Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mopti : IDLO FORME LES ACTEURS DE LA CHAÎNE PÉNALE

Au Mali, le système judiciaire laisse entrevoir un disfonctionnement dans les relations entre les officiers de police judiciaire et le parquet, ce qui est préjudiciable à la gestion des différents dossiers.

marche centre commercial ville mopti

Pour inverser cette tendance l’Organisation internationale de droit du développement (IDLO) vole au secours de la chaîne pénale à travers des activités de renforcement de capacités des acteurs.
A cet effet, l’hôtel Flandre de Sévaré a abrité jeudi 24 août dernier, une journée d’échanges des acteurs de la chaîne pénale de Mopti sur la collaboration Parquets/OPJ/Hiérarchie Police- Gendarmerie. Cette rencontre organisée par IDLO en collaboration avec le groupe de travail régional d’appui à la chaîne pénale de Mopti a réuni 21 participants composés de magistrats, des agents de la police, la gendarmerie, la garde nationale, l’armée et la douane. L’organisation de cette journée d’échanges s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet de renforcement de la chaîne pénale au nord du Mali financé par l’ambassade des Pays-Bas. L’objectif de ce projet est d’améliorer le climat de collaboration entre les différents chaînons essentiels dans la conduite des procédures. Elle vise à construire un cadre de concertation entre le Parquet, les OPJ et leur hiérarchie tant au niveau de la gendarmerie que de la police.
La cérémonie d’ouverture de la rencontre était présidée par le procureur de la république près de la cour d’appel de Mopti, Mohamed Maould Najim. C’était en présence du représentant d’IDLO, Yacouba Cissé, du président du tribunal de grande instance de Mopti, Kassim Koné, le procureur près le tribunal de grande instance de Mopti, Bandiougou Fofana, modérateur de l’atelier et les représentants du bureau MINUSMA de Mopti.
Selon Yacouba Cissé, IDLO qui travaille spécifiquement sur le renforcement de la justice est essentielle afin de garantir les droits et la dignité des usagers. Pour la circonstance, il s’est réjoui de la présence en grand nombre de toutes les structures concernées. A l’entame de ses propos, le procureur près le tribunal de grande instance de Mopti, Bandiougou Fofana a fait observer une minute de silence en la mémoire d’un militaire et d’un gendarme qui sont décédés à la veille de la rencontre de suite de leurs blessures. Le premier dans l’attaque de Douentza et le second tombé dans une embuscade des bandits dans le cercle de Bandiagara.
Au regard du contexte particulier que traversent les régions du nord relevant de la juridiction de la cour d’appel de Mopti et en raison de la situation et le nombre d’infractions commises sur les théâtres de guerre, il devient une nécessité absolue de créer une synergie d’action entre les forces, a souligné le procureur de la république près de la cour d’appel de Mopti, Mohamed Maould Najim. Il a invité les participants à saisir cette opportunité pour acquérir des connaissances qui les aideront mieux dans l’accomplissement de leurs missions respectives.
Au cours de la journée, les participants ont planché sur les domaines de collaboration entre les différents acteurs à travers le rappel du cadre légal, analysé les contraintes et proposé des pistes de solutions et des points d’actions. Le modérateur a éclairé la nuance entre la police judiciaire et la police administrative. Le premier désignant l’ensemble des personnels de la police, des douanes et de la gendarmerie spécialement habilitée pour constater les infractions à la loi pénale, en rassembler les preuves ainsi qu’en rechercher et en arrêter les auteurs sous l’autorité du procureur de la République. Le second est relatif à une activité qui vise à assurer le maintien de l’ordre public, sans tendre à la recherche ou à l’arrestation de l’auteur d’une infraction déterminée. Il a aussi relevé des insuffisances au niveau du dépôt des plaintes des citoyens et la signature des PV d’enquête.
A l’issue des travaux, les participants ont souhaité la pérennisation et l’élargissement de cette formation aux autres unités d’enquêtes en incluant d’autres thématiques. Ils ont aussi souhaité la sécurisation des enquêteurs dans les zones à risque, la formation continue des OPJ sur les nouvelles infractions en lien avec le terrorisme et le blanchissement d’argent et le renforcement des effectifs et des équipements.
Une commission de suivi des recommandations composée du procureur général, la gendarmerie et la police a été mise en place. Le vice-président du cadre de concertation de la chaîne pénale de Mopti, Kassim Koné a salué et remercié les responsables d’IDLO pour cette initiative salvatrice à tout point de vue dans un pays, où les communautés sont transgressées dans leurs droits fondamentaux.

Dramane COULIBALY
AMAP-Mopti

 

Source: essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct