Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Oumar Mariko lors du meeting de «JIGIYA SO» : «Ces ministres, députés, chefs de partis au pouvoir, opérateurs économiques… Des prédateurs fonciers»

Moi Premier Ministre, je règlerai toutes questions de spéculation foncière en moins d’un mois. Sauf que je ne peux pas être le Premier ministre d’IBK car il n’a ni la compétence, ni la foi, ni l’ambition». Ce sont là les fracassantes déclarations de l’honorable Oumar Mariko lors du meeting de l’association Jigiyaso le 29 avril 2017 au Palais de la culture Amadou Hampaté Ba,

oumar-mariko-depute-sadi

Ladite tribune a été mise à profit par plusieurs victimes d’expropriation foncière de Bamako et de l’intérieur du pays pour étaler leurs malheurs. Prenant la parole, le président du parti Sadi à savoir Oumar Mariko, les exhortés à une prise de conscience face à ces spéculations foncières. En tout cas, lui Premier Ministre dira-t-il, “je reglérai toutes ces questions de spéculation foncière en moins d’un mois. Sauf que je ne peux pas être le Premier ministre d’IBK car il n’a ni la compétence, ni la foi, ni l’ambition».

Et de poursuivre : « Je pense que l’Etat dans lequel nous sommes est un Etat de prédateurs, qui est constitué de bourgeois rentiers d’Etat. Et ces rentiers d’Etat, après avoir liquidé les entreprises et sociétés publiques, ont trouvé que la terre est un élément qui permet d’avoir de l’argent. Donc pour cette raison, ils ont créé des agences immobilières partout”.

Et pourtant, insiste-t-il, «la terre doit appartenir aux paysans. Mais ce sont des agents du pouvoir qui construisent des agences immobilières. Ils veulent construire leurs fortunes sur la misère, les larmes et le sang de notre peuple. La démocratie ne peut pas se faire sur leurs dos… L’Etat doit faire en sorte que le cadastre soit respecté. Cette histoire de titre foncier qui n’est qu’une nébuleuse doit s’arrêter».

Son intervention a fortement ovationnée. Sur place, les victimes ont décidé de prendre le taureau par les cornes.

Signalons que l’association jigiya-so à l’origine du meeting en question a été créée en 2006 et compte plus de 2.000 membres par notre confrère Diossé Traoré de la radio Nyéta. Elle a pour missions de prévenir et d’aider au règlement rapide des conflits impliquant des populations défavorisées et de défendre leurs intérêts.

B.S. Diarra

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct