Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Randgold-Barrick: le mariage de raison

Tout est fin prêt pour la fusion entre la société minière Randgold, présente dans notre pays, depuis 23 ans, et Barrick Gold corporation, la plus grande aurifère dans le monde. Dans une semaine, les actionnaires des 2 sociétés devront donner leur quitus. L’information a été donnée au cours de la traditionnelle conférence de presse organisée par Randgold qui a eu pour cadre un hôtel de la capitale. Outre le Directeur exécutif (D.E.), Dr BRISTOW, elle a mobilisé les cadres et les partenaires de la société aurifère.

Occasion pour le D.E. d’expliquer que la fusion entre Randgold et Barrick est celle de la plus grande société aurifère avec la société la plus rentable. En effet, a-t-il justifié, Barrick dispose de 3 mines de classe mondiale et Randgold en dispose de 2. Aussi, la nouvelle entité aura sous son contrôle plusieurs mines d’or parmi les plus grandes et les plus rentables au monde.
Fier de ses performances, le Dr BRISTOW affirme, sans coup férir : « aujourd’hui, Randgold n’est pas la plus grande compagnie aurifère dans le monde, mais elle est la plus profitable ».
Expliquant la fusion, il a fait savoir qu’il s’agit de la combinaison de 2 valeurs, les 2 sociétés étant cotées en Bourse, non d’une transaction financière où une société achète une autre. Le Dr BRISTOW annonce que le New Barrick Group, c’est plus de projets miniers avec un intérêt particulier pour l’Afrique.
Si le processus de fusion semble bouclé, il reste néanmoins une étape incontournable : l’approbation par les actionnaires des deux sociétés qui se réuniront la semaine prochaine, a-t-il fait savoir.
Dans le Conseil d’administration du nouveau Barrick, le Dr BRISTOW occupera le poste de Président et PDG alors que John THOMPSON sera le Président exécutif.
Si la question de la fusion suscite un vif intérêt chez nos compatriotes, ils ne sont pas non plus indifférents au bilan de Randgold qui fait l’objet d’une présentation trimestrielle. Dans ses propos liminaires, le Dr BRISTOW a réitéré son ambition de développer les ressources minières maliennes, avec des Maliens, pour le Mali. De même, a-t-il rappelé, la ‘’malianisation’’ des dirigeants des mines, avec des employés maliens, à l’exception de 2 % de spécialistes. Il explique la réussite du programme de développement et de nationalisation par une stratégie reposant sur la sélection des étudiants brillants et d’employés qui sont envoyés en formation dans les universités à l’étranger.
Quant à l’argent versé à l’État, en 23 ans de partenariat, a fait savoir Dr BRISTOW, il s’élève à 2,5 milliards de dollars. Ce qui ne prend pas en compte les salaires et les paiements aux fournisseurs.
Il est revenu sur le respect de critères telles la sécurité, la lutte contre le paludisme, la protection de l’environnement qui sont indispensables pour justifier le statut de mine de classe mondiale.
À sa suite, Chaka BERTHE, le Directeur des opérations pour l’Afrique de l’Ouest, a exposé les résultats du 2e trimestre des opérations minières de Randgold, ceux du 3e trimestre ne pouvant l’être faute d’avoir été approuvés par le Conseil d’administration qui se réunit la semaine prochaine.
À Loulo-Gounkoto, il note une augmentation de la production par rapport au trimestre précédent. Il a annoncé que les travaux sont en cours pour ce qui est de la super fosse.
Pour Morila en phase de fermeture, deux options s’offrent : retraiter la boue pour récupérer quelques onces et réduire l’impact environnemental de l’activité minière ; exploiter avec d’autres les petits gisements autour.
La société est dans une dynamique de transformer Morila en centre commercial agricole.
M. KANTE a parlé du volet développement communautaire axé sur l’éducation ; l’eau potable ; le développement économique et la santé.
En matière d’éducation, on note, la construction de 12 écoles avec un effectif supérieur à 3 000 élèves contre 500 environ à l’ouverture de la mine ; l’attribution de bourses d’excellence à 26 étudiants locaux, sous le slogan : un village, une école.
En matière d’approvisionnement en eau potable, il y a la réalisation de 47 forages et 4 systèmes d’adduction en eau ; une analyse régulière de la qualité de l’eau, avec un compte-rendu.
Pour ce qui est du développement économique, la mine a favorisé l’implantation de Microcred, avec 221 millions FCFA de dépôts, dont 100 millions FCFA de crédit accordé, une ligne de crédit de 122 FCFA millions créée.
Dans le domaine de la santé, il y a la lutte contre le paludisme ; 1 centre de santé a été construit, 2 réhabilités et équipés pour plus de 183 millions FCFA…
En réponse à une question sur l’orpaillage traditionnel, Chaka BERTHE a fait savoir qu’il faut impérativement y trouver une alternative. Celle pratiquée est l’emploi des jeunes dans les mines, la création de fermes agricoles, la cession de parcelle sur le permis d’exploitation. La question qui est transnationale réunit hebdomadairement un Comité, a-t-il fait savoir, pour trouver les réponses idoines.

Par Bertin DAKOUO

Info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct