Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Maouloud 2016 : IBK par sa présence honore Haïdara pourvu qu’il le fasse avec les autres Religions

La présence d’IBK à la cérémonie de l’anniversaire du baptême du prophète Mohamed (PSL) nous renseigne et nous enseigne à plus d’un titre.

cherif-ousmane-madani-haidara-ibk-ibrahim-boubacar-keita-maouloud-ansardine

Le Mali est un pays socialement intégré. Toutes les religions, toutes les ethnies se fréquentent, se marient entre elles et marchent main dans la main. Nous sommes presque le seul pays en Afrique de l’ouest, certainement avec le Sénégal à être dans cette disposition sociale.

Le cas de la religion jugé comme un indicateur positif dans l’intégration sociale a failli basculer un moment à cause d’une tendance des Sunnites voulant être des intégristes.

Cette situation a entrainé un clash dans l’unité au sein de la Huma Islamique du Mali lorsque les Sunnites de cette organisation ont voulu en imposer aux autres tendances leur charia.

ousmane-cherif-madani-haidara-ansardine-ibrahim-boubacar-keita-ibk-stade-omnisport-musulman-islam-foule-maouloud-prophete

Partout où l’islam a élu domicile au Mali, se sont juxtaposées à lui quelques formes de croyances locales (Syncrétisme) telle que l’adoration des tombeaux, le culte des saints, le maraboutisme et la sorcellerie.

De tout temps l’islam a joué un rôle capital dans notre société et il continue à régir encore de nos jours la morale, la justice.

Ces pratiques sont courantes dans la quadrilla, la tidjiania et autres, et qualifiées de pratiques bannies par les Sunnites, d’où un constat de divorce. Bravant tous les préjugés, les ténors de la classe politique ont honoré cette année les leaders religieux qui célèbrent le Maouloud. IBK n’est pas resté en marge. En plus de quelques dizaines de millions qu’il a offerts au Chérif pour l’appuyer dans l’organisation des festivités du Maouloud, il a lui-même fait le déplacement. Nous ne savons pas si c’est suite aux critiques de Chérif Ousmane en son endroit depuis l’année dernière, relatifs à son absence à ces différentes cérémonies, alors qu’avant d’être président, il y assistait.

L’initiative est bonne, si jamais nos leaders politiques gardent la même distance par rapport à toutes les autres religions à savoir les catholiques, les protestants et même les animistes. C’est ça le sens de la laïcité qui veut dire être indépendant vis-à-vis de toute religion. Même si l’appel des religieux à voter en faveur du candidat IBK à l’élection Présidentielle de 2013, à travers des consignes officieuses données dans les mosquées, les lieux de prêche et les associations religieuses telle que ‘’Sabati 2012’’, a été suivi à la lettre. Car il voyait en lui, des attitudes de musulman et le souci de libérer le Mali du joug des rebelles et des djihadistes et surtout ses slogans de campagne.

Le Président IBK n’a pas hésité à rappeler aux dirigeants de son parti politique, le Rassemblement Pour le Mali (RPM) qu’aucun parti politique ne l’a élu pour être à Koulouba. Ils avaient que ce sont les religieux qui l’ont élu ». Les leaders religieux ont fini par croire en cela. C’est vrai qu’ils ont participé à la victoire, mais cette victoire il faut le reconnaitre a été préparée et annoncée à l’avance par les membres de la junte militaire.

Disons que c’est l’Archevêque de Bamako qui a montré le chemin à IBK par sa présence à cette fête de Maouloud organisée chaque année par le Cherif Ousmane Haïdara. En retour, il faudra qu’IBK soit vu dans la cathédrale de Bamako, la nuit de noël.

Cela sera la preuve qu’il est à équidistance des religions et que le Mali garde son statut de République laïque. Si ce n’est pas le cas, on qualifiera sa présence de courtisanerie électoraliste ou de campagne électorale à l’image de Moussa Mara à travers ses prières dans les mosquées de Bamako et du Mali.

On se rappelle encore des propos du Chérif lors de sa conférence de presse relative au Maouloud 2015 dont la célébration a failli être empêchée, a dit ceci : « Partout où IBK passe, ne dit-il pas qu’il doit son élection aux musulmans ? Comment alors pourrait-il ignorer ceux qui l’on élu ?

Si les autorités ne font pas attention, les musulmans prendront le pouvoir. Nous ferons en sorte que nul ne devienne Président de la République s’il n’est pas de nos imams !

Je jure au nom d’Allah que nous le ferons si les autorités ne font pas attention ! Pour qu’on n’en arrive pas là, respectons-nous mutuellement ».

Mais attention l’Etat ne devra pas faillir devant la religion sinon le régime se trouvera phagocyter et bonjour la fin de la République laïque.

Seydou DIARRA

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct