Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Polémique autour de la gestion des intrants agricoles : Le département de l’agriculture prouve sa bonne foi

La gestion des intrants agricoles subventionnés par l’Etat, est source de toutes les convoitises. La bonne foi ne suffit parfois plus à éteindre le feu. C’est ce qui se passe actuellement au niveau du département de l’agriculture où une association des importateurs et de distributeurs d’intrants s’oppose au mode de gestion de la fourniture des engrais aux producteurs au compte de la campagne agricole 2017-2018.

Nango Dembele ministre agriculture zone fluviale office niger champ

Alors que l’hivernage bat son plein et que les champs fleurissent d’espérance, le département de l’agriculture doit faire face à une polémique créée autour de la sélection des fournisseurs retenus pour la distribution des intrants agricoles au cours de la campagne agricole 2017-2018. En effet, le Groupement des Importateurs et Distributeurs Agrées des Intrants Agricoles au Mali (GIDIAM) a décidé de dénoncer voire de s’opposer à la procédure de distribution des intrants agricoles. De quoi alimenter les débats en pleine campagne agricole.

De quoi s’agit-il?

Tout remonte en 2016, lors de la session du Conseil Supérieur de l’Agriculture tenue le 31 mars sous la Présidence du Président de la République, SEM Ibrahim Boubacar KEITA.

A l’occasion de la campagne agricole 2016-2017, dans le cadre de l’assainissement du circuit d’approvisionnement des producteurs en intrants agricoles subventionnés, conformément au contenu de la correspondance n°01126/MA-SG du 20 juin 2016, et cela suite aux recommandations faites lors du Conseil Supérieur de l’Agriculture du 31 mars 2016 sous la Présidence de son Excellence, le Président de la République Chef de l’État, en vue d’approvisionner les producteurs en intrants agricoles de qualité et pour une gestion plus efficace et mieux contrôlée, il a été choisi douze (12) fournisseurs d’intrants minéraux et trois (03) en intrants engrais organiques industriels.

Compte tenu du nombre croissant des fournisseurs d’intrants agricoles d’année en année, le département de l’Agriculture, soucieux des impacts négatifs qui affectent le circuit d’approvisionnement des intrants agricoles subventionnés a choisi les 15 fournisseurs selon leur ancienneté, leur expérience, leur capacité financière et leur représentativité générale.

Il nous revient que cette décision du ministre d’alors, avait été unanimement saluée par le Conseil des Ministres présidé par le Président de la République.

L’actuel ministre de l’agriculture le Dr Nango Dembélé n’a fait que poursuivre l’application de cette décision.

Surtout qu’à l’occasion de la  session du Conseil Supérieur de l’Agriculture au titre de la campagne agricole 2017-2018  tenue  le 2 mai 2017,  sous la Présidence effective du Président de la République, Chef de l’Etat, et de la Journée du Paysan, les mêmes recommandations ont été faites à l’endroit du Ministère de l’Agriculture.

Son seul tort a été, selon l’analyse de la plainte du Groupement des Importateurs et Distributeurs Agrées des Intrants Agricoles au Mali (GIDIAM), de n’avoir pas procédé par un avis d’appel d’offre pour le choix des fournisseurs. A cela, les travailleurs du ministère de tutelle et ceux de la Direction nationale de l’agriculture apportent des réponses.

Selon eux, à sa prise de fonction à la tête du département de l’agriculture en avril 2017, le ministre Nango Dembélé, vu l’urgence en vue de pouvoir livrer à temps les intrants agricoles aux paysans, il a été décidé de reconduire les mêmes fournisseurs de la campagne 2016-2017.

Une procédure d’appel d’offres, entamée en avril 2017, aurait compromis l’atteinte des objectifs du plan de campagne 2017-2018, qui sont fixés à plus de 9 millions de tonnes soit exactement 9 820 244 T de céréales et 725.000 tonnes de coton.

Si les critères ayant prévalu à la sélection des 15 fournisseurs méritent, certes d’être améliorés, diront-ils, le temps manquait pour le faire au regard de « l’état d’avancement de la campagne ».

 

Les représentants des  fournisseurs à l’occasion d’une rencontre avec le département, ont pris l’engagement de servir tous les paysans en intrants de qualité en collaboration avec  les distributeurs et  agros-dealers impliqués dans le processus tout en respectant le principe de subsidiarité.

Pour le Groupement des Importateurs et Distributeurs Agrées des Intrants Agricoles au Mali (GIDIAM), le département de l’agriculture a fait de l’exclusion en les obligeant à travailler sous le couvert des fournisseurs retenus.

Pour le Ministère de l’agriculture, ce n’est que le mode opératoire qui a changé, vu qu’à l’analyse de l’expérience de l’année dernière, la gestion des cautions techniques reste des plus opaques.

Quand nous voyons que dans des pays voisins, la fourniture totale des engrais subventionnés, est assurée par moins de cinq fournisseurs, obligation nous est faite de limiter nous aussi, le nombre de nos grossistes et le Ministère s’attelle déjà au montage d’un dossier d’appel d’offres pour la campagne à venir.

Comme quoi, la gestion des intrants agricoles subventionnés au Mali, suscite beaucoup de convoitises.

Allez-y savoir pourquoi. Et les problèmes autour de cette gestion, sont récurrents. Mais, il est important pour le bien du secteur agricole auquel 15% du budget national a été alloué à demande du président « IBK » qui veut faire du secteur le moteur du développement économique et social, que de telles polémiques ne puissent pas nuire au travail des paysans et au rendement agricole.

Tièmoko Traoré

 Le Pouce

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct