Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

SOMMET DU G5 SAHEL + France : Ce qui est attendu à Bamako

Comme annoncé, le Sommet spécial du G5 Sahel aura lieu ce dimanche 2 juillet 2017. Un dialogue direct des Chefs d’Etat de l’espace avec le Chef d’Etat français, Emmanuel Macron, peindra les balises du chemin de l’opérationnalisation de la force militaire en attente.

mali mauritanie niger burkina tchad sommet g5 sahel reunion

En effet, cette rencontre est à l’actif des Chefs d’Etat du G5 Sahel, présidé par Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta du Mali, qui ont décidé d’organiser un sommet spécial au cours duquel ils auront un dialogue direct avec le Chef d’Etat français qui en avait lui-même émis le souhait. Il s’agit, lors de cette rencontre, de peaufiner les stratégies de la force africaine pour combattre les terroristes et les narcotrafiquants dans la Région du Sahel.
Si l’UE a affiché son engagement et de son exemplarité en annonçant, le 5 juin dernier, une aide budgétaire de 50 millions d’euros, force est de reconnaître qu’il s’agit pour le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad (Etats membres du G5) de demander illico-presto les partenaires du groupe de convoquer une conférence des donateurs afin de doter la force des ressources dont elle a besoin.
Déjà, le Président français a donné le ton en prenant attache avec son homologue algérien. «Emmanuel Macron a pris contact, le mercredi dernier, avec son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika, pour lui soumettre des propositions “concrètes” visant à relancer le processus de paix au Mali», a-t-on indiqué jeudi dernier dans l’entourage du Président français, rapporté par Reuters.
La rencontre du dimanche prochain participera également à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger signé en mai et juin 2015 entre le Gouvernement malien, et les mouvements armés (GATIA et CMA). Un Accord dans lequel sont prévus, entre autres, la mise en place des autorités intérimaires dans le Nord du Mali, l’organisation des patrouilles mixtes et l’application du programme de désarmement des ex-rebelles. Même si cet Accord se met en œuvre, le Président Emanuel Macron met les bouchées doubles pour remobiliser tout le monde autour de ce dossier, à commencer par son Parrain algérien auquel il a soumis des propositions concrètes et avec qui il a échangé «sa vision sur la possibilité de relancer cet accord de paix».
Ce sommet est un «soutien politique maximum» au groupe afin que le Sahel ne devienne un eldorado pour les terroristes. «Au moment où le terrorisme frappe partout dans le monde, nous ne pouvons pas laisser le Sahel devenir un nouveau refuge pour les organisations terroristes du monde entier. Au Sahel, c’est notre sécurité à tous qui est en jeu, pas seulement les pays du G5 », a salué l’Ambassadeur de France auprès des Nations-Unies, François Delattre, après le vote du mercredi 21 juin dernier au Conseil de sécurité de l’ONU de la Résolution autorisant le déploiement d’une force africaine pour combattre le terrorisme dans la Région du Sahel
Ce sommet tranchera avec le nœud gordien contre la paix qu’est le terrorisme, dans le Sahel et, singulièrement, au Mali. Un espoir, donc, pour le retour définitif à la paix tant souhaitée.
Cyril ADOHOUN
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct