Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Présidentielles de 2018 : la réélection de IBK passera-t-elle par Ras Bath?

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta n’est plus qu’à un an de la fin de son mandat. Déjà, au sein du Rassemblement pour le Mali (RPM) et les partis de la mouvance présidentielle, on est en plein dans les petits calculs pour décrocher au chef de l’Etat un second mandat de 5 ans. Mais, au sein des partis amis du président Keïta on est loin d’ignorer la réalité ; Une réalité marquée par l’émergence de nouvelles forces qui peuvent déjouer toutes les prévisions et imposer l’alternance en 2018. Le ton de ce mouvement contestataire a débuté, il y a quelques mois avec la plateforme «An tè Abanna » ; Mais, la donne, on le sait, a changé depuis. Désormais, la crainte du parti présidentiel vient plutôt du coté d’une association qui  commence à faire tâche d’huile dans tout le pays et même à l’extérieur. Dirigé par le très populaire chroniqueur, Youssouf Bathily dit Ras Bath, cette association, ou plutôt, ce mouvement de jeunesse appelé Collectif pour la Défense de la République (CDR), se positionne comme une véritable force (de changement) avec laquelle il faut certainement compter lors des prochaines élections générales de 2018.

ibrahim boubacar keita ibk president malien youssouf mohamed bathil rasbath cdr

Surfant sur le seul slogan : « alternance 2018 », le CDR, a fait la rupture avec les partis politiques de l’opposition qui le soupçonnent de vouloir venir chasser sur leurs terres. Pour les anciens alliés politiques de Ras Bath, le CDR est et doit rester cette organisation de la société civile qui doit continuer son combat citoyen pour l’éveil des consciences. Mais, c’était sans compter avec les ambitions de cette jeunesse ivre de changement. Aussi, il y a aujourd’hui de forte chance que ce que les hommes politiques (Soumi, Tiébilé, Soumana Sako, Mme Sy Kadiatou Sow etc) redoutaient, soit justement l’orientation que le chroniqueur entend donner à son mouvement. Depuis plusieurs jours, des sources bien renseignées font état de manœuvres tendant  à ériger le CDR en parti politique ( ?). Lors de certaines émissions animées par Ras Bath et quelques membres du directoire du CDR, des informations qui ne trompent guère quant à leur glissement sur le terrain de la politique étaient données. L’implantation de cellules CDR se multiplie dans les six communes du district, dans les régions et dans plusieurs pays africains et Européens. Au même moment, les militants sont invités à effectuer les démarches qu’il faut pour entrer en possession de leurs cartes NINA, pièce capitale pour faire l’alternance par la voix démocratique. Si son leader, Ras Bath s’est jusque là montré très réservé sur ses ambitions politiques supposées, ils sont de plus en plus nombreux les militants et sympathisants du CDR qui ne font aucun mystère quant à leur volonté de préparer leur idole à assumer les plus hautes fonctions de l’Etat au Mali où, les CDRistes n’ont pas de mots assez durs pour qualifier tous les hommes politiques qui ont eu à diriger le pays durant les vingt dernières années. Au sein de l’opinion nationale, les messages de Ras Bath et son CDR (choquer pour éduquer les corrompus et ceux qui sont passés maîtres dans l’art de piller les caisses de l’Etat) galvanisent une masse critique de partisans autour de ce mouvement né spontanément et qui donne déjà beaucoup de fil à retordre à certains hommes politiques qui lorgnent du coté de la colline du pouvoir. C’est tout naturellement que du coté du président IBK et les partis de la majorité présidentielle, l’on multiplie les discussions (négociations ?) afin d’avoir le Rasta de leur coté. Et, cela, au plus tard avant que ne s’ouvrent les joutes électorales de 2018.

Papa Sow  

L’ Aube
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct