Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali: Crise politique : La CMD demande la dissolution de l’Assemblée Nationale

La Coalition Cheick Modibo Diarra était face à la presse le samedi dernier à son siège sis à Hippodrome pour évoquer les questions brulantes de l’heure. Elle a saisi cette occasion pour faire des suggestions au gouvernement pour la stabilité du pays.

Soucieux de la détérioration du contexte sécuritaire de notre pays, la coalition » CMD » a animé une conférence de presse le samedi dernier pour éclairer la lanterne des Maliens sur sa position. D’entrée de jeu, le conférencier Mahamane Mariko a fait observer une minute de silence à la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires des attaques meurtrières que notre pays a connues ces derniers temps. « La situation est grave à tous les niveaux de la vie de la nation.

De la crise scolaire en passant par l’insécurité, la crise politique et le front social. Donc, nous devons agir, car tous ces maux sont à la base de la mauvaise gouvernance », a déclaré Mahamane Mariko. La Coalition CMD exige une enquête pour édifier le peule malien sur les vraies causes des massacres d’Ogossagou et d’Aguel Hoc, afin d’assigner les auteurs en justice. Elle demande une relecture de l’accord de défense entre note pays et la France. La CMD demande également une évaluation de la mise en œuvre de la Loi d’Orientation et de Programmation militaire ; la sécurisation par l’Etat des populations et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national ; la dissolution de toutes les milices…

Concernant le front social, le conférencier préconise un dialogue social inclusif avec toutes les parties prenantes sous les bons offices du Médiateur de la République, en collaboration avec d’autres forces vives de la Nation. Il a ensuite invité le gouvernement de tout faire pour évitrer une année blanche au Mali, en payant les salaires des enseignants, car c’est leur droit d’aller en grève.

« Nous sollicitons la dissolution de l’Assemblée nationale et son remplacement par une Assemblée constituante consensuelle, inclusive et représentative des forces vives de la nation ; la suspension du projet de réformes administratives et institutionnelles car nous n’avons pas encore recouvert tout le territoire donc on ne peut pas parler de révision constitutionnelle », a affirmé Mahamane Mariko. La Coalition Cheick Modibo Diarra considère qu’un pays se développe avec ses opérateurs économiques. Aussi, exhorte-t-elle l’Etat à payer la dette intérieure pour soutenir davantage nos opérateurs.

Seydou Diamoutene

Source: Le 22 Septembre

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct