Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Spécial 8 mars à l’Institut français du Mali: la femme dans la pensée de Hampâté Bâ en débat

Dans le cadre des activités de commémoration du 8 mars, « La femme dans la pensée de Amadou Hampâté Bâ, le tradiféministe » était le thème d’une conférence-débat, jeudi après-midi, à l’Institut français du Mali (IFM). Cette conférence était animée par notre confrère Lanfia SINABA, auteur du livre « Révélations sur Amadou Hampâté Bâ, le visionnaire, le francophone et le tradiféministe ».

8mars journee international femme

Selon le conférencier, le célèbre traditionaliste, Amadou Hampâté Bâ, était aussi un féministe. Dans ses œuvres, sa pensée, sa parole, il ressort, selon le conférencier que Amadou Hampâté Bâ a reconnu la valeur, la grandeur et le rôle de la femme. Notamment, à travers ses ‘’11 puissances’’.
Pour faire ressortir toutes les dimensions de l’homme, notamment son attachement à l’épanouissement de la femme, le journaliste-écrivain, a exploité différentes interviews que le sage a accordées, de son vivant, à différentes radios et télévisions à travers le monde.
À la lumière des interviews et de ses œuvres, l’auteur s’est basé sur quatre éléments essentiels pour démontrer la grandeur de la femme dans la pensée de l’illustre disparue, à savoir : l’occupation de l’autre côté de la porte ; les 11 puissances de la femme ; le cri du Komo ; la supériorité de la mère, etc.
À l’une des questions qui lui ont été posées, à savoir : quel est l’avenir de la femme africaine ? Cet homme de tradition africaine a répondu : « Il n’y a de problème de Femme africaine, il y a tout simplement un problème de femme ».
Avant d’ajouter : « L’avenir de la femme africaine, c’est l’avenir de la femme du monde entier ». C’est pourquoi il disait sur cette question que ‘’nous les Africains, nous devons tenir compte de l’influence internationale’’.
« Il est temps que la jeune fille aille à l’école au même titre que le jeune garçon » et que cette différence qui existe entre les deux sexes puisse être corrigée d’ici quelques générations.
Selon le conférencier, cet appel de Amadou Hampâté Bâ a été entendu sur le continent dans la mesure où l’on se rend compte que beaucoup a été fait en matière d’éducation sur le continent.
Toujours sur la question de femmes, Amadou Hampâté Bâ, dit au cours d’une interview : « Il est temps que la femme occupe l’autre côté de la porte ».
Et cela, en référence au fait que dans la tradition africaine, la femme ne donne son avis sur les questions de la cité que la nuit dans la chambre avec son mari. C’est à juste titre qu’on disait chez nous que « La nuit porte conseil ».
Et c’est justement en raison de cela que Amadou Hampâté Bâ disait que la femme a occupé l’intérieur de la porte et qu’il était temps maintenant pour elle d’occuper l’extérieur de la porte. En termes clairs, il lance, par ce propos en parabole, l’invitation aux politiques africains à s’investir pour la participation pleine de la femme à la vie publique.
Selon M. SINABA, cette parabole (l’autre côté de la porte) de Amadou Hampâté Bâ n’est autre que l’implication de femme, à la vie publique et à la vie de la nation.
Après analyse de différentes positions prises par Amadou Hampâté Bâ, par rapport à la question de la femme, l’auteur de la révélation sur lui nous a fait constater qu’il était, à la fois, un féministe engagé et modéré.
Engagé, dit-il, parce qu’il a fait une forte interpellation par rapport aux politiques africaines, notamment en ce qui concerne la scolarisation de la petite fille. Mais en même temps, il disait que lui, Amadou Hampâté Bâ, il n’irait pas jusqu’à demander que les femmes travaillent dans les mines, dans les usines…
Sur ce point de vue de son maître spirituel, SINABA soutient qu’il ne voit aucun inconvénient s’il s’avère que les femmes ont les compétences requises.
En se basant sur les cas de succès d’autres femmes dans des domaines bien difficiles, notamment, le cas du colonel Fatoumata DIARRA, officier supérieur et parachutiste. Ce qui fait dire à notre conférencier qu’il est plus difficile de parachuter d’un avion que de travailler dans une mine ou dans une usine.
L’autre aspect du féminisme de Amadou Hampâté Bâ, les 11 puissances de la femme. Selon le sage, l’être humain arrive au monde doté de 9 puissances. Mais la femme acquière, plus tard deux puissances supplémentaires quand elle met un enfant au monde, à savoir, l’ouverture de ces deux seins, de même que le cri du Komo.
« Quand le Komo sort de la forêt, il pousse le cri du nouveau-né et la fin du cri, le Komo cite son père et sa mère. Il ne termine jamais sans citer sa mère », a dit Amadou Hampâté Bâ. À travers le cri du Komo, le sage Hampâté explique également la grandeur, le rôle et la place de la femme dans notre société.

Autre précision, quand Amadou voulait écrire son livre Amkoullel, il avait bien voulu parler tout d’abord de sa mère, mais l’éditeur lui a expliqué que la chronologie et la structuration des événements exigent de parler d’abord de son père. Car pour Amadou Hampâté Bâ, « tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons, nous le devons une fois seulement à notre père, mais deux fois à notre mère ».
Toujours dans sa pensée, Amadou Hampâté Bâ présente la femme comme le laboratoire de Dieu sur terre. Car c’est dans la matrice de la femme que le liquide se transforme en âme. Pour cela, Dieu n’envoie ni ange ni envoyé.
Dans sa vie, Amadou Hampâté Bâ conseille à tout un chacun de ne pas être vulgaire avec la femme. Car selon un adage de chez nous ‘’seuls les fous et les vauriens parmi les hommes peuvent frapper une femme », a rappelé Amadou Hampâté Bâ.
Au moment où il venait de réussir le concours d’entrée à l’école Williams Pointy, il a été obligé d’abandonner les études sur instruction de sa mère qui estimait qu’il avait assez appris avec les blancs et qu’il était temps pour lui d’être initié à la tradition africaine peule.
À cause de son refus de continuer les études malgré le bon niveau, il a écopé d’une sanction de la part des colons et a été envoyé, par punition à Ouagadougou.
« Le tradiféministe (le fait qu’il était un traditionaliste et un féministe) tout comme le Hampâtéisme qui est une doctrine philosophique » sont deux néologismes élaborés par notre confrère dans son livre pour rendre hommage au sage de Bandiagara.
Selon le conférencier, ses contacts avec la pensée de Amadou Hampâté Bâ ont commencé en fin 2002 quand il a initié le prix littéraire Amadou Hampâté Bâ, un concours qui reçoit les meilleurs élèves de l’enseignement secondaire général pour le premier volet et les écrivains, notamment pour le second volet.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct