Mali: la Cédéao souhaite le désarmement du MNLA

A l’issue du sommet des chefs d’Etat de la Cédéao qui se tenait mercredi et jeudi derniers à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, l’Afrique de l’Ouest a souhaité que la force de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) soit à terme transformée en une mission de paix de l’ONU. Dans le communiqué final, une déclaration est passée inaperçue. Elle est pourtant importante puisqu’elle stipule que le dialogue inter-malien doit passer par le désarmement des rebelles touaregs du MNLA.rebelles touaregs mnla

Cette déclaration très radicale pose quelques questions, d’abord par rapport à la France, qui en ce moment collabore avec le MNLA à Kidal pour mener sa traque contre les jihadistes. La rébellion touarègue a bénéficié d’un traitement de faveur de l’armée française, qui a fait du MNLA un allié. La déclaration de la Cédéao pourrait donc être interprétée comme une désapprobation implicite de la position des autorités françaises.

Reste à savoir si la France maintiendra cette liaison avec le MNLA une fois les opérations contre al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) terminées. En tous cas, dans les rangs de la rébellion touarègue, l’exigence du désarmement est qualifiée de moquerie. Il n’est pas question d’accepter d’être désarmés avant qu’un dialogue ne s’ouvre avec Bamako et qu’une feuille de route soit signée entre nous, explique Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, chargé des relations extérieures au MNLA.

Autre question posée par cette exigence de désarmement formulée par les chefs d’Etat de la Cédéao : quid de la médiation burkinabè ? Est-elle définitivement enterrée ? Le responsable du MNLA confirme que depuis le mois de janvier dernier, il n’y a eu aucun contact, ni avec le médiateur de Ouagadougou, ni avec les autorités de transition à Bamako.

Par RFI

Leave a Reply

Be the First to Comment!

Notify of
avatar

wpDiscuz