Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Révision constitutionnelle : IBK joue avec le feu !

En voulant  coûte que coûte, vaille que vaille procéder à une réforme constitutionnelle, IBK mesure- t- il tous les risques qu’il fait courir à son pays déjà agonisant ? Est- il conscient du danger qui se profile à l’horizon en termes de déstabilisation des institutions de la république ?

makan diallo docteur droit prive avocat barreau paris mali

L’hypothèse  d’un soulèvement populaire ou d’un coup de force, au regard de la radicalisation et le risque d’affrontements entre partisans du Oui et du Non, est fort plausible. Notre pays, le Mali  a t il encore besoin d’un autre dévoiement ? La réponse est Non et c’est terminé…. pour être dans l’air du temps !

Le Mali a assez souffert et survivra difficilement à  une nouvelle crise institutionnelle. Pensons-y !

Si, IBK est conscient que sa démarche forcée est un risque pour la stabilité du pays et que  malgré tout, il s’entête a y aller de gré ou de force, il y a de quoi s’interroger sur la nature profonde du personnage. Aime- t-il réellement ce pays comme il le chante à  tout va ? Veut- il réellement  le bonheur des Maliens comme promis ? La paix et la quiétude au Mali ?

Aujourd’hui, sans être devin, l’on peut facilement  imaginer la suite des événements en cas de forcing.

IBK déçoit sur toute la ligne, et comme si cela ne suffisait pas, il a décidé cette fois- ci de tenter carrément une confiscation du pouvoir à travers une révision constitutionnelle dont la pertinence divise. Nul ne conteste la nécessité de « toiletter » la constitution du 25 février 1992. Cependant le timing n’est pas le bon car il n’échappe à personne à part peut être  IBK et ses sbires, que l’intégrité du territoire national est fortement  entamée. Les attaques sont quotidiennes, les morts s’accumulent et Kidal est toujours occupé, aucune présence Étatique dans cette zone. Le nord est coupé du reste du pays et le centre s’embrase. Avec tout cela, il y a encore des Maliens qui trouvent que tout va bien au Mali pour le meilleur des mondes et que le référendum peut se dérouler. Hé Dieu !

Aujourd’hui,  la grande majorité des Maliens sont vent debout contre ce projet. Le constat crève les yeux,  n’en déplaise aux opportunistes de tous  poils et autres voyous de la république qui s’activent éhontément à  faire croire le contraire et surtout  par leurs agissements, d’une bassesse et d’une indignité jamais égalées à conduire notre pays vers l’abime.  Tous les Maliens d’ici et d’ailleurs savent pertinemment ce que recouvre ce projet de révision constitutionnelle, l’inopportunité de l’organisation d’un référendum dans les conditions qui sont les nôtres actuellement. Ils sont prêts à tout pour faire barrage à ce projet funeste pour le Mali. Les protestations et autres manifestations, qui transcendent bien sûr le simple cadre de l’opposition politique, rappellent pour ceux qui ne le savent pas,  les années 90 au moment de la chute du régime de Moussa Traore. Le pouvoir à cause de ses errements ne semble plus faire peur…. Ce qui est extrêmement inquiétant !

Dire que le projet est mauvais et que le moment n’est pas propice pour organiser un référendum populaire  est une lapalissade.

A mon avis, le débat n’est même  plus à ce niveau, les choses étant très claires.

Ce qui me sidère et qui choque au plus haut point, c’est cette autre facette,  du Malien qui se révèle au grand jour. Cela peut paraître pour certains sans importance, à chacun son échelle de valeurs. Au stade où nous en sommes si l’on y prend garde, ce pays sera un jour sans repères à la merci des gens sans scrupules. La morale, l’éthique et les valeurs qui faisaient jadis notre fierté ont foutu le camp depuis belle lurette. Les choses vont de mal en pis.

Autour de ce dossier d’une importance capitale que n’a t on pas vu ? Et que ne voit-on pas ? déni, mensonge, forfaiture, népotisme, trafic d’influence, flagornerie, achat de conscience, gaspillage et détournement de deniers publics, escroquerie et prostitution intellectuelles, manque de patriotisme, inconscience caractérisée etc. Tout ça pour arriver à faire adouber un projet bancal.

On gaspille l’argent public, on pervertit la jeunesse, on divise la nation. Notre réforme constitutionnelle a t elle besoin de tout ça pour voir le jour ? A mon avis ce n’est pas le but du jeu.

Il y a beaucoup de priorités au Mali, et la plus essentielle à mon humble avis, est et demeure celle du dambeyèrè donmaya, tjignè  (dignité, se connaître soi même, humanisme, vérité). Le Malien doit intégrer en lui certaines valeurs fondamentales autrement nous serions toujours les derniers de la classe.

Comme toujours des Maliens ont tronqué leur dignité, leur conviction, leur honneur contre des espèces sonnantes et trébuchantes. Que le texte soit bon ou pas, qu’il va à l’encontre des intérêts du Mali et même d’eux mêmes , certaines catégories de Maliens ont décidé pour de l’argent ou pour des prébendes de ramer à contre courant de l’histoire. Si ce n’est pas de la traîtrise ça.. Ces traîtres de la nation, ces ennemis du peuple répondront un jour devant le tribunal de l’histoire.

Ce n’est pas un secret de polichinelle, le Président IBK veut son pouvoir, certains veulent « manger ». Sans scrupules et avec vilenie, on veut embastiller le brave peuple du Mali. Je dis Non.

Le Président IBK serait bien inspiré de ne pas engager un bras de fer avec son peuple en ces temps de troubles et d’incertitudes. Son pouvoir s’il en reste encore est sérieusement menacé.

Avant qu’il ne soit trop tard, faisons en sorte que le Président  IBK revienne a de meilleurs sentiments, qu’il se ressaisisse et  comprenne que le Mali n’a plus besoin d’un monarque, d’un despote, autrement le 26 mars 1991 aura été un non événement.

La réforme constitutionnelle est nécessaire, et elle se fera certainement, mais pas de sitôt, et non pas avec le contenu du projet en l’état ! Comme on dit, jamais deux sans trois. Qui sait, a l’instar des Présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré,  peut être que IBK aussi fera pschitt. Le projet est mal pensé et du mauvais travail a été fait qui demande qu’on mette balle à terre.

Le peuple souverain du Mali dit Non a Ba na !

Makan Diallo

Docteur en Droit privé

Avocat inscrit aux Barreaux de Paris et du Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct