Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Les jihadistes du GSI déstabilisent le centre du Mali

L’insécurité au Mali n’est plus cantonnée au Nord. Elle se propage au centre du pays, dans la zone de Douenza, notamment dans la commune de Boulikessi vers la frontière avec le Burkina Faso. Face à cette instabilité grandissante, les autorités maliennes ont développé un plan de sécurisation intégré avec l’appui des forces internationales. Un plan qui met surtout l’accent sur les réponses de type sécuritaire. Explications.

terrorisme combattant rebelles djihadiste touareg mnla cma bandit arme gatia hcua ville nord mali kidal

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, organisation jihadiste née de la récente fusion de plusieurs groupes du Sahel, a revendiqué samedi 1er avril une attaque menée le 29 mars contre l’armée malienne, tuant deux gendarmes et un civil maliens.

C’est la deuxième attaque contre ce poste de Boulikessi, près de la frontière burkinabè, où 11 militaires maliens avaient déjà été tués le 5 mars. Une attaque déjà revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans. près de la frontière burkinabè

« C’est une manière (pour les jihadistes) de vouloir marquer (leur) présence, explique à RFI Jean-Hervé Jézéquel, le directeur adjoint du projet Afrique de l’Ouest de l’International Crisis Group. Après l’attaque du début du mois de mars les forces maliennes avaient décidé de se redéployer dans ce poste de Boulikessi et je pense qu’il s’agit pour ces groupes-là de dire : ce foyer-là, cette zone rurale-là, elle ne vous appartient plus ».

Les jihadistes remettent la pression sur l’Etat malien alors que les forces de sécurité sont sur la défensive, pour tenter de« les faire déguerpir de ces zones-là pour les occuper. En fait, la zone de Boulikessi appartient à une zone dans laquelle la présence de l’Etat est non seulement faible, mais également très contestée.

Les forces internationales qui sont présentes au Mali aussi, ont plutôt tendance, pour la plupart d’entre elles, à se concentrer dans les espaces urbains. C’est particulièrement vrai de la Minusma, la force des Nations unies.
Pour les autres forces, comme la force française Barkhane, qui a opéré récemment dans cette zone du centre Mali, il n’est pas possible en fait d’occuper durablement tous les espaces où ces groupes sont actifs ».

Les jihadistes tentent de réoccuper par la marge, par les espaces ruraux, des parties du territoire malien, conclut le chercheur.

Par RFI

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct