Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

RESSOURCES MINIERES : L’organisation et le développement de la petite mine au cœur des débats

Dans le cadre de la recherche des solutions aux difficultés qui ralentissent le développement du secteur minier et pétrolier, le Ministère des Mines a convoqué, courant semaine dernière, les Etats Généraux du secteur minier et pétrolier national. Cette rencontre des acteurs avec des Experts pour débattre et réfléchir sur le secteur minier et pétrolier du Mali. Cette rencontre qui a duré trois jours, du 27 au 29 juin 27, a permis de faire le diagnostic du secteur.

 tiemoko sangare ancien ministre president adema pasj
Pour mieux organiser le secteur minier et pétrolier du Mali, le Ministère en charge des Mines a organisé, du 27 au 29 juin 2017, au Palais de la Culture Amadou Hampaté Bah de Bamako, les Etats Généraux du domaine. Une rencontre qui a regroupé l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion du secteur minier et pétrolier, plus particulièrement les trois parties prenantes  qui sont les institutions publiques, les opérateurs miniers et pétroliers et les communautés.
Accueillant la rencontre dans sa circonscription, le Maire de la Commune V du District, Amadou Ouattara, a exprimé toute sa reconnaissance de voir cette rencontre se tenir sur son territoire. Pour lui, les mines et surtout l’or ont participé au rayonnement du Mandé. Et, il ajoute, à travers cette rencontre, il s’agit d’amener les questionnements sous l‘arbre à palabre pour que l’or participe au développement durable du pays.
Prenant la parole, le Ministre des Mines,  Pr Tièmoko Sangaré,  a souligné que le Mali est un pays très riche en or. Et, cela remonte de 1324 avec le retour de Kankou Moussa de la Mecque.
Suivant ses explications, il y a 10  mines aurifères  au Mali avec une production moyenne de 50 tonnes d’or par an et plus de 63 tonnes d’or produites en 2013. La production d’or occupe une place centrale dans l’Economie malienne et fourni 25% du Budget national, regorge plus de 12.000 travailleurs avec plusieurs dizaines de milliers d’emplois indirects créés. Aussi, avec plus de 34 sites d’exploitation, le secteur minier et pétrolier montre, selon le Chef du Département de tutelle, des signes d’affaiblissement ; car, il y a 10 ans de cela, le Mali occupait la troisième place en Afrique.
Pour trouver des solutions à ces difficultés, le Ministère en charge des Mines est résolument engagé depuis plus d’une dizaine d’années dans la voie de certaines reformes telles que la relecture du code minier, l’élaboration de stratégies pour la diversification, le développement de l’artisanat minier et de la petite mine et une meilleure gouvernance des ressources minières.
«Les défis sont nombreux», dixit le Ministre Sangaré
Au nombre des défis majeurs, et qui sont à relever urgemment, le Ministre Tièmoko Sangaré évoque l’organisation et l’encadrement de l’orpaillage pour mettre les ressources naturelles au service du développement. Dans cette optique,   il a fait savoir  pour que l’or du Mali puisse briller pour tous les Maliens il faut d’abord qu’il y ait une meilleure organisation et un encadrement adéquat du secteur. Aussi, il faut une bonne gestion des ressources. L’exploitation doit être règlementée et la filière bien structurée. Cela, tant au plan national qu’international.
Le Premier Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga, soutenant les propos du Ministre Tièmoko Sangaré a estimé qu’il est plus important d’accélérer le renouvellement du parc minier et réfléchir au développement de la petite mine dans notre pays.
Amara BATHILY
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct