Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Retour de la paix et de la stabilité au Mali : QUELLE CONTRIBUTION POUR LES MAÎTRES CORANIQUES ET LES NOTABILITÉS TRADITIONNELLES ?

La Mission de bons offices pour les Régions de Kidal, le delta central et la boucle du Niger, en collaboration avec le Haut conseil islamique du Mali (HCIM) et la Coordination générale des maîtres et élèves coraniques du Mali, a organisé, le weekend dernier au Palais de la culture Amadou Hampathé Bah, un forum national sur «la contribution des maîtres coraniques et des notabilités traditionnelles au retour de la paix et de la quiétude dans le delta central et la boucle du Niger».

Malian religious leader Cherif Ousmane Madani Haidara (L) speaks to Mahmoud Dicko, the head of Mali's High Islamic Council (HCIM), during a peace gathering organised by non-governmental organisations in Bamako on May 2, 2015 following deadly clashes between Tuareg rebel groups and Malian forces and pro-government militias in the north of the country. AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE / AFP / HABIBOU KOUYATE

Malian religious leader Cherif Ousmane Madani Haidara (L) speaks to Mahmoud Dicko, the head of Mali’s High Islamic Council (HCIM), during a peace gathering organised by non-governmental organisations in Bamako on May 2, 2015 following deadly clashes between Tuareg rebel groups and Malian forces and pro-government militias in the north of the country. AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE / AFP / HABIBOU KOUYATE

L’ouverture des travaux a été présidée, samedi, par le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. C’était en présence de plusieurs membres du gouvernement, des représentants du corps diplomatique et de nombreuses autres personnalités. La cérémonie a commencé dans une réelle ambiance de spiritualité avec la lecture du Saint Coran faite par Amadou Diallo. Juste après, le représentant du maire de la Commune V du District, M. Touré, a, dans son mot de bienvenue, manifesté sa reconnaissance à l’endroit des organisateurs du forum pour le choix porté sur sa collectivité afin d’abriter cet événement d’envergure. L’édile a souligné que par son organisation, les initiateurs du forum ambitionnent de vivifier les valeurs de la religion musulmane qui sont l’amour du prochain, l’entraide, la concorde, le pardon et la tolérance. Au nom des leaders religieux, le président du Haut conseil islamique de la Région de Ségou, Cheick Hachim Haïdara, a, tout d’abord, remercié le président de la République pour la marque de confiance et de considération qu’il ne cesse d’accorder aux religieux. L’érudit a, ensuite, rappelé l’important rôle que les leaders religieux ont toujours joué dans la stabilisation du pays. Cheick Hachim Haïdara a particulièrement insisté sur la cohésion et l’entente entre tous les fils du Mali, en ces temps de crise.
Dans son intervention le président du Haut conseil islamique, l’imam Mahmoud Dicko, a rendu hommage aux plus hautes autorités du pays pour la confiance placée en lui pour la coordination de la Mission de bons offices, composée de personnalités qui jouissent dans leurs localités respectives d’une grande honorabilité. Il notera que la présence du Premier ministre à cette cérémonie témoigne de l’importance qu’il accorde à la résolution de la crise au Nord et au Centre du pays. «Nous avons noté avec intérêt leur place dans votre Déclaration de politique générale (DPG), mais aussi votre pragmatisme dans la prise en compte de tous les aspects de la crise qui sévit dans notre pays. C’est pour cette raison que nous avons réuni tant de notabilités, chefs religieux, maîtres coraniques, pour que nous puissions nous concerter et échanger afin de trouver les pistes de solutions qui nous permettent d’aller vers la résolution de cette crise», a soutenu le Coordinateur de la Mission de bons offices. L’imam Dicko a également attiré l’attention de l’assistance que ces mêmes acteurs qui sont des éducateurs, des formateurs, qui ont la destinée de centaines de milliers voire des millions de nos enfants sont considérés comme des laissés pour compte et deviennent des cibles vulnérables. «Par conséquent, l’État et nous devrons conjuguer nos efforts pour mieux orienter et avoir un droit de regard sur l’avenir et le devenir de nos enfants», a-t-il recommandé.
Par ailleurs, le président du HCI dira aux partenaires du Mali qu’il est illusoire d’espérer sur une quelconque stabilité ou sécurité dans ces zones sans la prise en compte de cette réalité. Selon l’imam Dicko, le Mali, pays de culture de la paix, de la tolérance et du vivre ensemble, se doit de retrouver ses valeurs cardinales, d’intégrité et de courage intellectuel et physique qui ont toujours caractérisé la qualité de vie hautement conviviale dans notre société. «Malgré l’amélioration perceptible de la situation, les défis à relever restent nombreux et nous avons l’obligation et le devoir historique de faire face ensemble au devenir de ce pays. Les difficultés sur le chemin de la paix sont nombreuses, mais elles ne sont pas au dessus de nos capacités», a-t-il conclu.
Dans son discours d’ouverture, le Premier ministre a rappelé que la Commission de bons offices, mise en place par ses soins le 23 juin dernier, a comme mission de mobiliser toutes les notabilités traditionnelles, toutes les énergies et toute personne ayant un rôle à jouer dans le cadre du retour de la paix et de la stabilité dans notre pays. Tout en saluant les participants pour leur engagement en faveur de la paix, Abdoulaye Idrissa Maïga a indiqué que les rencontres de cette nature sont déterminantes dans le sens de la construction des projets collectifs, pour baliser la voie de l’avenir, travailler à la stabilité, à la paix afin de garantir l’avenir. «Il s’agira alors d’agir ensemble dans la fraternité», a-t-il exhorté. Selon le chef du gouvernement, les maîtres coraniques et imams ont un rôle majeur que nul autre acteur ne saurait jouer, avant d’ajouter que la quête de la paix est indéniablement l’objectif ultime de l’islam. «Autrement dit, nous devons croire et comprendre que nulle part, on ne pourrait décréter la fraternité. Car c’est la somme de toutes les vertus, c’est un comportement qu’on peut observer, interroger au quotidien», a-t-il souligné.
En outre, le Premier ministre a confié connaître les difficultés qui existent dans le delta central. «Le gouvernement a pleinement conscience des difficultés et souvent de la précarité dans lesquelles les maîtres coraniques administrent. Voilà pourquoi nous saluons leur présence ici», a indiqué Abdoulaye Idrissa Maïga. Il a ensuite invité les participants à réfléchir et à produire des idées qui puissent permettre une meilleure contribution des maîtres coraniques et des notabilités traditionnelles au retour de la paix et de la quiétude, singulièrement dans le delta central, à Kidal, dans la boucle du Niger, partout ailleurs au Mali et au Sahel.
Massa SIDIBÉ

 

Source: essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct