Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Lutte contre l’insécurité à Bamako et ses quartiers périphériques : Diallakorodji et Ouezzindougou désormais dotées de brigades territoriales de la gendarmerie

Dans le cadre de la réalisation d’une ceinture de sécurité autour de la capitale malienne dénommée « Ceinture bleue », la direction générale de la gendarmerie nationale sous la houlette du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général de brigade Salif Traoré a procédé, le vendredi 9 février, à l’inauguration des brigades territoriales de Diallakorodji et de Ouenzindougou. C’était en présence du directeur général de la gendarmerie nationale, Magistrat-Colonel major Satigui dit Moro Sidibé.

C’est Diallakorodji, une localité située dans la périphérie de Bamako, qui a donné le ton de cette série d’inaugurations une brigade territoriale de la gendarmerie, le ministre en charge de la sécurité et sa délégation ont été accueillis par une foule des grands jours composée des autorités coutumières et religieuses, des responsables de jeunesse et des organisations féminines ainsi que l’ensemble des couches socioprofessionnelles de la localité.

Premier à prendre la parole pour souhaiter la bienvenue à la délégation ministérielle, le maire de Diallakorodji, Oumar Guindo s’est réjoui de l’inauguration de cette brigade de la gendarmerie dans sa localité. Ainsi, il a invité l’ensemble de la population à jouer toute sa partition pour un meilleur fonctionnement de cette unité de la gendarmerie afin de mieux faire face aux défis sécuritaires qui minent le développement de nos communautés à la base. Aussi, il a lancé un appel pressant aux plus hautes autorités de notre pays afin que cette brigade soit dotée de moyens suffisants tant humains que matériels pour jouer pleinement son rôle dans le cadre de la ceinture de sécurité autour de la capitale malienne communément appelée « Ceinture bleue ».

Réduire le problème de l’insécurité dans la zone

À sa suite, le représentant du Chef de village, Yaya Traoré n’a pas caché sa joie d’assister à l’inauguration de cette brigade de gendarmerie qui, selon lui, contribue à réduire considérablement le problème de l’insécurité dans la zone. Avant d’inviter ses concitoyens à dénoncer aux éléments de la gendarmerie toutes les personnes aux comportements suspects. À le croire, cela permettra de rendre plus efficaces les efforts des éléments des forces de sécurité dans le cadre des opérations de sécurisation des personnes et de leurs biens.

Quant au ministre de la Sécurité et de la Protection civile, il a rappelé que cette inauguration s’inscrit dans le cadre de la volonté du gouvernement malien d’assurer la sécurité de la population malienne. Et d’inviter la population à coopérer avec les forces de sécurité. « Nous n’arriverons pas à vous sécuriser sans vous. Donc, il n’y aura pas de sécurité sans la population. Car, c’est elle qui est mieux placée pour identifier les personnes étrangères aux comportements suspects. Nous invitons les jeunes à informer les forces de sécurité devant toutes les situations pouvant constituer de source d’insécurité. Nous vous rassurons que tous les moyens seront mis à la disposition de cette brigade afin qu’elle puisse être plus efficace dans le cadre de la lutte contre l’insécurité », a-t-il précisé.

Après la coupure du ruban symbolique qui a mis fin à la cérémonie d’inauguration de la brigade territoriale de la gendarmerie de Diallokorodji, la délégation ministérielle a mis le cap sur la localité de Ouezzindougou (commune rurale du mandé) où le ministre Salif Traoré a procédé à l’inauguration de la brigade territoriale de la gendarmerie de ladite localité.

Répondre aux attentes et aux préoccupations de la population

Après les salutations d’usage, le maire de la commune rurale du mandé, Moussa Camara dira que sa commune compte 25 villages pour une population estimée à plus de 59 352 habitants, dont 29 734 hommes et 29 618 femmes. « La commune rurale du mandé dispose de 8 692 ménages et 5 427 concessions. Elle est traversée par deux routes nationales (RN 5 et RN 29) distantes chacun de 35 à 40 km à l’intérieur de la commune et des villages éloignés l’un de l’autre », a précisé le maire.

Aux dires du maire, la réalisation de cette brigade répond aux attentes et aux préoccupations majeures de la population en matière de sécurité. Et d’appeler les chefs de villages de la commune à accompagner la gendarmerie dans sa mission régalienne de sécurisation de la population à travers des informations saines. « Quant à la mairie, elle ne ménagera aucun effort pour appuyer et accompagner la brigade territoriale de la gendarmerie de Ouezzindougou dans l’atteinte de ses objectifs », a-t-il rassuré.

Pour sa part, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, a salué la population d’Ouezindougou pour l’hospitalité dont-elle a réservée à lui et sa délégation. Et d’exhorter la population à utiliser les numéros verts mis à sa disposition par les plus hautes autorités de notre pays afin de lutter efficacement contre l’insécurité.

Il convient de noter que le coût de réalisation de la brigade territoriale de la gendarmerie de Diallokorodji est estimé à plus de 61 millions de FCFA tandis que celle de Ouezzindougou a coûté la bagatelle de 64 millions de nos francs.

Mama PAGA

Le Pays

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct