Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

L’incohérence de l’honorable Idrissa Sangare

Après avoir voté en faveur de l’adoption du projet de révision de la constitution des deux mains, l’honorable Idrissa SANKARE, élu du parti ASMA-CFP à Bankass crache sur le sens de son vote. Dans un poste sur sa page Facebook, il écrit ‘’aujourd’hui que cette loi est dangereuse pour le pays’’. Par conséquent, il se dit prêt à marcher avec la Plateforme du Non à la révision constitutionnelle. Reniement de soi ou changement spectaculaire de veste ?

Idrissa Sangare depute parti asma assemblee nationale

L’honorable Idrissa SANKARE, un député de la majorité parlementaire, sur les réseaux sociaux a fait sortir ses gants contre le projet de révision constitutionnelle. Sans aller avec le dos de la cuillère, il annonce sa nouvelle position sur sa page Facebook, en répondant à l’un de ses collègues députés de la majorité parlementaire : « Je ne peux continuer à ramer à contre-courant de mes convictions. Avant d’appartenir à la majorité, je suis moi mm d’abord. Toi tu es témoin de mes prises de position au sein de la majorité. Cette fois-ci, il ne s’agirait pas pour moi de dénoncer seulement, mais de m’assumer jusqu’au bout, car c’est la patrie qui est en danger. S’il y a meeting ou marche pour le non tu me verras ».
Cette déclaration sonne comme une inconsistance ou même un reniement de soi de l’honorable député de Bankass, qui a pourtant voté, en toute liberté et consciencieusement, pour l’adoption du texte de la révision constitutionnelle, après deux jours de débats houleux entre les députés et des membres du gouvernement.
C’est à l’issu de ces discussions que le texte a été finalement adopté, le 3 juin 2017 par 111 voix contre 35 voix.
Ce jour, l’honorable Idrissa SANKARE faisait partie de l’écrasante majorité des députés de la mouvance présidentielle qui a accordé leur quitus à l’adoption de ce projet de texte de révision de la constitution du 25 février 1992 avant qu’il ne soit soumis au vote référendaire.
La majorité parlementaire, dont l’honorable Idrissa SANKARE est membre, a voté pour l’adoption du texte parce que devant permettre à l’Etat de respecter ses engagements devant la communauté internationale. Aussi, parce qu’elle a estimé que ce texte proposé par le président de la République est une avancée pour notre démocratie et un moyen pour l’Etat de rester dans le cadre des acquis de l’accord pour la paix issu du processus d’Alger.
Mieux, le député frondeur de majorité présidentielle élu à Bankass, qui s’oppose aujourd’hui à cette révision fait partie des députes ayant pourtant fait individuel des amendements en vue d’améliorer le contenu dudit texte.
Au lieu d’assumer son vote, verse dans les conjectures et incantations d’une rare incohérence et indécence en traitant le projet de révision constitutionnelle de « dangereux pour le pays ». Quelle mouche a-t-elle donc piqué cet honorable député qui tombe subitement dans le reniement de soi ?
Ce retournement spectaculaire de veste apparait à tout égard comme un manque de courage et conviction politique de sa part. En ratant les deux jours de débats à l’Assemblée nationale sur cette réforme, pour faire connaitre sa conviction profonde et réelle, l’honorable SANKARE, dans cette nouvelle posture, s’égare. Il se discrédite et se décrédibilise mettant sur la place publique son incohérence politique. Dans tous les cas, si ce texte est mauvais comme il a voulu le présenter, il en est auteur puisqu’il l’a voté en toute indépendance.

Par Sikou BAH

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct