Les abus d’Ethopian Airlines

Prononcer le nom de M. Sanogo, le chef d’escale de la compagnie Ethiopian Airlines à l’Aéroport International de Bamako-Senou, équivaut aujourd’hui à faire fuir les interlocuteurs. Et en partant, ils te diront tous «perd pas ton temps, ce type ne fera rien…» Ou simplement «Fais attention, sinon il va t’insulter…».

Ethiopian airlineNous avons vécu cette expérience le Mercredi dernier dans l’après midi lorsque votre serviteur s’est rendu à l’aéroport international Bamako Senou pour le vol d’Ethiopian Airlines de 14h35 de ce jour. Comme par ironie du sort, je me présente à l’Aéroport à 13h 42 minutes pour me faire enregistré après avoir passé une dizaine de minutes au poste de contrôle d’accès à l’aéroport.

Surprise ! Le comptoir d’enregistrement d’Ethiopian est fermé et d’autres personnes attendaient, car arrivées eux aussi après 13h 35 minutes. Dans un calcul simple, j’avais 53 bonnes minutes devant moi pour me faire enregistré, par ce que sans bagages.

Mais, voila, le chef d’escale, le très puissant Sanogo avait décidé de fermer le comptoir plutôt à 13h 35 minutes exactement, selon ses dits. Il avait fermé, comme si de rien était. Une bonne heure avant le décollage prévu sur les billets des passagers (14h 35) et sans préalablement informer les passagers concernés, car plus de 10 personnes sont restées à l’Aéroport ce jour sans pouvoir voyager.

Et pire, une Dame devait voyager pour des raisons de santé. Et personne à l’aéroport, ni policier, ni douanier, ni collaborateur n’a voulu aller parler ni directement ni même par téléphone «le grand Manitou» d’Ethiopian Airlines, par ce que Sanogo est tout simplement désagréable.

Ce beau monde, dont votre serviteur moi-même, a été obligé d’attendre Sanogo pendant plus de 53 minutes pour moi et plus d’une heure pour certains autres. Et très normalement nous avons voulu savoir la raison de cette fermeture beaucoup de temps avant l’heure du départ.

M. Sanogo nous a simplement répondu qu’effectivement il a ordonné la fermeture du comptoir à 13h 35, car selon lui tous les vols de la compagnie s’ouvrent 3 heures avant l’heure du vol sur les billets et se referment une (1) heure avant l’heure d vol.

Contrairement au standard international, Ethiopian Airlines, par cette règle particulière laisse toujours des passagers et les font payer des pénalités pour rien.

Face à cette situation, les autorités compétentes doivent réagir pour arrêter cet abus, car venir à l’aéroport une heure avant l’heure marquée sur le billet et ne pas pouvoir voyager sans un préavis est simplement de l’escroquerie.

M. KONDO, envoyé spécial à Dakar