Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Salia Samaké, président de la section VI MPR : « L’activité phare à l’actif du monde politique, c’est l’organisation des élections communales »

Salia Samaké, Président de la section VI MPR du district de Bamako et Premier secrétaire chargé des questions électorales de la direction du parti MPR, fait son bilan politique de l’année 2016. L’homme s’est prêté à nos questions au cours d’un entretien exclusif qu’il a bien voulu nous accorder

interview exclusive logo

Le Pouce : Que retenez-vous de l’année 2016 qui s’achève en ce moment ?

Salia   Samaké :

«  C’est une question assez vaste pour une analyse approfondie. En fait sur le plan politique, il ya eu beaucoup d’activités, même au niveau de la majorité présidentielle. Mais cette année, l’activité phare qu’on peut mettre à l’actif du monde  politique, c’est l’organisation des  élections communales. On a beau tourner, je suis sûr qu’on reviendra toujours sur cet aspect. C’est ça qui a couronné un peu l’ensemble des activités qui étaient projetées dans l’année ».

Le Pouce : Etes-vous satisfait des résultats obtenus par le MPR en commune VI  lors des récentes élections communales?

Salia Samaké : «  Pour un responsable politique, on aimerait toujours avoir mieux. Au sortir  des élections de 2009, au niveau de la commune VI, on avait neuf conseillers. Cette année, on a eu sept. En politique, les vérités d’hier ne sont pas forcément les vérités d’aujourd’hui. Les résultats en tant que tels montrent à suffisance que le combat a été acharné. En 2009, l’ADEMA avait 14 conseillers, le PMR avait 9. Cette année, les résultats se suivent. Sur les huit partis politiques, il  y a l’URD qui a  huit conseillers, le RPM a sept, le MPR a sept. C’est des différences d’un conseiller. Ça veut dire que le combat a été très rude et que la politique se réveille dans  cette commune. Je suis satisfait, mais j’aimerai avoir plus ».

Le Pouce : Vous êtes dans une plateforme avec l’URD qui a eu huit conseillers, pouvez-vous nous parler un peu de cette plateforme et qu’est-ce qui vous amener à y adhérer ?

Salia Samaké: « Merci pour cette question. En fait, 2004 depuis que nous avions commencé à participer aux élections, à chaque fois que cela a été possible, nous avions  mis des pactes d’alliances pour pouvoir gérer la commune. Je peux dire aujourd’hui, sans me tromper que nous sommes arrivés à humaniser  réellement le visage de la politique en commune VI. De 2004 à 2009, de manière consensuelle, on a  pu toujours gérer la commune. C’est pourquoi, cette année, après les élections de 2016, de façon spontanée, l’ensemble des partis qui avaient des élus, ont jugé nécessaire de se mettre ensemble pour aller à la formation d’un bureau consensuel. Nous avions contacté tous les partis sans exception. Même le RPM a été contacté. Mais à un moment donné des discussions, le RPM n’a pas voulu s’associer au groupe. Ils ont jugé que la part qui leur était réservée n’était pas conforme à leur  poids politique. Nous pensons que c’est politique, ils l’ont fait. Mais jusqu’à présent, la porte reste ouverte. Nous pensons que ce n’est pas une question de majorité mais c’est une question de commune. Aujourd’hui, nos populations ont besoin d’avoir l’ensemble des  acteurs autour de la commune pour travailler. La proportionnelle même montre à suffisance que  les populations ne connaissent pas de majorité ou d’opposition. Nous MPR, avons sept, le RPM a sept, l’URD a huit, les autres formations ont quatre, quatre.  Ça veut dire que la population même a choisi de manière à ce qu’il y ait l’ensemble des fils autour de la commune pour que l’on puisse vraiment travailler à la sortir du sous-développement.  Je pense que c’est cet esprit qui nous a amené à aller ensemble jusqu’à présent ».

Le Pouce : Le MPR se porte-t-il bien commune VI ?

Salia Samaké :  « Le MPR va bien en commune VI. Quand vous prenez l’ensemble du district de Bamako, je pense que c’est l’une des sections phares. A part la commune VI, je ne pense  pas que les autres sections MPR ont eu plus de cinq conseillers. En tant que président de la section VI MPR, je dis   que ça va pour le parti dans la commune ».

Le Pouce : Projection 2017 au sein du parti ?

Salia Samaké : « 2017 n’est pas une année très électorale. Peut-être, il va y avoir certainement selon ce que les autorités vont programmer les élections régionales. On s’apprête à affronter cette échéance. A part ça, je ne pense pas au niveau de l’année, qu’il y ait assez de perturbations en matière politique. Dans tous les cas, en tant que politique, nous sommes toujours en mouvement ».

Le Pouce : En cette fin d’année, avez-vous un message de vœux à l’endroit de vos militants et à l’endroit de toute la population de la commune VI ?

Salia Samaké :« Merci beaucoup de me donner l’opportunité en cette fin d’année d’espérer le meilleur pour les habitants de ma commune. Depuis 2012, les populations  vivent un calvaire. La situation sécuritaire du pays est très alarmante, bien qu’il ait des efforts qui sont en cours. Aujourd’hui, on aimerait avoir un ouf. Je suppose, je prie et souhaite que l’année 2017 soit vraiment une année où le malien lambda, nos populations auront réellement l’opportunité de sentir que tout va bien dans le pays. Nous souhaitons le meilleur pour nos populations ».

Entretien réalisé par Tiémoko Traoré

 

Source: Le Pouce

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct