Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Nouveau siège de la CCIM à Kayes : A LA DIMENSION DE LA VOCATION REGIONALE

La capitale de la première Région administrative du pays a une culture essentiellement commerciale

abdoulaye idrissa maiga premier ministre pm inauguration chambre commerce industrie mali ccim

Il y a des évènements qui se suivent mais ne se ressemblent pas. Après la Région de Koulikoro, celle de Kayes a dé-sormais un nouveau siège de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM).
Les locaux ont été inaugurés hier par le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga. Il faut dire que l’événement a revêtu un caractère spécial.
En effet, première Région administrative du pays, Kayes est surtout une Région à vocation commerciales avec cette particularité de compter, à elle seule, 3 frontières (avec le Sénégal, la Mauritanie, la Guinée). Kayes, c’est aussi la première porte d’entrée des importations du pays avec plus de 400 camions qui y transitent quotidiennement en provenance des ports de Dakar et de Nouakchott.
C’est fort de ces potentiels que « la capitale des rails » a été choisie par le colonisateur français pour abriter le premier siège de la CCIM en 1906, avant son transfert à Bamako.
La présence du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga et d’une quinzaine de ministres sectoriels démontrait à suffisance, l’importance de l’événement qui est d’un intérêt capital pour la relance économique du pays, et surtout pour la promotion du secteur privé dans la politique économique.
Simples citoyens, opérateurs économiques, industriels et petits commerçants sont sortis très nombreux pour accueillir le Premier ministre qui effectuait sa première sortie dans la Région.
Dans son discours de bienvenue, le maire de la commune urbaine de Kayes, Adama Guindo, s’est réjoui de la construction de cet édifice qui constituera désormais une nouvelle attraction à Kayes et contribuera surtout à l’embellissement de la ville. «Cet édifice est à l’image de la vivacité du secteur privé de la Région et constituera pour les opérateurs économiques, un cadre convivial de travail au service de la promotion économique de la Région», a-t-il dit.
Présentant Kayes, l’édile révélera que « la capitale des rails » fut la première capitale du Soudan français en 1892 (constituant la colonie française du Haut-Sénégal et du Niger) et que sa vocation principale reste le commerce.
Pour le président de la délégation région de la CCIM de Kayes, Diaby Doucouré, l’édification de ce siège constitue la concrétisation d’un vieux rêve du monde des affaires de Kayes. «Le siège actuel de la CCIM date d’avant l’Indépendance. Il est situé en plein cœur du marché de Kayes. Ainsi, en plus de sa vétusté, accéder à ce local relevait d’un parcours du combattant. D’où toute notre fierté aujourd’hui de donner une nouvelle image à la Chambre de commerce et d’industrie de Kayes», a-t-il indiqué.
Profitant de la présence des membres de gouvernement, le patron de la Chambre régionale de commerce et d’industrie égrènera un certain nombre de doléances dont la construction d’un parc d’exposition commerciale à et d’un centre de formation de filières commerciales et industrielles pour répondre à la demande locale des entreprises.
Au nom du monde des affaires de la Région, Diaby Doucouré a remercié le Premier ministre pour l’intérêt qu’il porte au secteur privé, et surtout, pour les actions entreprises par son gouvernement à travers les départements du Commerce et du Développement Industriel. Il a réitéré l’engagement des opérateurs de Kayes à accompagner le gouvernement dans l’approvisionnement correct en produits de première nécessité.
Bâti sur une superficie de 1440 m2, l’imposant bâtiment de R+2 est composé de 10 bureaux, d’une salle de conférence polyvalent de 250 places, d’une salle de documentation et d’une salle de détente. Son coût de réalisation s’est élevé à 485 millions de Fcfa. Le financement a été assuré sur fonds propre par la Chambre de commerce et d’industrie.
Dans son intervention, le président de la CCIM, Youssouf Bathily, a remercié le Premier ministre pour sa présence à la cérémonie. Cette présence, indiquera-t-il, dénote de l’intérêt que le gouvernement accorde à la relance de notre économie à travers le secteur privé. «La relance du secteur privé est au cœur de la politique de développement du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita et les réformes engagées par le gouvernement ont permis d’assainir le climat des affaires et de favoriser les investissements structurants», a-t-il salué.
Le patron de la CCIM indiquera que pour soutenir cette relance du secteur privé, sa structure, à travers le plan de mandature qu’il a élaboré, s’engage à mobiliser plus de 98 milliards de Fcfa pour la construction d’infrastructures marchandes, notamment la transformation du Parc d’exposition de Bamako en parc d’«Exposition ultra-moderne» répondant aux normes internationales, la construction de marchés modernes à travers le pays ainsi que la dotation de chaque représentation régionale de la CCIM en siège moderne.
Parmi les autres chantiers de la CCIM, figurent la construction du Centre de formation axé sur les filières porteuses, la réalisation du Centre de maintenance industrielle et la mise à disposition des «déguerpis», et cela dès le mois de septembre prochain, de marchés modernes à Darsalam et Sibiribougou, respectivement en Commune III et IV du District de Bamako.
Youssouf Bathily a saisi l’opportunité pour soumettre au chef du gouvernement, quelques préoccupations du monde des affaires ayant trait à l’attribution de passeports diplomatiques aux grands patrons du monde des affaires, à la mise en place de distinctions honorifiques ainsi que l’accès des hommes d’affaires à certains privilèges protocolaires, notamment les macarons, la possibilité d’accès au salon officiel de l’aéroport etc.
Le Premier ministre a félicité et encouragé les responsables de la CCIM. «Ce que j’ai vu à Koulikoro avant-hier, et aujourd’hui à Kayes, me force à croire que la Chambre de Commerce et d’Industrie a effectué un énorme travail qu’il me faut saluer et encourager.
Ce travail va dans le sens de la structuration de son action au bénéfice de ses ressortissants, du détaillant à l’importateur, en passant par l’industriel jusqu’au chef d’entreprise», a dit Abdoulaye Idrissa Maïga.
Et le chef du gouvernement de faire remarquer que Kayes est une ville en plein essor économique. La construction de ce siège pour la délégation régionale de la CCIM constitue la réponse appropriée destinée à ce maillon important de la chaine de fonctionnement de la CCIM, notamment les délégations régionales.
«Bien entendu, de façon générale, le gouvernement, à travers le département du Commerce, sera à vos côtés pour vous apporter son appui et son accompagnement à vos efforts de développement, de manière à ce que cette relance économique de notre pays pour lequel nous travaillons puisse se conforter davantage», a conclu le Premier ministre.

Doussou DJIRE

LES PREOCCUPATIONS SPECIFIQUES DE LA 1ère REGION

Le terrain est pédagogique, dit-on, car il permet de se forger son propre jugement des faits et des réalités. En se rendant à Kayes pour inaugurer le nouveau siège de la délégation régionale de la Chambre de commerce et d’industrie de Kayes, le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga tenait surtout à rencontrer les hommes et les femmes qui animent la vie politique, administrative, économique et sociale de la 1ère Région administrative du pays.
Un cadre de rencontre qu’il a lui-même nommé «Conférence avec les cadres de la 1ère Région». Un exercice d’une importance capitale, puisqu’il s’agissait d’un cadre de discussion ouverte entre le chef du gouvernement, la quinzaine de ministres qui l’accompagnaient, les responsables administratifs et techniques de la Région ainsi que la population de Kayes dans sa grande diversité.
Tel un espace d’interpellation, des questions directes sur les préoccupations, les difficultés mais aussi les défis de la Région ont été posées. Et des réponses et explications ont été données par les membres du gouvernement. La nouvelle salle de réunion polyvalente de la CCIM qui a servi de cadre pour cette rencontre a refusé du monde. Il faut noter que la rencontre a enregistré aussi la présence des autorités administratives venues de toute la Région.
A travers les différentes interventions, l’on retient que les principales préoccupations de la Région demeurent son enclavement routier et aérien, l’absence de grands projets de développement destinés à la Région, le problème de financement des petites et moyennes entreprises, les problèmes liés à la fiscalité, l’insuffisance des appuis destinés aux femmes.
En effet, selon plusieurs intervenants, la Région de Kayes est la plus enclavée du pays et les rares routes qui s’y trouvent connaissent un niveau de dégradation très avancé. C’est le cas de la RN1 reliant Bamako à Kayes sur une distance de près de 600 km.
Il faut dire que rejoindre Kayes par cette route relève aujourd’hui du parcours du combattant, car des nids de poule et des grands creux ont eu raison de la route, et par endroits, le goudron n’existe même plus.
Le train voyageur qui pouvait alléger les souffrances des populations est à l’arrêt depuis quelques mois suite aux problèmes que connait la société Transrail.
Pire, le transport aérien n’est plus fonctionnel depuis les événements de 2012 ayant entrainé la fermeture de la Compagnie aérienne malienne (CAM) qui desservait la Région trois fois par semaine. D’où les multiples cris du cœur des différents intervenants pour une réhabilitation urgence de la RN1. Prenant la parole pour répondre aux questions posées, le ministre du Commerce, porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, a détaillé toutes les actions entreprises par le gouvernement à travers les départements de l’Economie et des Finances, du Commerce et du Développement industriel.
Il a rassuré le monde kayésien des affaires de l’engagement du gouvernement à l’accompagner au quotidien à travers des projets structurants, comme le projet d’appui aux commerçants détaillants, le fonds de garantie des entreprises et les facilités fiscales faites aux investisseurs.
Sur les questions concernant le transport, le ministre de l’Equipement et du Désenclavement, Mme Traoré Seynabou Diop a rassuré les populations sur les dispositions prises pour la réparation du RN1 en attendant la mobilisation des fonds nécessaires à sa réhabilitation.
En ce qui concerne le retour du transport aérien, elle indiquera que certaines compagnies commencent à manifester leur intérêt pour la desserte de Kayes et que des négociations sont en cours au niveau du ministère des transports pour faciliter leur retour.
Pour le Premier ministre, cet exercice revêtait une importance capitale, car il s’agissait de recueillir les aspirations légitimes des citoyens soucieux du développement de leur pays pour y apporter des réponses adéquates. «Le Mali va se relever. Des hommes et des femmes ont, par le passé, brillé à faire prévaloir ce pays à travers leurs engagements et leurs actions. Nous allons suivre les pas de nos devanciers.
Le Mali doit être riche de ses enfants et le gouvernement est engagé sur cette voie. J’ai pris bonne note des préoccupations de votre Région. Après les explications fournies par les ministres, je peux vous assurer que des dispositions idoines seront prises pour les résoudre. Mais le seul engagement de l’Etat ne suffit pas. Il nous faut unir nos forces. La CCIM à travers ses grands chantiers nous le démontre éloquemment», a poursuivi le chef du gouvernement.
Abdoulaye Idrissa Maïga a ensuite félicité et encouragé les autorités administratives, politiques et militaires pour leur engagement quotidien à préserver le climat social apaisé et pour assurer la sécurité sur toute l’étendue de la Région.
D. D.

 

Source: essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct