Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Scandale de la troisième licence de télécommunications : Le Végal s’intéresse au dossier

Les procédures d’attribution de la troisième licence de télécommunications au Mali seront passées au peigne fin par le Bureau du vérificateur général et le rapport rendu public. L’assurance en a été donnée par le Vérificateur général, lui-même,  Amadou Ousmane Touré, lors de sa rencontre avec le Conseil national de la société civile pour échanger sur son dernier rapport, celui de 2011.

Ahmadou Ousmane Touré, Vérificateur général

Ahmadou Ousmane Touré, Vérificateur général

C’est une excellente nouvelle que le vérificateur général vient de livrer devant les responsables de la société civile malienne qu’il rencontrait le mardi dernier, dans le cadre de la mise en œuvre du cadre de collaboration qui lie désormais le Conseil national de la société civile (Cnsc) et le Bureau du vérificateur général. Ce qui a permis au Cncs, dès février 2013, de traduire ce cadre en programme d’appui à l’amélioration de la gouvernance institutionnelle et économique au Mali.
En effet, la société civile demeure le meilleur partenaire du Végal dans sa croisade contre la corruption et toute forme de délinquance financière qui constituent une entrave sérieuse au développement économique du pays. D’ailleurs, n’oublions pas que nous venons de vivre une crise multisectorielle qui doit nous pousser à redoubler de vigilance et rigueur dan ce combat car, comme le dit le Végal, Amadou Ousmane Touré, «les crises se sanctuarisent dans un Etat corrompu et en proie à la mauvaise gestion».
C’est pourquoi, bien que se situant au-delà du jeu politique avec ses joutes verbales interminables, le Bureau du Vérificateur général a choisi de travailler dans l’humilité et le professionnalisme. En effet, «le souci d’une situation sociale apaisée dans notre pays commande notre discrétion sur certains sujets, mais il n’a entamé en rien l’élan et la rigueur dans la conduite de nos vérifications» a rassuré Amadou Ousmane Touré devant le Cnsc.
C’est clair donc que le Végal ne laissera plus de répit aux fossoyeurs de l’économie et la Transition que nous vivons, même si elle a bon dos, ne devrait pas être une période de scandales financiers et de violations des procédures en matière de marchés publics. C’est pourquoi, le Végal affirme suivre «avec beaucoup d’attention les préoccupations sociales du moment, notamment les questions relatives à l’achat de véhicules pour l’armée et l’attribution du marché de 3è licence de téléphonie mobile, des sujets sur lesquels le Bureau a été, à la limite, interpellé par certains de nos concitoyens».
Cette déclaration nous réconforte car depuis le temps du Gouvernement Cheick Modibo Diarra 1, nous n’avons cessé de dénoncer la gestion de ce dossier que nous avions, en son temps, qualifié de «patates chaudes entre les mains du Gouvernement de la Transition». C’est parce que nous étions déjà au courant de tractations dépourvues de toute légalité, qui étaient en train de se dérouler dans l’ombre et sous les tables. En effet, en un moment donné, le bruit courait que le groupe arrivé premier lors de l’appel d’offres, par la suite choisi comme adjudicataire, allait être disqualifié et que les soumissionnaires classés 2è et 3è allaient être consultés, conformément au Code des marches publics, en cas d’élimination de celui arrivé premier.
En réalité, il n’en était rien. Un plan machiavélique était d’ores et déjà mis en place pour éliminer le Malien Cessé Komé qui avait postulé en même temps que Planor du Burkinabé Apollinaire Compaoré et devaient se retrouver dans une société de droit malien appelé Alpha télécom. Mais contre toute attente, on retire l’adjudication à ce groupe, et l’un des associés, Apollinaire, se retrouve avec l’intégralité de l’affaire, donc sans Cessé Komé, et cette fois-ci au nom d’Alpha télécommunication, une copie pâle d’Alpha télécom. Pourquoi ne pas crier au scandale ? Heureusement qu’il y a le Bureau du Vérificateur général pour réagir, en attendant l’aboutissement du recours en contentieux autour duquel s’affairent les avocats de Cessé Komé dont en première ligne Me Mamadou Ismaël Konaté.
Mais pourquoi le Bureau du vérificateur général a-t-il attendu si longtemps avant de réagir, la réponse a été donnée par le Végal lui-même ; face aux représentants de la société civile : «Nous ne pouvons intervenir légalement, en pareille circonstance, que lorsque des actes sont posés, par exemple la conclusion d’un marché. Il en est ainsi pour la troisième licence de téléphonie mobile au sujet de laquelle le Bureau procédera très prochainement à des vérifications et le rapport sera rendu public. Le chef du Gouvernement en a été informé ».
C’est rassurant, mais attendons la suite pour savoir si des entraves ne seront pas posés pour empêcher l’éclatement de la vérité autour de cette nébuleuse de 3è licence, malgré la bonne volonté du Végal.
Birama FALL

avatar
  Subscribe  
Notify of
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct