Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Report du retour de l’administration à Kidal

Nouveau report du retour de l’administration à Kidal. Annoncé pour le 20 juillet, le chronogramme établi par les groupes armés et le gouvernement n’a pu tenir. Les discussions pour un cessez-le-feu entre la CMA et la Plateforme qui se sont affrontés il y a quelques jours ont échoué. Le gouvernement tient les groupes armés pour responsables de ce nouveau report.

rebelle touareg combattant cma mnla hcua bandit armee ville nord mali kidal tombouctou

L’installation du gouverneur et la mise en place du Mécanisme opérationnel de coordination à Kidal vont encore attendre. L’échéance du 20 juillet convenue entre le gouvernement, la Plateforme et la CMA a, une nouvelle fois, été reportée. Ni la mise en place de la Commission de bons offices, encore moins le renouvellement des engagements des Groupes armés n’ont permis de maintenir cette date.
Le gouvernement du Mali accuse la Plateforme et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) d’être responsables de ce nouvel échec du retour de l’administration à Kidal. Selon le ministre de la Défense, cette attitude est révoltante pour l’État malien qui fait preuve de beaucoup de disponibilité pour l’application intégrale de l’Accord. Tiénan Coulibaly souligne que les discussions entamées pour parvenir à un accord de cessez-le-feu entre les deux mouvements n’ont pu aboutir. Il estime cependant que les tractations se poursuivent afin d’avoir un accord le plus rapidement possible.
Pourtant il y a quelques jours, la CMA affirmait être prête pour le retour de l’administration et la mise en place du MOC dans la ville de Kidal ce 20 juillet. Aux mains des groupes armés de la CMA depuis mai 2014 le retour de l’administration devrait permettre l’installation du gouverneur et le retour des services sociaux de base dans la région.

Malgré le blocage, toutes les parties se disent prêtes

Pour le moment, c’est le blocage en attendant la reprise des pourparlers. Mais le gouvernement se dit prêt pour la mise en place du MOC à Kidal et le retour de l’administration dans la région. Selon le ministre de la défense le matériel technique et les deux cents éléments des forces maliennes sont à disposition pour le MOC. Cependant, le ministre estime que les conflits internes entre les groupes armés constituent des obstacles à la mise en œuvre de l’accord d’Alger.
Tienan Coulibaly, ministre de la Défense et des anciens combattants :

Audio Player

 Les responsables de la Coordination des mouvements de l’Azawad se disent aussi prêts pour le retour de l’Administration et le démarrage du Mécanisme opérationnel de coordination à Kidal. Selon eux le blocage se situe au niveau de la Plateforme qui émet des réserves sur certains points. La CMA estime que la cessation des hostilités est nécessaire pour la réussite de cette opération.
Ilad Ag Mohamed, porte-parole de la CMA :
De son côté, la Plateforme réfute ces accusations et se dit surprise par la déclaration du gouvernement. Ses responsables mettent en cause la Coordination des mouvements de l’Azawad dont ils exigent le retrait de la localité d‘Anéfis. Ils disent aussi avoir émis des réserves sur l’interdiction imposée par Barkhane et la Minusma à la Plateforme de rentrer à Kidal et à la CMA de rentrer à Anefis.
Source: studiotamani
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct