Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Remise de 100 cages flottantes aux pisciculteurs: Nango concrétise ine promesse d’IBK

Le ministre de l’Elevage et de la pêche, le Dr Nango DEMBELE, a procédé, le mardi 28 février à Sélingué, à la remise des kits de 100 cages flottantes, pour un coût de plus de 709 millions de FCFA, aux pisciculteurs des zones de Sélingué, Bla, San et Yanfolila, concrétisant ainsi une promesse faite par le Président Ibrahim Boubacar KEITA, lors de la journée du paysan en mai 2016 à Baguinéda.

cages flottantes pisciculteurs peche

La cérémonie de remise desdits équipements qui s’est déroulée sur les berges du Sankarani à Sélingué, a enregistré la présence du ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Mahamane BABY ; de l’ancien ministre du Développement rural, le Dr Bokari TRETA ; des députés de la Commission développement rural de l’Assemblée nationale; du représentant de la coopération technique Belge ; du représentant du gouverneur de Sikasso ; du directeur national de la pêche ; des autorités communales et coutumières de Sélingué ; de la présidente de la Fédération nationale des femmes rurales ; des représentants des organisations professionnelles de la filière poisson…
Cet important appui au secteur piscicole permettra la création de 500 emplois directs pour une production de 500 tonnes de poissons tous les 4 à 6 mois d’élevage.
Aussi, contribuera-t-il à l’amélioration des conditions de vie des populations des localités concernées. Le coût de l’opération est estimé à plus de 700 millions de FCFA.
Dans leurs interventions, le maire de la commune de Baya, le représentant des bénéficiaires et le représentant des jeunes ont tour à tour félicité le Président de la République pour la concrétisation de cette promesse au profit des pisciculteurs.
Pour eux, ceci est une illustration parfaite de la vision du président IBK de faire du monde rural un secteur pourvoyeur de richesse.
Ils ont vivement apprécié cet appui à la pisciculture qui est une réponse au problème d’emplois des jeunes et une solution à l’exode massif des jeunes ruraux vers les zones d’orpaillages.
La présidente de la Fédération nationale des femmes rurales, Sirébara Fatoumata DIALLO, a remercié le président IBK pour avoir honoré cette ambition d’une grande portée économique en faveur du monde rural.
Elle a profité de l’occasion pour appeler les autorités à donner davantage de chances aux femmes du pays, dont l’épanouissement est synonyme de développement des familles et du pays par ricochet.
Par ailleurs, elle a apprécié le fait que les femmes sont bénéficiaires des 24% de ces cages, largement supérieur aux 15% que les textes prévoient de les octroyer.
Pour elle, une fois que cette initiative sera vulgarisée davantage, notre pays n’aura plus besoin d’importer du poisson.
Le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Mahamane BABY, s’est réjoui du fait que cette initiative contribuera à donner des emplois à des centaines de personnes.
Le ministre BABY a fait savoir qu’il y a également dans la localité de Sélingué une quarantaine de cages financées dans le cadre de l’APEJ pour améliorer le revenu des populations et assurer l’autosuffisance alimentaire.
Ainsi, il a apprécié ce partenariat «gagnant-gagnant» avec le ministère de l’Elevage et de la pêche en soulignant que les questions d’emploi et de formation professionnelle sont transversales.
Le ministre de l’Elevage et de la pêche, le Dr Nango DEMBELE, a rappelé que lors de la 12ème édition de la journée du paysan, le Président IBK avait promis aux pêcheurs, à leur demande, de les insérer dans le programme d’installation des cages flottantes, dans son projet présidentiel d’intensification de la pisciculture, pour permettre leur reconversion en pisciculteurs.
Le ministre a exprimé toute sa satisfaction face à la concrétisation de cette promesse du projet présidentiel qui touchera directement 500 femmes et des jeunes provenant essentiellement des campements de pêche de Sélingué, Yanfolila, Bla et San.
La quarantaine d’associations bénéficiaires, précise le ministre, vient de Carrière, Faraba, Yoroladaga Assomoriladaga autour du lac de Sélingué dans le cercle de Yanfolila ; de Ngorom et Nani dans le cercle de Bla ; de Tabara et la station de pompage de San dans le cercle de San.
Ces associations, a-t-il fait savoir, recevront des kits individuels et des kits collectifs. Les kits individuels sont composés d’une cage flottante de 144 m3 avec accoudoir ; de 13 000 alevins ; de 3,5 tonnes d’aliment poisson granulé ; d’un gilet de sauvetage ; de petits matériels dont un filet épervier, une brouette, des sceaux et baignoires, d’une balance de 50 Kg et des produits de traitements du poisson.
Quant aux kits collectifs, en plus du suivi de l’élevage et l’appui conseil, comprennent un appareil d’analyse des paramètres physico-chimiques de l’eau ; 15 pirogues d’une tonne ; 3 motos et 1 moteur hors-bord.
Pour le ministre, les mesures d’accompagnement de cette opération vont porter sur l’information et la sensibilisation, l’organisation des acteurs et un accent particulier sur la formation et l’appui conseil.
Pour ce qui est du coût de l’investissement, il est estimé à 709 992 500 FCFA, sur le budget national.
Quant à l’impact du projet,, le ministre de l’Elevage et de la pêche a mentionné entre autres, le maintien de l’équilibre de l’écosystème et de la biodiversité ; l’augmentation de la production de poissons, estimée à 500 tonnes par cycle d’élevage qui est de 4 à 6 mois ; l’organisation des jeunes autour de l’activité de pisciculture et leur maintien dans leur terroir ; la création de 500 emplois permanents; la disponibilité des protéines d’origines animales pour les populations locales ; l’installation d’autres jeunes dans la pisciculture par le système revolving et l’amélioration des conditions de vie des populations locales.

Pour le ministre DEMBELE, le financement de ces investissements sur le budget national prouve que la pisciculture constitue une alternative à la baisse des captures de poisson des cours d’eau liée aux aléas climatiques imputables aux changements climatiques et aux pratiques anthropiques néfastes dans les plans d’eau et le long des cours d’eau.
En conclusion, il a informé que d’importants moyens sont mobilisés sur instruction du Président IBK pour poursuivre la même expérience dans d’autres localités du pays, notamment à l’Office du Niger à Ségou ; de même que des actions de pisciculture communautaire dans la région de Sikasso.

PAR MODIBO KONE

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct