Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Session parlementaire d’avril: le projrt de loi de la révision constitutionnelle

La session parlementaire d’avril s’est ouverte, hier lundi, dans la salle Mobibo KEITA, nouvellement rénovée, grâce au soutien de la Turquie au Mali. Plus de 80 projets et propositions de loi sont programmés au cours de cette session dont le plus attendu est sans doute le projet portant sur la révision constitutionnelle qui suscite déjà le débat au sein de la société civile et de la classe politique

issiaka-sidibe-president-assemblee-nationale

Présidée par le président de l’institution, Issiaka SIDIBE, la cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du Premier ministre, des membres des Assemblés nationales du Niger, de la Guinée Conakry, du Burkina Faso, du Togo, de la Turquie ainsi que de plusieurs membres du gouvernement, des représentations diplomatiques accréditées dans notre pays, etc.
Le président Issiaka SIDIBE dira, dans son discours d’ouverture de la session, que le Mali est à la croisée des chemins ; tout en indiquant que le processus de paix amorcé à Alger a atteint sa phase cruciale de mise en œuvre avec l’installation progressive des autorités intérimaires ; le retour des réfugiés ; le redémarrage des patrouilles mixtes et la bonne tenue de la Conférence d’entente nationale.
Toutefois, reconnait-il, certains écueils, inhérents à tout processus de sortie de crise, restent à surmonter et que ceux-ci ne sont nullement au-dessus de la capacité du peuple malien.
Aussi, conseille-t-il, dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, d’agir avec méthode tout en évitant de continuer toujours avec la démarche « un pas en avant et deux pas en arrière ».
«Nous avons véritablement besoin d’avancer, tous ensemble, sur le chemin de la paix, de l’unité et du développement de notre mère patrie», a-t-il sollicité.
Ainsi, a-t-il réitéré, l’engagement de notre parlement à œuvrer, comme elle l’a toujours fait, pour la réussite du processus de paix, de stabilisation et de réconciliation de notre pays.
«L’Assemblée nationale sera toujours disponible pour légiférer sur toute question qu’exigera la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation», a-t-il souligné.
Par ailleurs, il a fait savoir, au programme de la présente session, ce sont 87 projets et propositions de loi dont près de la moitié avait fait l’objet de renvoi lors de la session d’octobre pour diverses raisons.
A ces saisines, s’ajoute l’examen de certains recueils du Conseil économique, social et culturel.
Ainsi, au cours de cette session, a-t-il révélé, l’Assemblée nationale sera également édifiée sur les travaux des parlements régionaux et sous régionaux, à travers les comptes rendus présentés par les députés maliens membres.
Mais le projet de loi le plus attendu est sans doute celui portant révision de la Constitution du 25 février 1992 dont l’examen a été renvoyé à la présente session, a-t-il fait remarquer.
En tout cas, il a rassuré que ce projet de loi fondamentale que la Présidence a déposé sur la table de l’Assemblée nationale n’entend modifier ni le nombre, ni la durée du mandat présidentiel.
Pour lui, il vise, par contre, à conforter davantage notre démocratie et les fondements de notre République.
«Son examen exige donc de chacun de nous une attention toute particulière car n’oublions pas que nous en serons tous comptables devant l’histoire », a-t-il martelé.
Auparavant les différentes délégations parlementaires, qui ont pris part à cette cérémonie, ont exprimé la solidarité de leurs pays respectifs à aider le Mali à sortir de sa crise. Aussi, ont-ils souligné la nécessité pour nos pays de se donner dans la main pour lutter contre le terrorisme au risque que la situation n’embrase toute la sous-région.

Par Sikou BAH

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct