Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Scandale à l’usine « Baramousso »: le PDG, un esclavagiste des temps modernes !

Bourama Doumbia, PDG de l’entreprise « Aminata Konaté », productrice des bouillons « Baramousso » fait encore parler de lui. Ce monsieur n’arrête plus de défrayer la chronique par des conduites on ne peut plus scandaleuses. Face aux écarts de comportements dont fait montre le PDG, c’est le qualificatif d’esclavagiste des temps modernes que lui ont aujourd’hui attribué par bon nombre de ses collaborateurs. Cela, en plus du savoir-faire qui est le sein dans le faux et usage de faux.

Bourama Doumbia directeur general entreprise bara muso piments magine

De 2008, sa date de création, à aujourd’hui, l’entreprise s’est agrandie avec plus d’une quinzaine de produits sur le marché et plusieurs centaines d’employés.  Cependant, durant tout ce temps, aucun employé de la société n’a bénéficié de couverture sociale, ni de congé maladie, encore moins d’assurance maladie. Aucun droit pour les travailleurs et interdiction est faite à tout agent d’en réclamer. C’est cela la devise de Bourama Doumbia, PDG de la société « Baramousso ».

Tous ceux qui ont tenté de réclamer leur droit se sont vus remerciés sans aucune forme de transition. Sept autres employés viennent d’en faire les frais. Eh oui, Bourama Doumbiaa encore frappé, en licenciant  abusivement sept de ses employés pour activités syndicales.

Alors, se sentant en insécurité, les employés de l’administration de la société « Baramousso » ont décidé de réclamer leurs droits, conformément au code du travail par la création d’un syndicat. Ainsi, à l’issu d’une assemblée générale tenue à la bourse du travail le vendredi 14 octobre 2016, ils mettent en place un comité syndical. Le bureau de 23 membres est dirigé par Gaoussou Keita.

Après, sa mise en place,le bureau sollicite une audience au près du PDG dans le but de lui faire une présentation. Cette demande d’audience du syndicat est refusée. Après plusieurs rejets, le PDG Bourama Doumbia cède sous la pression de la centrale syndicale UNTM. Bourama Doumbia fait rencontrer le syndicat par des émissaires. Au cours de cette réunion, le secrétaire général du comité syndical Gaoussou Keita rappelle aux émissaires du PDG  que le Code du travail consacre le principe de liberté d’exercice syndical au sein de l’entreprise, dans le respect des droits et libertés garantis par la Constitution de la République du Mali.

Malheureusement, la réunion se termine en queue de poisson. Le lendemain de la réunion, le secrétaire général Gaoussou Keita reçoit une lettre de licenciement pour faute lourde. Cette faute n’est rien d’autre qu’une affaire de 2000 FCFA non versés que l’entreprise devait à un de ses fournisseurs.Le comble est que cette affaire qui date de plus d’une année, a été un prétexte tout trouvé pour licencier Keita.

L’UNTM, informée, déclare le licenciement abusif. Bourma Doumbia refuse tout compromis et propose de payer les droits de l’infortuné Gaoussou Keita. Au moment où l’inspection du travail engageait le processus d’indemnisation de Gaoussou, arrive la fête de Maouloud. Au nom du droit de congé, certains travailleurs, tous membres du bureau syndical ne viennent pas travailler le lendemain lundi déclaré chômé et payé. Au nombre de 7 agents, tous ceux-ci reçoivent le lendemain leur décision de licenciement pour faute lourde.

Dans la lettre de licenciement en date du 13 décembre 2016, le PDG évoque la rupture de contrat pour refus de travail. Pourtant, les licenciés n’ont jamais bénéficié de contrat de travail.

Suite à ces licenciements, Bourama Doumbia est convoqué par l’inspection du travail. Représenté par son avocat, l’inspecteur procède à une confrontation des deux parties. Après, le face à face, les licenciements sont déclarés abusifs par l’inspecteur du travail. Cependant, le PDG refuse de reprendre les sept travailleurs licenciés.

A ces sept nouveaux licenciements, viennent s’ajouter les 10 agents emprisonnés et licenciés courant septembre 2016 par le PDG de Baramousso. Aujourd’hui, le comportement de Bourama Doumbia interpelle les autorités. Toute entreprise se doit de respecter les lois du pays dans lequel elle exerce. Le code du travail dans une de ses disposition dit que dans les secteurs publics et privés, le droit syndical régit : le droit de grève, la protection des représentants syndicaux : absences, indemnités, les conditions matérielles à accorder aux syndicats : local, droit d’affichage. En outre, le code du travail consacre, que l’employeur s’expose à des sanctions pénales, s’il entrave le libre exercice du droit syndical. Alors quel est ce pays où on laisse des entreprises licencier pour un oui ou pour un non des employés.

Source Delta News

Abdoulaye KENE

 

Source: proces-verbal

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct