Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Marché central à poisson de Bamako: ine soixantaine de femmes fumeuses s’installent

Le ministre de l’élevage et de la pêche, Mme LY Taher DRAVE, a présidé, samedi dernier, la cérémonie de transfert de 60 femmes transformatrices de poissons du marché de Médina-Coura au Marché central à poisson de Bamako. C’était en présence de la directrice de l’Agence de gestion du marché central à poisson, Mme DIAWARA Aissata TOURE dite Lady ; du président de la coopérative des grossistes de Bamako, Drissa SANGARE ; du porte-parole des bénéficiaires, Mme GUEYE Safiatou DIARRA, du Chef de cabinet du ministre de la Promotion de femme, de l’enfant et de la famille, Mme Oumou SANKARE ; des représentants de la coopération japonaise au Mali, etc.

Mme LY Taher DRAVE ministre elevage peche marche medina coura poisson

L’objectif de cette visite du chef du département était d’encourager les femmes vendeuses de poisson à venir s’installer dans ce marché. Elle traduit l’intérêt que le département de la pêche accorde à la valorisation du poisson avec l’appui de la coopération japonaise.
La porte-parole des bénéficiaires, Mme GUEYE Safiatou DIARRA, a, au nom de l’ensemble des bénéficiaires, remercié le Gouvernement pour cette initiative.
«L’endroit est approprié pour nos activités, les équipements mis à notre disposition sont dotés d’une technologie de pointe. Nous avons de la glace ici, nous avons beaucoup d’espace, le cadre est conviviale» s’est-elle réjouie.
Pour la directrice de l’Agence de gestion du Marché central à poisson de Bamako, Mme DIAWAEA Aissata TOURE, dite «Lady », l’objectif de cet équipement marchand est de rassembler toutes les vendeuses de poisson du marché de Médina-coura, des Halles de Bamako, de la Rue de la BECEAO,… ici au Marché central de Bamako.
Selon elle, les femmes fumeuses de poisson travaillaient dans des endroits peu hygiéniques qui n’attiraient pas les clients. En raison de ces mauvaises conditions de commercialisation, les travailleurs des missions diplomatiques et autres organisations internationales vivant dans notre pays préfèrent se ravitailler soit au Sénégal ou en Côte d’Ivoire.
«Le japon nous a aidés avec des chambres froides, des glaces. Aujourd’hui, ce sont les femmes fumeuses qui sont venues les premières, on attend les autres. J’invite toutes les actrices à venir ici » a-t-elle exhorté.
De son côté, la représentante du ministre de la Promotion de la femme, Mme BAH Oumou SANKARE, a exprimé toute sa satisfaction devant les nouvelles conditions de travail offertes à ces soixante femmes fumeuses de poisson.
Elle a expliqué la faible mobilisation des femmes par un déficit de communication. Très émerveillée par l’état des lieux, elle a assuré de l’engagement de son département à faire la mobilisation au auprès des femmes pour une meilleure occupation de cette infrastructure.
Pour sa part, le ministre de l’Elevage et de la pêche indiqué que c’est un marché qui remplit toutes les conditions d’hygiène et d’assainissement pour que les femmes soient à l’aise. L’usine de glace, a-t-elle fait savoir, peut produire 1 200 barres de glace par jour et la chaine de froid est assurée.
«J’ai tenu à venir rencontrer personnellement ces femmes pour savoir ce qu’elles avaient comme problèmes. Je suis également venue pour constater l’état des infrastructures. Toutes les conditions sont réunies. Ici il y a toutes les commodités, notamment les conditions d’hygiène», a-t-elle dit.
Le chef du département a soutenu que les investissements du Marché central permettent non seulement d’assurer les meilleures conditions de travail aux vendeuses de poisson, mais aussi de valoriser les produits de pêche à travers le fumage et le séchage, tout en maintenant la chaine de froid pour une meilleure conservation et le stockage du poisson.
Par ailleurs, elle a souligné que les femmes qui ont été installées, samedi dernier, ont bénéficié d’une série de formations sous forme d’ateliers animés par l’expert, M. TOCHIHARA venu spécialement du Japon pour cela.
Dans son intervention, le ministre a tenu à exprimer toute sa gratitude aux autorités japonaises pour leur accompagnement au développement du sous-secteur de la pêche. Elle a particulièrement remercié M. TOCHIHARA pour sa disponibilité et son expertise mise à la disposition des femmes pour une valorisation du poisson.
Aux femmes transformatrices, elle a dit: «ce site est aménagé pour vous et est ouvert à cet effet depuis 2011. J’ose espérer que le ton est donné pour que les autres femmes de la filière poisson vous rejoignent ici au Marché Central à poisson de Bamako très bientôt».
En marge de cette cérémonie, l’expert japonais a été distingué d’un Ciwara par le ministre de l’Élevage et de la pêche.
D’une superficie de 8 hectares, fruit de la coopération entre le Gouvernement du Mali et le Japon, le Marché à poisson de Bamako est un établissement à caractère industriel et commercial créé en 2011 avec une autonomie de gestion et des objectifs de rentabilité économique.
Le Marché Central à poisson est géré par une Agence de gestion qui a pour missions: l’exploitation des infrastructures et l’appui à la valorisation des produits de pêche ; l’organisation des acteurs de la filière poisson ; la formation des professionnels ; la promotion de la filière ; la production de données statistiques, etc.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct