Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Processus de paix : Pour qui roule le CJA

Le Congrès pour la justice dans l’Azawad (CJA) se dit dédié à la mise en œuvre de l’accord. Le mouvement se donne la mission d’inscrire ses actions en faveur de la justice. C’est du moins ce qui ressort des explications de ses fondateurs.

malick-alhousseini-maiga-ministre-energie-eau-conference-coren-bilal-ag-acherif-rebelle-touareg-combattant-cma-mnla-hcua

En conférence de presse lundi à Bamako, les responsables de la CJA ont expliqué le bien-fondé d’un tel mouvement. Selon le président du comité exécutif du CJA, Azarock Ag Inabourchad, en créant ce mouvement politico-militaire le 10 octobre 2016, il est question de protéger les populations face à l’insécurité.

Si l’on en croit ses explications, le CJA n’a pas vocation à en découdre avec l’Etat malien. “La rébellion est terminée, mais la révolution continue pour la construction de la paix”, a-t-il lancé.

Suivant ses propos, le CJA n’a pas le droit de cautionner ce que l’accord n’a pas prévu. Et d’énoncer cette précision de taille : “Les gens qui ont créé la CJA, mais ils ne sont pas en dehors de la CMA”.

Convaincu qu’aujourd’hui, on ne peut pas gérer une zone par procuration, la CJA dit s’impliquer pour la quiétude dans ses zones d’intervention ; à savoir : les régions de Tombouctou et Taoudenit.

Depuis que l’accord est signé, indiquera-t-il, c’est le statu quo à cause de l’insécurité. C’est pourquoi, a-t-il souligné, le CJA se propose d’être un acteur pour défendre les communautés et de lutter contre le banditisme.

Qu’en est-il de la notion Azawad ?

Autres raisons évoquées par le premier responsable du CJA, la question des réfugiés qui ne sont pas retournés, les écoles et les centres de santé qui ne fonctionnent plus dans la zone.

Sur la gestion de la sécurité, le CJA fait le constat que malgré la présence de la Minusma, Barkhane, les FAMa et les groupes signataires, la situation d’insécurité n’a pas changé sur le terrain.

Pour sa participation à la mise en œuvre de l’accord, les responsables du CJA estiment disposés de ressources humaines sur le plan politique et militaire pour être présents dans les différentes structures du processus de paix.

Autre spécificité du CJA, selon son président, c’est la forte concentration des nomades et sédentaires. Sur un bureau de 51 membres, 29 sont des milieux sédentaires.

“Nous n’avons pas fait de différence entre l’Azawad et le Kaarta. C’est parce qu’on associe l’Azawad à une notion de scissionniste que c’est un problème. Pour nous,  l’appellation est comme n’importe quelle région du Mali. Nous n’avons pas l’idée de le séparer du Mali. Nous attendons d’ailleurs que la notion ‘Azawad’ soit gérée par la conférence d’entente nationale”, en réponse à l’épineuse question du mot “Azawad”.

Alpha Mahamane Cissé

Source :l’indicateur du renouveau

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct