Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

« Ma famille d’abord » : Des nominations à de hautes fonctions décidées par l’épouse et le fils d’IBK

La première Dame, Keita Aminata Maïga, et son fils, Karim Keita, seraient derrière de récentes nominations à de hautes fonctions au Mali.

ibrahim-boubacar-keita-ibk-fils-enfant-karim-beau-pere-famille-issiaka-sidibe

« Karim Keita et sa maman, les véritables maîtres du Mali », assène le Sphinx dans sa parution de ce vendredi, 3 mars. Selon l’hebdomadaire d’investigation, la première dame, Keita Aminata Maïga, et son fils, Karim Keita, décideraient de certaines nominations en lieu et place du président de la république et du gouvernement. Deux récentes nominations, entérinées au cours du dernier Conseil des Ministres tenu le mercredi 1er mars, seraient l’œuvre de Karim et de sa mère.

L’épouse d’IBK serait à l’origine de la promotion de Boubou Cissé, un inspecteur des Finances, au poste de Directeur administratif et financier de la Présidence de la République. Mais d’après le Sphinx, cette privatisation des affaires publiques ne concerne pas que la première dame puisque le choix des personnes aux hautes fonctions étatiques reviendrait également au fils du Chef de l’Etat.« Sur ordre du véritable président de la république depuis près de deux ans, Karim Keita, Mamadou Gakou, un militant du RPM, vient d’être bombardé directeur national des Eaux et Forêts », rapporte, en effet, le journal qui précise que son prédécesseur, « un cadre compétent », n’avait duré que 4 mois à son poste.

Karim, une influence sans limite

Député, président de la commission défense de l’Assemblée Nationale, l’influence du fils du président ne se limite pas qu’au sein de l’hémicycle. Régulièrement le Sphinx rapporte ses frasques. Il aurait son mot à dire dans toutes les grandes décisions engageant l’Etat, tous domaines confondus.

Une position qui attire des convoitises de certains jeunes qui cherchent à profiter des « milliards » que possède, d’après le Sphinx, Karim Keita. Dans sa dernière parution, le journal d’investigation révèle qu’un groupe de jeunes a crée une association, avec local coutant 150.000F par mois, pour simplement « défendre l’honneur et l’image de Karim ».

La rédaction

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct