Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

RPM : « Nous ne montrons pas nos muscles, sinon nous sommes le parti au pouvoir… », dixit Abdramane Sylla, Secrétaire politique adjoint

Les barons du Parti du Rassemblement pour le Mali (RPM) étaient face à la presse, le mardi 11 juillet 2017, dans la salle de conférence du Patronat, sous le thème : « Nous votons Oui pour le renforcement de la démocratie et pour le respect de nos engagements ». Ils étaient trois membres du bureau politique du RPM qui ont animé cette conférence de presse ; il s’agit du Secrétaire général du Parti, Me Baber Gano ; du Secrétaire politique et son adjoint, Hamadoun Konaté et Abdramane Sylla.

 maouloud ben kattra ministre emploi abdramane sylla malien exterieur referendum revision constitutionnelle oui ansonna rpm cmp

C’était en présence des militantes et militants ainsi que d’autres cadres du RPM et des partis amis.

Le Secrétaire général du parti au pouvoir ‘’Rassemblement pour le Mali’’ (RPM), Me Baber Gano, a édifié dans son propos préliminaire l’historique de la crise qui est survenue au Mali depuis 2012 et toutes les initiatives prises par les autorités en vue d’y faire face avec l’ensemble du peuple malien. Pour lui, après 4 ans au pouvoir, le Président de la République Ibrahim Boubacar Keita, à travers son Gouvernement, a pu redresser le pays et la croissance économique fait la fierté aujourd’hui. Pour Me Gano, il faut le respect des engagements pris, s’inscrivant dans le cadre du renforcement de la démocratie.

Pour lui, la révision constitutionnelle à laquelle l’opposition s’en prend, s’inscrit dans ce cadre. A ce point, il a qualifié les agissements de l’opposition de dérives par diffamation, par présomption, bref d’intoxication de l’opinion en investissant la société civile, les milieux religieux de Djenné à Nioro en passant par Bamako ainsi que les jeunes utilisés comme boucliers sur les réseaux sociaux. Et d’ajouter qu’au cœur de cette entreprise machiavélique se trouve par exemple le sujet imaginaire de l’homosexualité, une trouvaille abjecte entretenue en vue de heurter la conscience collective.

Pour le Secrétaire politique adjoint du RPM, Abdramane Sylla, ministre des Maliens de l’extérieur et de la coopération africaine, IBK est en face de gens qui n’ont pas de bonnes intentions, qui sont dans l’opposition. « Nous les politiciens, on se connait entre nous. Ceux qui sont dans l’opposition, mais beaucoup d’entre eux n’avaient même pas un vélo, mais ils ont des maisons au Canada et aux Etats-Unis », a-t-il révélé. Et de dire que certains savent qu’ils n’auront pas le pouvoir par les urnes et c’est pourquoi ils veulent des troubles dans le pays. Alors, il faut qu’ils sachent que cela ne marchera pas.

« Nous ne montrons pas nos muscles, sinon nous sommes le parti au pouvoir et nous sommes de la majorité », a-t-il indiqué. Il a ainsi invité la classe politique à gagner la bataille de la vérité contre celle de la manipulation dans un contexte où l’Etat malien, grâce au leadership du président IBK et la mobilisation du gouvernement, parvient progressivement à se réhabiliter sur plusieurs plans dont la croissance économique pendant qu’il était dans l’abime en 2013.

Il a invité l’opposition à faire une introspection responsable de sa gestion antérieure au plan collectif et individuel. A ce titre, le parti n’écarte pas de publier des notes qui édifieront davantage les maliens.

Quant au Secrétaire politique du RPM, Hamadoun Konaté, ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire, il a souligné qu’ils ont obligation d’être sages. « Nous avons l’obligation d’être sages parce qu’avant de venir au pouvoir nous l’étions. Alors cela n’est pas difficile pour nous d’être sage », a estimé le ministre Konaté. Et de préciser que leur rôle est de rassembler le peuple malien dans la sérénité et dans la cohésion.

Par ailleurs, il a égrené l’ensemble des avancées enregistrées dans le cadre de la recherche de la paix depuis les états généraux de la décentralisation, les assises du nord  en passant par les engagements préliminaires, la feuille de route, les restitutions aux forces vives du processus, la signature de l’accord, les autorités intérimaires, le MOC, les reformes du secteur de la sécurité, la loi de programmation militaire, etc. Analysant la situation sécuritaire d’ensemble, il a souligné qu’aucune belligérance ne mettait aujourd’hui aux prises les parties signataires de l’accord  dont la garantie implique également les partenaires techniques et financiers et les pays amis.

Ce qu’il faut retenir, c’est que les membres du parti au pouvoir sont déterminés plus que jamais pour sensibiliser le peuple aux atouts et aux avantages de la révision de la Constitution du 25 février 1992. Cette révision, selon leur point de vue, est pour le bonheur de notre pays. Ils ont promis que le referendum se tiendra et si le ‘’Non’’ l’emporterait, cela ne sera pas une honte pour le président de la République IBK car ce serait alors la volonté du peuple. Mais qu’ils sachent que le ‘’OUI’’ emportera car ils ont confiance en eux-mêmes et au peuple.

S.K. KONE

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct