Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Nord du Mali : 29 soldats portés disparus à Ménaka

Les terroristes ont frappé fort dans la région de Ménaka où un convoi de l’armée malienne est tombé dans une embuscade le dimanche 9 juillet 2017. Cet incident met à mal l’application de l’accord d’Alger, les efforts de stabilisation des régions du nord, notamment le retour de l’armée dans la ville de Kidal à la date du 20 juillet.

garde presidentielle cortege militaire armee malienne soldat fama patrouille

L’embuscade a été tendue à Inkadagotan à 60 kilomètres de Ménaka vers 15 heures, selon des sources locales. Le bilan provisoire est très lourd, avec 4 véhicules détruits et 29 soldats portés disparus. L’attaque qui n’avait pas encore été revendiquée lundi soir pourrait être l’œuvre de la branche de l’organisation Etat islamique au Mali dirigée par Abou Walid Al-Sahraoui.

En juin dernier, Al-Sahraoui a écrit une lettre manuscrite en couleur rouge, menaçant de représailles le général El Hadj Gamou qui est proche du GATIA et Moussa Ag Acharatoumane, le chef du Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA), une dissidence de la CMA. Grâce à ces deux hommes, les islamistes ayant attaqué plusieurs positions de l’armée nigérienne ont essuyé de lourdes pertes.

Cette attaque intervient dans un contexte difficile pour l’application de l’accord d’Alger dans les régions du nord. L’armée nationale est attendue dans la ville de Kidal le 20 juillet, mais les incidents se multiplient dans la zone. C’est ainsi que le GATIA et la CMA se sont affrontés la semaine dernière non loin de Kidal, alors qu’une mission de bons offices dirigée par l’Imam Mahmoud Dicko se rendait dans la région.

En toile de fonds, il existe une rivalité entre les communautés de la ville de Kidal dont seraient exclus les Imghad, la plus grande communauté Touareg. Opposés aux groupes armés sécessionnistes, les Imghad qui sont aussi originaires des lieux ne veulent pas renoncer à leur présence dans la ville qui est aux mains des Ifoghas proches de la CMA.

En attendant, les forces de défense et de sécurité du Mali font face à une pression croissante des islamistes armés au nord comme au sud du pays. Dans la journée du dimanche, une position de la gendarmerie a été attaquée par des djihadistes à Bénéna, non loin du Burkina Faso. L’attaque a été repoussée et des renforts maliens et burkinabés ratissent la zone à la recherche des assaillants qui étaient en motos.

Soumaila T. Diarra

Source: Le Républicain

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct