Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

ORTM : Hawoye Touré exclue du plateau

Décidément, l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (ORTM) semble devenu une structure de clan sous la férule de Baba Dagamaïssa. En effet, ce grand professionnel d’hier serait en train de s’illustrer dans la satisfaction des sentiments de son ami, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra, et cela, en mettant  de côté ceux qui travaillent sans esprit partisan. La présentatrice Hawoye Touré vient d’en faire les frais.

Hawoye Toure

Notre pays connaîtra toutes sortes d’injustices sous cette période de transition. Et aucune structure étatique n’échappe aujourd’hui à cette « loi de la jungle » où la raison du plus fort est toujours la meilleure. Selon nos informations, Hawoye Touré et Aïssata Ibrahim Maïga seraient devenues comme «chien et chat», et l’on ignore pourquoi. En effet, de nos jours, ce ne serait pas le grand amour entre ces deux dames connues  du plateau du Journal télévisé (JT). Mais au lieu que la direction sévisse pour mettre fin à cette guéguerre, elle a plutôt décidé d’interdire de plateau à Hawoye Touré et cela, sous la pression du Premier ministre.

Selon nos sources, pour s’être brouillé avec Aïssata Ibrahim Maïga, le Premier ministre a tout simplement demandé au DG Baba Dagamaïssa de dépouiller Hawoye de son statut de présentatrice du JT. Toujours selon lesdites sources, Hawoye fait  son travail avec professionnalisme. Mais avec le temps, la situation de Mme Touré ne s’est guère améliorée : au contraire, elle a empiré. En effet, son « crime » a été de dire, dans son compte-rendu du sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO à Abuja, que cette organisation a réitéré sa décision selon laquelle « les dirigeants de la transition ne pourront pas se présenter à la prochaine élection présidentielle du Mali, ni le Président de la République, encore moins le Premier ministre». Mal en a pris à Hawoye car le Premier ministre a saisi cette occasion pour la remercier tout en intimant l’ordre à Baba Dagamaïssa de la sanctionner avec la dernière rigueur. C’est ainsi que Hawoye Touré a été mise « au garage ». Elle passerait donc actuellement son temps à errer dans la cour de l’ORTM sans exercer sa profession.

Est-ce le retour de la dictature ?

Rappelons que le DG de l’ORTM se laisse de plus en plus piéger par son grand ami, le Premier ministre qui avait créé un mini-scandale contre l’avis de la direction de l’ORTM en exigeant que ce soit la même Aïssata Ibrahim Maïga qui l’accompagne lors d’un de ses  déplacements à l’étranger. Après le caractère mineur de l’affaire dite « Aïssata Ibrahim Maïga », une seule question subsistait : le Premier ministre est-il habilité à s’immiscer dans les affaires intérieures de l’ORTM ? Du chaud de l’action à aujourd’hui, les réponses sont différentes car il fallait encore attendre avant d’affirmer que le Premier ministre se mêlait personnellement de la gestion de l’ORTM. Le cas Hawoye Touré a sans doute suffisamment révélé ce dont doutait plus d’un. Mais cela prouve-t-il que c’est désormais une habitude chez le Premier ministre e dicter la conduite à tenir à l’ORTM ?  Pourtant, en cette période où « le feu couve sous la cendre », aucune personne n’est à l’abri d’un éventuel soulèvement social. Aussi, le Premier ministre doit « mettre beaucoup d’eau dans son vin », au risque d’engendrer d’autres manifestations anti-CMD (Cheick Modibo Diarra). Le  cas échéant, ça sera « bonjour les dégâts ! », et en son défaveur.

Oumar Diakité

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct