Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Recherche et d’expérimentation en BTP: les nouvelles ambitions du CNREX-BTP

Le Centre national de recherche et d’expérimentation en bâtiment et travaux publics (CNREX-BTP) a tenu, hier lundi, dans ses locaux, sis à la Cité UNICEF de Niamakoro, la 21e session ordinaire de son conseil d’administration, consacrée surtout à l’examen du compte-rendu et le point d’exécution des recommandations de la 20e session ; le rapport d’activité du Centre et les comptes financiers au 31 décembre 2016 ; ainsi que le projet de programme d’activités et le projet de budget au titre de l’année 2017.

Makan Fily DABO secretaire general ministre equipement transports desenclavement conference projets sectoriels metd

Placée sous l’égide du secrétaire général du ministère de l’Équipement, des transports et du désenclavement, Makan Fily DABO, représentant le ministre, PCA (président du Conseil d’administration), la cérémonie d’ouverture de cette session s’est déroulée en présence des administrateurs et du directeur général du Centre, Adama COULIBALY.
Selon le secrétaire général, la présente session budgétaire se tient dans un contexte marqué par une nouvelle vision que le département entend imprimer à ce Centre qui a pour vocation la recherche dans le domaine des BTP, objet d’une nouvelle politique sectorielle, devant permettre de donner à ce secteur très stratégique, une nouvelle orientation.
Cette vision, a-t-il précisé, exige entre autres une optimisation des ressources aussi bien humaines que matérielles du centre pour une meilleure exécution des missions qui lui sont assignées.
« Je disais lors de la 20e session que notre ambition était de faire du Centre national de recherche et d’expérimentation en bâtiment et travaux publics, le fleuron, la référence en matière de recherche et d’expérimentation dans le domaine du bâtiment et d’expérimentation en bâtiment et en travaux publics. Aujourd’hui, cette ambition demeure entière, un objectif à atteindre. Cela est possible. Il suffit d’y croire », rappelle M DABO. Pour ce faire, soutient-il, le Centre doit à l’interne se prémunir d’outils efficaces de gestion lui permettant d’entreprendre la démarche qualité dans l’optique de son accréditation à la norme ISO 17025. De même, la Direction doit innover et être plus imaginative pour que le personnel du Centre soit dédié à la recherche et à plus de résultats concrets sur le terrain.
Pour le secrétaire général, « la performance doit être le credo de la direction générale. L’immobilisme doit être banni ».
En tout cas, M DABO s’est réjoui de l’adoption, lors de la session dernière, d’un plan de communication dont la mise en œuvre permettra de mettre en lumière les activités du Centre. Tout comme le plan stratégique de développement, en cours de finalisation, qui va favoriser, est-il convaincu, l’implication du Centre dans les travaux d’envergure nationale tout en mettant l’accent sur le financement conséquent de la recherche.
Ces différentes actions devront être soutenues par les nouveaux textes régissant les laboratoires des BTP, déjà adoptés par le gouvernement.
Aussi, a-t-il fait savoir, l’accompagnement du Centre dans cette démarche à travers des conventions avec la Direction nationale des routes, de AGEROUTE, l’OMH et des accords de partenariat avec certains laboratoires et institutions de recherche au niveau national et international sera requis pour relancer et dynamiser le CNREX-BTP.
Pour le nouveau DG du CNREX-BTP, Adama COULIBALY, outre les missions classiques du Centre, 2017 verra la recherche sur des produits innovants (nouveaux), à travers des plans d’essai sur certaines routes ; et l’expérimentation des terres cuites (four, une source d’énergie appropriée) qui seront vulgarisées dans les villages en cas de succès.
Aussi, a-t-il noté, la présence du CNREX-BTP sur le 2e pont de Kayes et le 4e pont de Bamako, sur lesquels le Centre mène des études ; en plus des sollicitations des particuliers
Le CNREX-BTP a un besoin de formation et d’équipements de pointe, pour permettre à ses agents de satisfaire les atteintes des clients ; et d’être accrédité, autrement dit tout résultat qui sort du laboratoire n’est incontestable.
Parlant du budget, selon le DG, en 2016, le CNREX-BTP a fait des recettes, estimées à 1,3 milliard de FCFA contre 1,2 milliard de FCFA de dépenses.
Quant à l’année 2017, le projet de budget, soumis à l’approbation des administrateurs était l’ordre de 900 millions FCFA.

Par Sékou CAMARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct