Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Paix et sécurité dans les collectivités: les femmes élus municipales en conclaves à Bamako

Le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme TRAORE Oumou TOURE, et son homologue de la Décentralisation et de la fiscalité locale, Alassane Ag Mohamed MOUSSA, ont coprésidé, hier mardi, les travaux du forum du réseau des femmes conseillères municipales du Mali, à l’hôtel Radisson.

Traoré Oumou Touré presidente cafo association féminine

Organisé par le REFCOM (Réseau des femmes conseillères municipales du Mali) en collaboration avec le REJEFPO (Réseau des jeunes femmes leaders des partis politiques et des organisations de la société civile), l’objectif de ce forum, couplé au congrès du REFCOM, est de contribuer au renforcement du dialogue intergénérationnel entre les femmes ainées du REFCOM et les jeunes femmes leaders du REJEFPO. Il s’agit également de renforcer les capacités des femmes en leadership transformationnel, en plaidoyer, en gestion des conflits et en gestion communale. Il s’agit aussi de faciliter l’appropriation par les femmes conseillères municipales et des jeunes femmes leaders des notions favorables à leur meilleure participation au processus de paix en cours dans notre pays.
Par ailleurs, les participants à cette rencontre procèderont à la validation de la vision stratégique du mandat du REFCOM.
Les travaux réuniront pendant 3 jours des panélistes spécialisés sur des questions de paix et de sécurité ainsi que la gestion communale pour renforcer la connaissance des femmes sur les opportunités à saisir pour le développement de leurs d’actions.
Notamment, à travers des conférences thématiques sur des thèmes comme : « Quel rôle pour les femmes leaders dans le processus politique de paix au Mali ? » ; « Quelle notion optimale favorisera une implication qualitative des femmes élues dans leurs collectivités locales respectives », etc.
À l’ouverture des travaux, le ministre en charge de la décentralisation, Alassane Ag Mohamed MOUSSA, a rappelé qu’à l’issue des élections communales qui se sont déroulées le 20 novembre 2016, notre pays a enregistré une nette progression de la représentativité des femmes dans les conseils communaux. Cette progression s’explique, selon lui, par l’application de la loi sur le quota qui oblige les partis à présenter des listes composées au moins d’un tiers d’un des deux sexes.
Ainsi, les femmes conseillères, qui représentaient 8,3 % des élus municipaux, à l’issue des élections communales de 2009, ont atteint 25,6 % en 2018.
Par contre, a-t-il fait savoir, le nombre de femmes maires a progressé avec 11 présidentes de conseil communal en 2016 contre 14 en 2009 et 7 en 2004.
Ces statistiques illustrent à suffisance les efforts qui restent à accomplir en vue de parvenir à une représentativité des femmes se rapprochant de la parité à moyen et long termes.
Au passage, il a invité les femmes élues à faire preuve de capacité de réflexion et d’analyse pour influencer positivement les processus de prise de décision, notamment à l’occasion des processus de planification et de budgétisation.
Pour le chef du département, le Document cadre de la politique nationale décentralisation pour la période 2015-2024 accorde toute sa place à l’intégration du genre dans la gestion des collectivités territoriales.
Pour le ministre, les grandes mutations socio-politiques et culturelles en cours dans notre pays visent une gouvernance territoriale dans le but de valoriser les légitimités, d’améliorer la participation et le contrôle des citoyens faisant de la question de sécurité intérieure une affaire collective impliquant fortement les citoyens. L’approfondissement de la décentralisation à travers la régionalisation s’inscrit dans ce cadre, selon le ministre.
Avant de terminer, il a tenu à remercier les initiatrices de ce forum ainsi que leurs partenaires de l’USAID pour leur disponibilité constante.
À la suite de ce dernier, son homologue de la promotion féminine, Mme Traoré Oumou TOURE, a souligné que notre pays était conscient que le rôle et la place des femmes dans les instances de décision constituent des éléments essentiels de la vie de notre nation.
Dans ses propos, elle a tenu à saluer le président de la République, Ibrahim Boubacar KEÏTA, pour son engagement constant à défendre la cause de la femme malienne.
À cet effet, elle a rappelé le geste de solidarité du président IBK lors des communales de novembre 2016 qui avait octroyé une enveloppe de 300 millions de F CFA aux femmes candidates.
Avant les deux ministres, la présidente du REFCOM, Mme Djiré Mariam DIALLO, non moins maire de la commune III ; la présidente du REJEFPO, Mme Djilla Habitatou TRAORE ont tour à tour insisté sur l’importance de cette rencontre pour les femmes.
Selon Mme Djilla Habitatou TRAORE, ce rendez-vous devra créer un espace permettant d’harmoniser les visions et la compréhension des femmes face aux enjeux actuels de notre pays.
Pour sa part, la maire de la commune III, Mme Djiré Mariam DIALLO, a rappelé que le REFCOM avait été créé en 2000 pour soutenir et accroitre la participation des femmes municipales de toutes les régions du Mali et du district de Bamako dans la gestion locale.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct