Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Macron aux Présidents des pays membres du G5 : « Je ne veux pas des mots, je veux des actes… »

Engager la nécessaire coopération bilatérale pour faire face aux menaces sécuritaires dans le Sahel et plus largement dans le continent et en Europe, était l’objectif du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat du G5 Sahel qui s’est tenu ce dimanche 2 juillet 2017, à Bamako.

emmanuel macron president francais ibk ibrahim boubacar keita chef etats conference sommet discours g5 sahel

Ponctuée par deux interventions, celle du Président Français, Emmanuel MACRON, hôte du Sommet et du Président malien, Ibrahim Boubacar KEITA, Président en exercice du G5 Sahel, cette rencontre en faveur d’une alliance pour le sahel a été aperçue comme une science de recadrage.

Alors que le président IBK se livrait aux éloges et remerciement à l’endroit de la France qui, pour lui, partage une histoire et un destin commun, un pacte de sang avec les pays du sahel et ses peuples respectifs, Macron, quant à lui signifiait aux Chefs d’Etats ce qu’il veut de la force en attente du G5. « La force conjointe du G5 Sahel ne se substitue ni à Barkhane ni à la MINUSMA. Elle vient en appui aux autres forces. », a-t-il précisé.

Pour le déploiement de ladite force, les dirigeants du G5 Sahel sont convenus d’un budget de 423 millions d’euros, dont les 2/3 seront financés par les partenaires, a annoncé le président Keïta. Pour Macron, la non-satisfaction de cette entente ne devrait en aucune manière impacter sur l’opérationnalisation de la force conjointe régionale contre les jihadistes.

Selon lui, la force serval a été d’abord engagé au Mali, avec le moyen de bord… « Vous avez été attaqués ! Nous avons été attaqués ! Nous le sommes tous les jours. Soit nous considérons que nous ferons comme avant : ne pas évoquer les problèmes, faire semblant de faire, nous mentir et mentir à nos populations ; Soit, ensemble, nous faisons le choix de procéder différemment : nous dire les vérités, qu’elles fassent plaisir ou pas, d’être exigeants les uns pour les autres. Car nous avons un avenir en commun », réplique Emmanuel MACRON, hôte du Sommet.

Il a ajouté que l’Union européenne (UE) avait déjà promis 50 millions d’euros, “l’amorce d’un engagement dans la durée” que compte favoriser Paris. “Pour garantir un soutien dans la durée, ce sera à vous et à vos armées de convaincre que le G5 peut être efficace, dans le respect des conventions humanitaires. Les résultats doivent être au rendez-vous pour convaincre les partenaires”, a prévenu le président français à l’intention de ses pairs.

Lors de la clôture de l’évènement, Macron a décliné la lecture de la déclaration finale du sommet extraordinaire du G5 devant la presse.  « Je ne veux pas des mots, je veux des actes… », il a tenu ces langages de vérité afin que chacun y trouve son compte.

 

La rédaction 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct