Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

…Le numérologue révélateur Dr Mamadou Sanogo (2ème partie) : « Modibo Sidibé a été choisi par Dieu pour apaiser le Mali, l’Afrique, voire le monde «

Nous vous proposons aujourd’hui la deuxième partie de l’interview qu’a bien voulu nous accorder  Dr Mamadou Sanogo, pharmacien de son état, spécialiste en arithmosophie musulmane et des carrés magiques, chercheur indépendant et auteur de nombreuses découvertes de portée mondiale  comme le mot nombre, la somme des anagrammes et le dictionnaire numérique…   
L’Indépendant : c’est votre mère Nè Haïdara qui a parlé de la plaquette Modibo Sidibé ?

  Mamadou Sanogo : Exactement. Voyez-vous ? Moi je n’en revenais pas. Cela m’a renvoyé à toutes mes découvertes. Mes techniques de révélation sont intenses. Je vous avais appelé le 20 novembre pour vous dire qu’il y avait du nouveau. Moi je me préparais plutôt à diffuser un communiqué sur les ondes des radios de Ségou pour annoncer les révélations que je venais d’avoir, à savoir la présidence prochaine de Modibo Sidibé. J’avais déjà le texte sur ordinateur. Au regard de la situation sociopolitique délétère que nous vivons mon intention c’était informer et, du coup, donner l’assurance que Modibo Sidibé va apaiser le Mali parce que le prophète Mohamed malade c’est quoi ? Sa maladie s’explique par le fait que nous Maliens nous souffrons. Nous sommes en guerre, nous ne nous aimons pas, nous sommes dans des crises sociales, des crises au niveau des communautés religieuses. Donc soigner le prophète Mohamed, c’est soigner l’ensemble des prophètes. N’est-il  pas dit que le prophète Mohamed est le premier et le dernier des prophètes ? Le soigner c’est faire aboutir toutes les prophéties. Donc Modibo Sidibé sera le grand pion non seulement sur l’échiquier national  mais aussi à l’échelle sous-régionale, africaine et même internationale dans l’apaisement du monde qui est en train de s’initier. Nous sommes déjà dans cette mission depuis 2007, en réalité depuis Casablanca.

D’ailleurs, nous sommes pour accompagner Modibo Sidibé. Nous voulons faire comprendre comment les chiffres révèlent, comment les chiffres appuient ce rêve. Les révélations nous ont été faites. L’ordre ne nous a été donné que seulement le 16 novembre 2012. Fait curieux, c’est qu’à partir  du 10 novembre il y a comme une logique  des nombres qui s’est installée en faveur de Modibo Sidibé. Seulement il faut être aveugle pour ne pas le voir  et même à un aveugle si on le lisait il serait parfaitement d’accord. Pour cela, il suffit seulement que ce tableau soit tiré et montré à quelqu’un (Dr Sanogo parle d’un tableau qu’il a sur son ordinateur, ndlr). Il verra qu’à partir du 10 novembre jusqu’au 30, soit 21 jours, qui n’ont été révélés que pour mettre Modibo Sidibé à la tête de tous les Maliens pour que ceux-ci se chargent de le porter à la connaissance des Africains et les Africains pour le monde. C’est une lumière du prophète Mohamed. Lorsque le prophète a été révélé vers les années 94-95 je l’ai dit à Guidjo Almamy. Il m’a dit ce jour-là de faire le sacrifice d’un poulet  blanc.

Quelle était la révélation ?

Modibo. Le prophète Mohamed s’appelle Modibo.

Vous avez eu cette vision en rêve ?

Voilà. J’ai vu  en rêve Mohamed avec un poulet  en main. C’était chez nous à Nyamina. Et c’est cette révélation qui a été effectivement faite à Mohamed Abdoulaye Souad  qui est l’aïeul de Modibo, des parents des gens de Dily. Quand les gens disent que Mohamed Abdoulaye Souad a chanté à Nyamina, c’est dû au fait que c’est là-bas qu’il a reçu cette révélation. C’est le secret de la lumière. C’est donc dans le mystère de la sainteté de la prophétie…

 Modibo, cela peut bien être l’actuel Premier ministre de la Transition, Cheick Modibo Diarra…

Je dis bien Modibo Sidibé. Je ne saurais faire la confusion. Moi je suis en train de développer  les arguments en faveur de Modibo Sidibé. J’ai bel et bien dit Modibo Sidibé, l’ex ministre de la Santé,  l’ex Premier ministre, Modibo Sidibé du Wassoulou, l’ex ministre des Affaires étrangères. J’insiste pour dire qu’il s’agit de Modibo Sidibé qui sera le futur président de la République, le successeur de Dioncounda Traoré.

Mais dans quelles circonstances ? Est-ce encore dans une situation de crise ?

Le plus tôt serait le mieux que Modibo revienne parce qu’il est annonciateur  d’une miséricorde qui se manifeste déjà. Dioncounda est en mission, mais sa mission s’accomplit. Lorsque nous avons fait la révélation sur Dioncounda nous savions ce jour-là qu’il avait toutes les chances et seule une chance minime d’un milliardième près l’empêcherait d’accéder à la magistrature suprême.  Si nous prenons ce jour-là l’harmonie de progression, le nombre de progression qu’on appelle la raison de progression le 3,872 406  751. L’erreur qui est là-dessus l’amène à 751 ou alors à 749. Pour que Dioncounda soit président il fallait même déjà une erreur parce que Dioncounda n’était pas pratiquement très prévu avec le 49.Voyez-vous, c’est une erreur. Si cette erreur se commettait ce n’est ni lui ni Modibo. C’est un autre homme qui n’est pas déclaré, qui n’est pas sur la liste des candidats. Voyez-vous la logique ? S’il n’y a pas une autre personne déclarée sur la liste logiquement on tire la personne qui est là. C’est l’erreur qui sera commise en sa faveur. Je ne sais pas si vous me suivez.

Avec le 49 parce que Dioncounda fait 78, donc 78 il est dans 748, le 74 est ATT donc le 8 les trois chiffres là forment Dioncounda et ATT ; donc 7 et 8 ça c’est Dioncounda. S’il y a erreur c’est dans une marge de milliardième près. Si la personne prévue en cas d’erreur n’est pas je ne sais pas comment  elle va venir s’inscrire sur la liste des candidats potentiels, le 49. Il n’était pas là, donc si c’était le cas Dioncounda ne serait pas président. Donc pour que Modibo Modibo Sidibé soit président il fallait que dans l’autre sens 51, il ait une chance moindre que Dioncounda, en tout cas dans le parcours en question parce qu’ATT était déjà là avec Dioncounda  qui faisait le même nombre que lui. C’est la présence Moctar (51) qui a révélé Modibo Sidibé aujourd’hui. Sinon moi-même je fais 49, heureusement que je ne suis pas politique (rires). Par extraordinaire si j’étais, ce jour-là, sur la liste des présidentiables, je ne sais pas comment j’allais m’y prendre, mais je battais Dioncounda avec le 49. Mais le 51 est là aujourd’hui pour révéler le 22.

Toutefois, si le 51 est là le 1 et le 6 dans les quatre derniers nombres Dioncounda disparaît carrément, idem pour ATT et il n’y a un seul de ces présidents qui soient dans les quatre derniers chiffres. 6 et 1 c’est Modibo Sidibé mais le 75 dégage déjà ATT.

Aujourd’hui, Modibo est apparu, donc les mêmes nombres qui ont permis de prédire l’avènement de Dioncounda Traoré sont là pour aller en faveur de Modibo Sidibé dans les conditions actuelles.

Pour une bonne compréhension de nos lecteurs pouvez-vous mettre les chiffres en question en relation avec le Mali ?

Le calcul qui a été fait l’a été avec le mot M-A-L-I. Ainsi  le M fait 4, le A fait 1, le L fait 3 et le I fait 9. C’est la formule mathématique que moi j’ai découverte qui a été appliquée au mot Mali et qui peut être appliquée à tous les mots : Sidibé, Traoré, Afrique, monde, joli, beau… Avec cette formule, le mot Mali révèle déjà en 1992 que notre pays est entré dans l’harmonie de la progression…

Malgré la crise ?

Malgré la crise, le Mali est en train d’avancer en réalité. Ceux qui ont fait le coup d’Etat se sont dit :  » Que devons-nous faire malgré la situation apparemment bonne  car nous sommes en train de nous enfoncer ? «  Et cela arrive. Un corps malade avec une affection nécessitant une chirurgie, il faut la faire. Au moment de la chirurgie, le malade ne peut pas se porter encore mieux. Il peut même maigrir, devenir moribond. Mais c’est bien après qu’il va se ressaisir et aller de l’avant. Sinon le Mali est sur la ligne et il va avancer désormais, rien à faire.

Pour la petite histoire, moi je n’en reviens pas quand les gens disent que le Mali est dans une crise sans précédent. C’est certainement une affaire de langage. Cela n’a jamais été mon cas. El Hadj Omar quand il passait ici avec le djihad ils se sont tués depuis le Fouta jusqu’ici. Quelle guerre atroce a été celle du Macina…

On parle de 10 000 morts, non ?

C’est bien ça. Sans compter ce que Samory a fait. Toutes ces guerres sont à mettre au compte de régimes théocratiques. Quand les gens disent le Mali, mais de quel Mali parlent-ils ? Peut-être le Mali de 1958 à ce jour quand on lui a donné le nom Mali.  Mais sincèrement, je dis que nous sommes en train d’avancer et  on le saura. Mais maintenant quand je dis que le Mali est entré dans l’harmonie à partir de 1992, depuis que j’ai commencé ces révélations, soit en 2006, j’ai proposé des sacrifices. Je suis parti à la présidence  trois fois et le même nombre de fois à l’Assemblée nationale. J’ai même envoyé, à l’époque, des écrits aux ambassades sous forme de poèmes…

 Il s’agit de quelles offrandes ?

J’avais dit 100 bœufs noirs à l’époque. Qu’est-ce qu’ATT a fait ? IBK qu’a-t-il fait ? J’ai rencontré les deux autour d’une même table, l’un à ma droite, l’autre à ma gauche. En réalité, je n’ai pas été écouté par les plus hautes autorités du pays. Le bonheur t’arrive, il faut faire un sacrifice, le malheur t’arrive, il faut faire un sacrifice. Maintenant quand les gens nous combattent, c’est le sacrifice que le Mali devrait faire. Le prix à payer fait aujourd’hui peut-être des milliers de milliards de FCFA, alors que les sacrifices que moi j’avais demandé  coûteraient, peut-être, 60 millions de FCFA ou 100 millions au maximum. Les preuves de mes recommandations sont dans les journaux.

L’important c’est que les gens sachent que  dans ce pays il y avait  au moins quelqu’un qui était capable, à partir d’une science nouvelle, de prédire. Je pensais sincèrement qu’à partir de cet instant les gens seraient venus à moi pour voir ce que j’avais proposé, ce que j’avais à leur dire. Mais dans un pays où les gens ne cherchent pas à avoir le savoir même si c’est à portée de leur main, c’est déjà une crise pire que celle que nous vivons. Quand on dit qu’il y a un savant qui a le savoir, quel que soit le savoir, qu’on ne cherche pas à savoir de quel savoir il s’agit, bon ou mauvais, pour qu’on l’appuie ou bien qu’on l’abandonne ça c’est la pire des situations. Eh bien, c’est qui est arrivé. Cette crise je  la savais. Elle m’a été révélée au nord de la cathédrale de Bamako…

Quand ?

C’est bel et bien en 2012.

 A partir de quand vos prédictions vont-elles commencer à se concrétiser ?

A partir de cet entretien, d’ici à la fin 2012 on ne parlera que de Modibo Sidibé. En 2013, il dit qu’il ne recevra plus aucun politicien si ce n’est Modibo Sidibé. C’est 2013 qui le révèle. Donc 61 X 33 c’est ce qui donne 2013. Pour la petite histoire, Jésus Christ est mort à 33 ans et Jésus même fait 11.

C’est 11 X 3. Jésus partout où tu vois, comme je t’ai déjà expliqué, c’est par rapport à la situation de ce monde problématique qui a déjà été décrit : l’Irak, la Syrie, l’Afghanistan…Le prophète même l’avait révélé. Il s’agit de l’antéchrist qui est une crise sans précédent sur terre et qui bouleverse le monde. Le prophète Mohamed (PSL) a annoncé son retour pour aller l’arrêter avant qu’il n’atteigne la Mecque et Médine…

 Revenons au rapport entre le chiffre 61 représentant Modibo et le Mali.

La question n’est pas tant le rapport  de 61 par rapport au Mali. En numérologie classique, quand tu prends un nombre, elle va le ramener à l’unité. C’est-à-dire qu’elle va faire une addition de ces nombres jusqu’à atteindre un chiffre  qui sera parmi les 9 chiffres que nous connaissons, de 1 à 9. Moi, comme je vous l’ai dit, j’ai plusieurs techniques de  révélation,  je souhaite les porter à la connaissance des autres. Ce qui joue à notre faveur, en réalité, c’est que nous avons fait une précédente prédiction qui s’est réalisée. Les gens savent que la géomancie et la numérologie c’est sur des canevas donnés. Moi ma science s’appelle la numérologie révélatrice. Elle se fonde sur toutes les techniques possibles mais dont le commun des mortels n’a aucune idée.

Aujourd’hui, j’ai la certitude que Modibo Sidibé sera le nouveau président du Mali. En racontant mon rêve aux gens ceux qui me font confiance me croient. Maintenant certains ont besoin de détails. Le Mali fait 8 Modibo fait 8. Au jour où nous sommes c’est lui seul qui présente un 7 comme son nombre d’expression, comme les numérologues classiques le disent, il est très doué pour la réflexion. Il rejoint également le Mali sur deux nombres qui sont importants en numérologie. C’est son  nombre intime qui  fait 8. C’est aussi son nombre de réalisation qui fait tout aussi 8 et le Mali fait 17, autrement dit 8. Voyez-vous ? Donc sur ce plan on peut même dire pour les gens qui ont le sens de la numérologie classique que Modibo Sidibé se marie avec le Mali. Le nombre 7 se marie déjà avec le 8. Mais aujourd’hui, nous avons plus que tout ce que rapporte au-delà de la numérologie classique. Donc, nous sommes forts de savoir et de conviction pour révéler que Modibo Sidibé est l’homme de la situation pour apaiser le Mali et pour le relancer durablement sur le chemin du développement économique et social harmonieux.

Modibo Sidibé, comme tous les cadres qui ont assumé de hautes charges sous ATT, ne pâtirait-il pas de cette proximité avec l’ancien président de la République au sein d’une frange non négligeable de l’opinion nationale ?

Bien sûr que oui. Mais nous raisonnons plutôt en termes de chiffres de numérologue avec des techniques nouvelles qu’en politicien. Mais cela n’empêche qu’on puisse reconnaître qu’effectivement Modibo Sidibé, qui a servi les régimes anciens, en subisse certaines pesanteurs par rapport à ses ambitions prochaines.

Malgré ces pesanteurs, à la lumière des révélations que j’ai reçues Modibo Sidibé apparaît comme l’homme de la situation. Comme on le dit, nous sommes un pays de croyants. Et nous sommes obligés de le concevoir : Dieu fait ce qu’il veut.

Propos recueillis par Abdoulaye    Diarra    

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct