Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sécurité Djenné : Un laxisme déconcertant !

La sécurité c’est d’abord la prévention, l’anticipation et le riposte adéquat. Dans une situation comme celle du Mali, elle devient plus une exigence car il y a une guerre asymétrique qu’il faut enrayer. Apparemment tel n’est pas le cas dans notre pays singulièrement dans le centre du pays. Particulièrement à Djenné. Cela paraît incompréhensible voire révoltant.

cite saint tombouctou djenne Massigui mosquee mausolee mali

Depuis longtemps la sécurité à Djenné est préoccupante sinon inquiétante. Cette ville historique est longtemps dans le rétroviseur des djihadistes. Cela a été dit et redit mais l’on ne voit aucune disposition pratique pour sécuriser la ville. Presque toutes les Communes du cercle sont infectées par les djihadistes : Kouakrou qui est un bastion, un refuge pour les djihadiste , Kéké, Koua, Mougnan etc. L’école n’existe plus dans ces zones. Pis c’est la charia qui y est appliquée au grand dam de l’Etat. Tous les représentants de l’Etat ont regagné la ville de Djenné ou Mopti. Les populations ne collaborent plus pour donner les informations au risque de subir des représailles. Très souvent, ils n’ont pas été protégés. Certains en ont payé de leur vie. Donc c’est la peur et l’inquiétude.

Le vendredi dernier encore, c’est la Commune de Senossa qui a été attaquée. Senossa est un village peulh. On peut l’apercevoir à partir des abords de Djenné. Une dizaine de motos, grosses cylindrées, ont envahi le village. Tous les axes importants ont été barrés afin de mener l’opération à souhait. L’inquiétude, l’angoisse, la peur et l’affolement étaient au comble. Aucun mot ne peut décrire exactement la situation. C’est ce qui explique souvent le ralliement des populations pour se sauver et à leur corps défendant. Donc, c’est juste après la prière du crépuscule et après les ‘’salam alekum’’ de l’imam que les djihadistes ont fait irruption dans la mosquée de Senossa. Imaginer un peu ce que cela peut créer comme peur.

Cette peur a eu raison de cette vieille femme qui quittait les champs en ce début d’hivernage. Elle rencontra au cours de son chemin les djihadistes qui venaient en envahisseurs sur des motos. Elle n’a pas pu supporter cette éprouvante situation. Finalement elle succomba.

Les visiteurs du jour ont parlé. Et cela a été entendu avec le plus grand sérieux. Ils ont intimé à la Commune de fermer toute les écoles, interdiction formelle de l’apprentissage du Français. Et une longue sensibilisation s’en est suivie pour ramener la population à leur vision de la société. Aussi, les djihadistes ont interdit la perception des taxes et impôts dans une partie du cercle de Djenné. Cette situation a mis en retard le salaire de tous ceux qui sont payés sur le fonds PPTE. Cela dure des mois déjà. C’est une ambiance de déconfiture qui règne dans la plupart des Communes de Djenné, elle-même y compris. Il est impératif pour l’Etat d’y marquer sa présence, sinon la surprise sera énorme quand Djenné suivra les djihadistes comme d’autres l’ont fait même à leur corps defendant.

Levy Dougnon

 

Source: lesechos

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct