Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali: le ministère de la Défense promet une enquête sur les cas d’abus

(Nairobi) – L’engagement pris par le ministère de la Défense du Mali d’enquêter sur de graves violations présumées commises par les forces de sécurité lors d’opérations dans le centre du Mali est un pas important vers la responsabilité, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

tiena coulibaly ministre defense ancien combattant

Dans un communiqué de septembre, Human Rights Watch a documenté comment les opérations militaires antiterroristes de 2017 auraient entraîné de nombreuses violations des droits de l’homme, notamment des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées, des tortures et des arrestations arbitraires de sympathisants présumés de groupes armés islamistes.

Le ministre de la Défense et des anciens combattants, Tiéna Coulibaly, et d’autres hauts responsables militaires ont rencontré Human Rights Watch à Bamako le 2 octobre 2017 pour discuter des conclusions de Human Rights Watch. Lors de la réunion et dans les courriels subséquents, les fonctionnaires ont exprimé leur intention d’ouvrir une enquête sur les allégations afin de traduire les auteurs en justice.

“Le soutien exprimé par le ministère malien de la Défense pour enquêter sur les abus militaires présumés reconnaît que les opérations antiterroristes dépendent du respect des droits de l’homme”, a déclaré Corinne Dufka, directrice associée Afrique à Human Rights Watch. “C’est une étape importante, mais pour une pleine responsabilité, les procédures disciplinaires de l’armée devraient être accompagnées d’enquêtes criminelles appropriées par le ministère de la Justice.”

Le ministère de la Défense s’est également engagé à prendre plusieurs autres mesures importantes pour empêcher de nouvelles violations des droits par les forces de sécurité impliquées dans les opérations. Il s’agit notamment d’ordonner aux commandants de troupes de remettre à la gendarmerie militaire toute personne arrêtée lors d’opérations militaires; demander aux grands prévôts de soumettre des rapports mensuels sur les violations des droits de l’homme au chef de cabinet des forces armées; et intensifier la formation sur les droits de l’homme pour le personnel militaire déployé.

Un prochain rapport de Human Rights Watch documentera les graves abus perpétrés par des groupes armés islamistes dans le centre du Mali en 2017, notamment les exécutions sommaires de civils et de soldats capturés, la destruction d’écoles et le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats.

La Commission nationale des droits de l’homme, avec laquelle Human Rights Watch s’est entretenue à Bamako le 2 octobre, devrait mener ses propres enquêtes indépendantes sur les violations présumées récemment commises par toutes les parties.

Il est impératif que les forces militaires du Mali, de Mauritanie, du Burkina Faso, du Niger et du Tchad se coordonnent sous le G5 Sahel (FC-G5S) pour combattre les groupes armés islamistes dans la région, pour respecter les lois de la guerre et pour leurs gouvernements. pour faire de la justice et de la responsabilisation des priorités, a déclaré Human Rights Watch.

“L’augmentation de l’activité des groupes armés islamistes dans le centre du Mali et au Sahel montre que le respect militaire des droits fondamentaux est crucial pour restaurer la confiance du public dans les autorités de l’Etat”, a déclaré M. Dufka.

SourceHuman Rights Watch

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct