Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Lettre à mon oncle Bass, Cher oncle,

Bonjour !
Je te présente toutes mes excuses pour avoir cessé de t’écrire depuis bientôt 3 semaines. Mais, comme tu peux le constater, je conserve encore ma carcasse de misère. Mon silence était tout simplement dû au fait que, sans emploi et les poches troués, je n’ai eu d’autre choix que de me rendre à Sadiola pour travailler dans ses mines d’or. Hélas, mon pauvre Bass, après 21 jours pendant lesquels, j’ai bossé comme un chameau de Kidal, j’ai décidé de retourner à fantambougou-Bamako. Cela, parce que là bas à sadiola, j’avais même des difficultés à faire fonctionner mes tripes. Depuis donc une semaine, me voilà à la case de départ, à la maison.

ibrahim boubacar keita ibk president malien visite namibie lettre doleance cooperation

Je profite alors de l’occasion pour t’informer que nous n’avons toujours pas reçu ta dernière lettre, ni le colis de poissons séchés qui devrait l’accompagner. Pourtant, des amis de Fantambougou nous ont confirmé que N’golo ton envoyé est bien arrivé ici, depuis maintenant plusieurs jours. Ainsi, suis-je, depuis, à sa recherche, matin et soir. Mais, Walahi, Bilahi, je le coincerai ! Et, quelle que soit l’explication qu’il me fournirait, je lui ferai voir de quel bois je me chauffe Ha ! le scélérat, le vampire, le génocidaire ! Oser ainsi détourner la bouffe des « malheurs qui n’ont point de bouffe ?’’
Walahi, de mes propres mains, j’égorgerai « par le bas » cet escroc de N’Golo !

En attendant, je dois te dire que la troupe familiale ainsi que grand-mère disent Alhamdoulilahi, car la misère n’a toujours expédié personne (parmi nous) à Lahara. Nous sommes tous (encore) en vie, si, bien sûr, vivre, c’est ne pas être sous terre. En somme, dans la famille à Fantambougou, tous, nous sommes « cliniquement » vivants. A l’instar de tous les Maliens que le coût exorbitant de la vie n’a pas encore « cadavérés ». Aussi, je te signale que la grave situation de fatigue » générale dans le Mali d’en bas, demeure, sinon s’empire de jour en jour. Et, toi-même tu sais cher oncle, nous les piétinés, les Maliens d’en dessous n’avons jamais connu autre chose que les lendemains incertains, le désespoir, la faim, la soif, la maladie et l’injustice. Certes, la pauvreté, ne nous (les petits maliens) effraie point. Puisqu’elle a toujours été présente à nos côtés. Mais, pour stoïque et endurant que l’on soit, on ne peut s’habituer à vivre dans la misère. J’avoue cher tonton, que j’ai vraiment honte d’avoir toujours à te parler et à te ‘reparler » de misère et de désespoir, mais c’est bien ça le quotidien de l’écrasante majorité des Maliens. Le dire et le redire est un devoir. Oui oncle Bass, la bouffe est devenue un luxe, un privilège au Mali, pour l’écrasante majorité. Walahi, bilahi, je jure !
Mais, notre silence ne doit pas endormir les consciences de la République d’en haut car, il n’est qu’apparence. Or, l’apparence n’est rien. C’est au fond du cœur qu’est la plaie. Nous continuons donc à défier les conducteurs de ces minibus noirs qui, au nom des morts n’ont aucun respect pour les vivants. Walahi, oncle Bass, ces gens-là méritent mille fois d’être malmenés et rançonnés comme les autres, par les policiers. Et pour cause, ils « brûlent » les feux rouges (alors qu’il n’y a pas d’urgence concernant un mort), roulent à l’allure qui leur plait et ne payent, ni taxes, ni redevances. Le simple fait qu’ils soient des transporteurs de passagers à destination de… Lahara, constitue pour eux un laisser passer. De la catégorie de ces conducteurs de minibus noirs, il a aussi ces autres, ces cascadeurs là qui transforment (les jours de mariage), nos rues et ruelles en véritables champs de rallye, défiant insolemment la mort.

Cela, devant l’impuissance et l’indifférence totale de ceux chargés de sécuriser les personnes et leurs biens. Walahi, de nos jours, dans ce pays là, nos autorités sont tellement occupées à chercher des solutions à la situation au nord, qu’on a l’impression que le « bateau Mali » vogue sans gouvernail.

En effet, malgré le fait que les scarabées bipèdes aient été chassées des régions de Tombouctou, Gao et Kidal, le pays va toujours mal et il est devenu une priorité majeure pour nos hautes autorités d’y faire régner la paix et la sécurité, mais surtout de sauvegarder l’intégrité territoriale du Mali. C’est dans ce cadre que se prépare activement cette rencontre nationale dite conférence d’Entente nationale que se tiendra dans quelques jours.

Que faut-il attendre de cette conférence ? Seul Dieu le sait.
En tout cas, au nom de la paix, nos ‘’en haut d’en haut’’ auront tout essayé. Enfin tonton, et toujours concernant la République, elle est depuis quelques jours en proie à une grève dite illimitée décrétée par le syndicat national de la Santé, de l’Action Sociale et de la promotion de la famille et la Fédération des Syndicats de la Santé et de l’Action Sociale.

Ces gens mon pauvre Bass, veulent aussi plus d’herbe à brouter. En tout cas, qu’ils soient ou pas en grève, cela ne change pas grand-chose pour nous les Maliens d’en bas. La Santé étant une affaire des seuls nantis de la République.
Je le dis pian ! Parce que, ‘’C’est ça qui est ça’’. Walahi, bilahi, je jure !
A lundi prochain Inchallah !
Par ton petit Ablo !

Source: 26 Mars
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct