Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Polémique autour des «risques» pris par les otages avant l’hommage national

Alors qu’un hommage national sera rendu mardi aux deux soldats tués lors de l’opération de sauvetage des deux otages français enlevés au Bénin, la polémique enfle : les deux touristes ont-ils pris des risques inconsidérés ?

Au lendemain de leur arrivée en France, la question de l’éventuelle imprudence des deux touristes français enlevés le 1er mai au Bénin continue d’alimenter la polémique. Ont-ils pris «des risques majeurs» en se rendant en vacances dans cette zone, comme l’a affirmé Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, ex-ministre des Armées ? Ce «risque» en tout cas n’aura pas été sans conséquence, puisque deux membres des forces spéciales sont décédés lors de l’opération de sauvetage. La polémique sur «l’inconscience» présumée des deux touristes se poursuivait hier, notamment sur les réseaux sociaux, alors que les dépouilles de Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello étaient attendues en France, avant un hommage national qui leur sera rendu mardi aux Invalides.

La mère du colonel Arnaud Beltrame, mort après avoir pris la place d’une otage lors de l’attentat de Trèbes en mars 2018, a jugé que le comportement de Patrick Pique et Laurent Lassimouillas, qui se sont rendus «dans une zone excessivement dangereuse pour du loisir», était «très égoïste».

«Certainement aurions-nous dû prendre davantage en considération les recommandations de l’Etat et la complexité de l’Afrique», ont admis les anciens otages à leur arrivée sur la base aérienne de Villacoublay samedi en fin d’après-midi. Quelques heures plus tôt ce samedi, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, déplorait les «risques majeurs» pris par les deux hommes et rappelait les règles de précaution à prendre lorsque l’on souhaite faire du tourisme dans des zones dangereuses. «Il faut que tous ceux qui veulent faire du tourisme dans ces pays s’informent auparavant de ce qu’on appelle les Conseils aux voyageurs mis en place et entretenus régulièrement par le Quai d’Orsay» (voir encadré).

Le parc de la Pendjari n’était pas à risque début avril

Pourtant, la question demeure : les deux hommes ont-ils vraiment fait preuve d’inconscience ?

Selon le géopolitologue Régis Hounkpè, le Bénin était jusque-là une zone épargnée par l’insécurité en Afrique de l’Ouest, contrairement au Niger, au Burkina Faso et au Mali. Avant leur enlèvement, seule la bande frontalière du Bénin avec le Burkina Faso et le Niger étaient formellement déconseillés (rouge) par le site du ministère des Affaires étrangères, une partie du parc Pendjari était en zone orange. Par ailleurs, Le Monde indique que début avril 2019, aucune partie du parc n’était signalée comme à risques par le site du ministère des Affaires étrangères.

Mais selon le directeur du centre de crise et de soutien, les deux otages français se trouvaient bien dans une zone déconseillée sauf raison impérative.

La voiture et le corps de leur chauffeur auraient été retrouvés près de la frontière avec le Burkina Faso, en zone rouge, «formellement déconseillée». Depuis le 10 mai, celle-ci a été étendue à l’ensemble du parc de la Pendjari, «compte tenu d’une meilleure compréhension de ce qu’il s’était passé», a ajouté le responsable du Quai d’Orsay.


Zones à risque

Le ministère des Affaires Etrangères tient sur son site une rubrique «Conseils aux voyageurs» qui indique les territoires à risque dans le monde. Dans sa mise à jour du 10 mai, le Quai d’Orsay déconseille formellement aux touristes de voyager dans les pays du sud du Sahel. On trouve également des zones rouges en Afrique du Nord (sud et est de l’Algérie, Libye, ouest de l’Egypte). La Syrie, l’Irak et le Yemen qui sont déconseillés. Le Pakistan, des zones en Birmanie, le Bangladesh et les Philippines sont aussi des zones rouges. En Amérique, sont risquées des zones localisées du Mexique, les frontières colombiennes, et le Pérou. En Europe, il est risqué de s’aventurer dans l’Est de l’Ukraine et la Crimée.

Source: ladepeche

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct