Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Primaire de la gauche: sur France 2, Manuel Valls tente de convaincre

Manuel Valls était l’invité de l’Emission politique sur France 2 jeudi soir. Un test grandeur nature pour l’ancien chef du gouvernement à une semaine du premier débat de la primaire citoyenne. Avec un objectif : essayer de convaincre qu’il est le meilleur candidat pour représenter la gauche de gouvernement lors de l’élection présidentielle.

manuel-valls-premier-ministre-france

Depuis l’annonce de sa candidature à la présidentielle, Manuel Valls essaie de gommer son image clivante de trublion d’un Parti socialiste poussiéreux. Plus question de déverrouiller les 35 heures ou de supprimer l’impôt sur la fortune.

Interrogé sur cette transformation, l’ancien Premier ministre fait une pirouette : « Je sais bien que beaucoup m’aimaient quand j’étais briseur de rêve, de tabous. A 5% ! Mais bien sûr que j’ai changé. Je n’ai pas changé de conviction, mais j’ai changé, j’ai mûri ».

Et surtout Manuel Valls a gouverné. Et il affirme avoir tiré les enseignements de son passage à Matignon, notamment concernant l’utilisation du 49-3 pour faire passer la loi Travail. Il assume : « J’ai bien compris aussi ce que cela donnait de sentiment de brutalité ».

Fermeté et laïcité

Mais quand il débat avec Philippe Martinez, le patron de la CGT, Manuel Valls retrouve les accents de la fermeté : « J’assume encore une fois devant vous cette politique de soutien aux entreprises. Pas des cadeaux au patronat ».

Et face à Attika, une jeune musulmane qui explique qu’elle a choisi de porter le voile, il réaffirme sa conception de la laïcité : « Je m’inquiète d’une mode, celle d’un voile revendiqué, porté comme un étendard politique ».

Manuel Valls a essayé de montrer qu’il avait évolué juste assez pour justifier son positionnement : « Moi, je suis au cœur des progressistes. D’Emmanuel Macron jusqu’à Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon ».

Une affirmation dont il va devoir faire la démonstration. Selon le sondage effectué au cours de l’émission, Manuel Valls n’a été convaincant que pour 29% des Français interrogés. Un score bien plus faible que celui réalisé par Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon, que Manuel Valls a commenté en déclarant : « Il faut continuer de convaincre ».

Source

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct