Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Pourquoi 2016, comme 2015, fut encore l’année la plus chaude dans le monde?

L’année 2016 risque d’être l’année la plus chaude depuis qu’on a commencé, en 1880, à mesurer les températures. La période s’étalant de janvier à novembre a déjà pulvérisé tous les records. Et les chiffres de décembre, qui seront connus en janvier 2017, ne devraient rien y changer. Ce sera donc la deuxième année consécutive de tous les records : en 2015, les températures avaient déjà été plus élevées que jamais. Et l’année 2016 aura donc été encore plus chaude.

Carte monde drapeaux pays

2016 est la pire année en termes de températures planétaires : 1,2°C de plus par rapport à la fin du XIXe siècle. Rien de surprenant, estime Valérie Masson-Delmotte. Paléoclimatologue, elle étudie les évolutions du climat sur de longues durées. Ci-dessous, ses explications sur les antennes de RFI :

« Ce réchauffement, ce n’est pas une surprise, puisque nous ajoutons des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Ces gaz à effet de serre empêchent la chaleur de la Terre de partir vers l’espace, et ils entraînent un réchauffement de l’air mais aussi des eaux de mer, et une fonte des glaces. Donc, plus on continue à ajouter des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, plus on s’attend à ce que la température augmente. »

Et de filer la métaphore : « C’est un peu comme quand on lâche une balle du haut d’une montagne : par la force de la gravité, la balle va descendre, mais de temps en temps elle va rebondir plus ou moins haut en tombant sur des rochers. C’est exactement ce qu’il se passe, on rajoute des gaz à effet de serre, la température de la Terre augmente, mais certaines années un peu plus que d’autres. »

« C’était le cas en 2015-2016, continue Valérie Masson-Delmotte, parce qu’à l’influence humaine s’est superposé un phénomène qu’on appelle El Niño, qui conduit à davantage de chaleur relarguée vers l’atmosphère du côté de l’océan Pacifique tropical. » El Niño se fera ressentir la prochaine fois d’ici quelques années, selon les chercheurs, et c’est pour cela que l’année 2017 sera probablement un peu moins chaude que 2016.

Mais tant que les hommes ne réduiront pas leurs émissions de gaz à effet de serre, ce qui est l’objectif de l’accord conclu à Paris dans le cadre de la COP 21 – accord aujourd’hui en question après l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis -, la tendance à long terme restera inchangée et les températures continueront d’augmenter.

Source: rfi

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct