénéfice d’une croissance partagée, rappelle l’Institut Choiseul. Les rencontres Choiseul Africa Summit  ont été inaugurées à Paris en 2015. La première édition intervenait une année après le lancement de la première édition du Choiseul 100 Africa qui recense les leaders économiques africains de 40 ans et moins. «Depuis, et chaque année, ce classement unique s’attache à sélectionner les 200 dirigeants économiques africains les plus performants de leur génération et qui œuvrent à l’ouverture et à l’essor économique d’un continent en pleine mutation», soulignent les organisateurs de ce Think tank. Pas moins de cinq Algériens —représentant notamment les marques de Rouïba Algérie et Agli Group— figurent dans la liste des Choiseul 100 Africa ; un classement unique qui recense et classe les jeunes dirigeants économiques africains qui jouent ou qui sont amenés à jouer un rôle déterminant dans le continent.
Soraya Guemmouri

elmoudjahid
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct