Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Projet de Renforcement de la Résilience à l’Insécurité Alimentaire (PRIA-Mali) : Les agriculteurs et éleveurs vulnérables du Nord à l’honneur !

Le ministre de l’agriculture, Kassim Denon en présence de plusieurs cadres de son département et de celui de l’élevage, a procédé à la remise officielle des semences céréalières, maraichères, fourragères ainsi que des produits vétérinaires aux responsables des services techniques des régions de Mopti, Tombouctou, Taoudeni, Gao, Menaka et Kidal. C’était le vendredi 30 décembre dernier sur l’esplanade du stade du 26 mars à Yirimadio.

Kassoum Denon ministre agriculture conference

Cet appui destiné  aux agriculteurs et éleveurs vulnérables de la partie septentrionale de notre pays, s’inscrit dans le cadre du Projet de Renforcement de la Résilience à l’Insécurité Alimentaire (PRIA-Mali), lequel est  doté d’un portefeuille budgétaire de 24 milliards de Franc CFA.

Selon le ministre de l’agriculture, Kassim Denon, PRIA-Mali est la composante nationale du Programme Régional de renforcement de la résilience face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle récurrente dans le sahel, comprenant d’autres pays membre du CILSS, de la CEDEAO, et de l’UEMOA. Qui sont : le Burkina Faso, le Tchad, la Gambie, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Mali.

Il dira par la suite que ‘’PRIA Mali’’ constitue une réponse stratégique durable à la récurrence de l’insécurité alimentaire avec son corolaire de malnutrition dans le sahel. Crée en 2015-2016, il  a pour objectif d’apporter des réponses idoines aux nombreuse préoccupations  des populations vulnérables, en termes d’appui à la reconstitution du cheptel par l’octroi de noyau de caprins et de camelins aux éleveurs vulnérables.

De même que  l’approvisionnement des exploitations familiales agricoles en semences céréalières, maraichères et fourragères, pour leur permettre d’entreprendre  des activités de production céréalière et maraichère, gage du retour définitif de la paix. Aussi, le projet doit intensifier la pisciculture communautaire par l’empoisonnement de nouveaux plans d’eau.

Soutenant que la sécurité alimentaire et nutritionnelle comme dimension de la souveraineté alimentaire constitue la ligne directrice du politique agricole du Mali, le ministre Denon dira qu’il revient à l’Etat de définir et de mettre en œuvre une politique agricole et alimentaire autonome garantissant  une agriculture durable basée sur les productions locales les plus importantes. Que l’objectif visé par cette politique de lutte contre l’insécurité alimentaire est de rendre moins vulnérables les producteurs et productrices agricoles dans la perspective d’une augmentation durable de la production et de la productivité agricoles, pour de meilleurs revenus et une amélioration soutenue des conditions de vie.

S’adressant à l’équipe du Projet, Kassim Denon dira qu’il se réjouit  du stade atteint dans le processus de recrutement du bureau d’ingénieur conseil et de celui chargé d’apporter l’assistance technique à la gestion du Projet. Cela, pour entre autres, l’aménagement de 1000hectares, le surcreusement de 40mares, la construction de 40 magasins d’aliment bétail et l’empoisonnement de 160hectares de point d’eau de surface. Par ailleurs le ministre Denon a remercié la Banque Islamique de Développement et l’ensemble des partenaires techniques et financiers pour leur soutien au Mali dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la mal nutrition.

A noter que  le ministre Denon a instruit aux responsables d’acheminer ces produits le plus rapidement possible aux bénéficiaires. En plus, le ministre a mis  en garde que toute défaillance dans le cadre de la mise en œuvre effective de cette activité sur le terrain ne saurait  être  tolérée.

Par Moise Keita

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct